Dominique de Villepin en super-VRP au CDS    Un nouveau Consul général de France à Casablanca    Les graves dégâts du non-Maghreb    Groupe OCP. Bon cru au titre du premier semestre 2019    Décès de l'ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali    Santé maternelle : Les ministères de la Santé et de l'Intérieur partenaires de l'UNICEF    La prison locale Tanger 2 dément les informations sur la grève de la faim de détenus du hirak    DGSN : Arrestation de plus de 420 000 individus dans des opérations sécuritaires    Le projet Shoot Your Face prend fin en ce mois de septembre    Mise en place d'un système d'archivage du patrimoine audiovisuel national    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    Investissement: Mémorandum d'entente entre Casablanca Finance City et BarcelonaCentre Financer Europeu    Barcha !    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Communiqué du Bureau Politique du PPS    Sédentarité et surpoids au banc des accusés    Classement FIFA : Le Maroc gagne 2 places et remonte à la 39è position    Le capital humain!    Conflit syrien: Sommet tripartite à Ankara…    Studio 7, le premier studio de dance urbaine à Casablanca    Fondafip : Les finances publiques face au défi des mutations du monde    Arrestation à Nador d'un dangereux récidiviste    Mariage des mineurs : Le plaidoyer de Réda Chami    Eliminatoires CHAN 2020. Benhalib et El Kaabi absents du dernier tour    Attaques en Arabie: Pompeo évoque un « acte de guerre » de l'Iran    Canada: Trudeau rattrapé par une vieille photo de « blackface »    Royal Air Maroc : Abdelhamid Addou affiche ses ambitions    L'Institut français de Casablanca dévoile sa programmation    Leçons tunisiennes    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Hausse des nuitées enregistrées à Essaouira    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Bouillon de culture    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flop de la fécondité et de la nuptialité
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 10 - 2005

Augmentation de l'âge moyen au premier mariage des femmes, baisse de la fécondité, taux de mortalité infantile inquiétant…Ce sont-là quelques révélations du dernier recensement général de la population et de l'habitat
Chute de la fécondité des Marocains ! C'est l'une des révélations du Haut commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi, lors d'un point de presse pour la présentation des principaux résultats démographiques et socio-économiques du Recensement général de la population et de l'habitat (RGPH-2004).
Exprimée par l'indice synthétique de fécondité donnant le nombre d'enfants par femme en âge de procréation, la fécondité a connu une baisse remarquable notamment en milieu rural.
C'est ainsi que le nombre, sur l'ensemble du territoire marocain, est passé de 3,3 en 1994, à 2,5 en 2004. Dans le monde rural, le nombre d'enfants a chuté de 4,3 en 1994 à 3,1 en 2004, tandis que dans la zone urbaine, l'indice de fécondité est resté presque le même. En fait, le Haut Commissariat au Plan précise dans ce sens qu' « en milieu urbain, la fécondité a atteint le seuil de remplacement des générations : 2,1 contre 2,6 en 1994 ».
Cette tendance baissière a été également constatée dans le chapitre de la nuptialité : « les résultats du recensement révèlent l'importance croissante du célibat et le relèvement de l'âge moyen au premier mariage ». Pour le Haut Commissariat au Plan, la nuptialité est calculée à partir du pourcentage des femmes finissant leur vie féconde sans pour autant contracter un mariage. C'est ainsi que le taux «de célibat définitif serait de l'ordre de 7 % en 2004, contre 2 % en 1994».
L'élément âge dans la nuptialité a enregistré, lui aussi, une nette augmentation. Pour les hommes, l'âge moyen au premier mariage a été de 31,3 ans en 2004 contre 30 ans en 1994. S'agissant des femmes, la moyenne d'âge a grimpé jusqu'à 26,3 ans au lieu de 25,8 ans, pour la même période de comparaison.
« Entre les deux recensements, le recul de l'âge au mariage des femmes a été plus important dans le monde rural où il est de 25,5 ans contre 24,2 ans en 1994, alors qu'il est resté quasiment stable pour les hommes », tient à préciser Ahmed Lahlimi.
Si la fécondité et la nuptialité ont connu une baisse entre ces deux recensements, ce n'est pas d'ailleurs le cas pour la mortalité infantile. Son taux est toujours à un niveau élevé avec 47,9 pour mille enfants.
Les statistiques du département de Lahlimi tentent de rassurer en notant que le taux a été de 75,7 pour mille en 1987 : « ce taux a été encore plus remarquable en milieu rural puisqu'il est passé de 89,7 pour mille en 1987 à 56,7 en 2004».
Dans le chapitre de l'accès à l'eau potable, le nombre des ménages bénéficiaires a enregistré une hausse aussi bien dans le milieu rural qu'urbain.
En fait, et toujours selon le HCP, l'accès des ménages à l'eau potable est passé de 74 % à 83 % en milieu urbain et de 4 % à 18 % en milieu rural. Toutefois le département d'Ahmed Lahlimi a revu à la hausse ces chiffres en prenant en considération d'autres paramètres.
Il s'agit, d'une manière précise, des sources d'approvisionnement en eau potable comme les fontaines et les puits supervisés par l'Office national de l'eau potable (ONEP).
Avec ces nouveaux paramètres, les statistiques du HCP relatifs à l'accès à l'eau potable sont optimistes : 71,8 % en milieu rural et 92,1 % en milieu urbain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.