Le Youssoufia de Berrechid s'incline devant le FUS de Rabat    Hand CAN-2020 : 6 pays dont la Tunisie passent à la seconde phase    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Arrestation d'un individu impliqué dans des opérations d'escroquerie en ligne    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    Marrakech: Le Salon de l'Art et de l'Amitié, une fenêtre sur la beauté et la singularité des arts dans leur diversité    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    L'expérience gouvernementale du PJD démontre le fiasco de son mode opératoire    Laâyoune accueillera le 22 février une réunion des ministres des Affaires étrangères du Maroc et de douze pays du Pacifique    Plus de 112 milliards de DH pour près de 570.000 fonctionnaires    Trump répond au guide suprême iranien, Ali Khamenei    Le Maroc et la Chine signent deux accords afin de renforcer leurs échanges culturels    Résurgence du terrorisme : Erdogan met en garde    Le Maroc et la Chine examinent divers moyens de renforcer la coopération touristique et culturelle    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Retraites : des manifestants tentent d'entrer dans un théâtre où se trouve Macron    Agadir : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé de contrebande    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?    Nabil Jaadi rejoint le Mouloudia club d'Oujda    CAN Futsal Maroc 2020 : l'entraîneur National de futsal fait le point    Le DHJ tenu en échec à domicile par le Rapid Oued-Zem    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Ashley Young rejoint l'Inter    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    Insolite : Imiter Ghosn    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fécondité toujours en baisse
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 03 - 2005

Le ministre de la Santé a annoncé, mercredi dernier, les résultats de l'enquête sur la population et la santé familiale 2003-2004. L'enquête a révélé notamment que le taux de fécondité a baissé de plus de trois points en vingt ans.
Le ministère de la Santé vient de rendre publics, mercredi dernier, les résultats de l'enquête sur la population et la santé familiale 2003-2004 au Maroc. Cette enquête a été réalisée avec l'assistance technique d'ORC Macro (société américaine en charge du programme international des enquêtes démographiques). Présentons aussi la liste des nombreux financeurs de l'enquête : l'Usaid, le projet de Papfam (la Ligue des Etats Arabes), le fonds des pays du Golf, le Fnuap, l'Oms et l'Unicef.
L'enquête a concerné un échantillon représentatif de 12.000 ménages marocains. L'intérêt a été porté sur la fécondité, l'utilisation de la contraception, deux points, somme toute, liés. L'enquête a essayé de mettre la lumière aussi sur les conditions de l'accouchement, les soins prénatals et la vaccination des enfants. Les mortalités infantile et maternelle n'ont pas été en reste, ainsi que la connaissance du Sida.
L'indice synthétique de fécondité n'est autre que le pourcentage mesurant le nombre moyen d'enfants nés vivants qu'aurait une femme, en fin de période féconde. Alors qu'il était de 5,9% vers l'année 1980, il a chuté à 2,5% pour la période 2001-2003. Une tendance qui s'appréhende facilement vu les efforts qui ont été consentis pour la limitation de la poussée démographique. Pas plus loin et concernant l'utilisation de la contraception, il a été annoncé que 63% des femmes utilisent des moyens de contraception, alors qu'elles ne représentaient que 19% en 1979-1980. Le lien est parfaitement établi entre la hausse que connaît l'utilisation de la contraception et la baisse de la fécondité.
Par ailleurs, et s'agissant des circonstances dans lesquelles se font les accouchements, il est souligné que les femmes enceintes se font de plus en plus consulter. En effet pour 69% des naissances, la mère a visité au moins une fois un professionnel de la santé. Notons que ces pourcentages sont calculés sur la base de moyennes. Les ruraux viennent bien derrière les urbains eu égard à l'inaccessibilité des soins. C'est ce qui s'illustre au regard des chiffres sur l'assistance à l'accouchement. Pour un pourcentage global de 63%, les femmes en milieu urbain recourent à l'assistance médicale à hauteur de 85%, tandis que seulement 40% des femmes rurales le font.
Quant à la vaccination, grâce au PEV (programme élargi de vaccinations), le Maroc affiche fièrement un pourcentage de 89% d'enfants vaccinés.
Retour aux naissances. Au cours des accouchements, surtout ceux faits loin des yeux de professionnels de la santé, il y a risque de décès de l'enfant comme de la mère. Ainsi la mortalité infanto-juvénile (avant l'âge de 5 ans) est de 47 pour mille. C'est un pourcentage qui s'est stabilisé ces dernières années. Quant à la mortalité maternelle, elle demeure très rare avec 227 mères décédées sur 100 mille naissances.
L'enquête s'est penchée aussi sur «la connaissance» du Sida. A l'heure actuelle, 9% des femmes marocaines ne connaissent pas et n'ont jamais entendu parler du Sida. Ceci est très grave si l'on prend en considération la transmission rapide du virus en cas de rapports sexuels non protégés. Si au Maroc, une femme sur dix ne connaît pas la maladie, les dégâts peuvent être tragiques. Voilà qui doit intéresser l'ALCS (l'Association de lutte contre le Sida) !
Pire encore, parmi celles qui connaissent le Sida, un peu moins que la moitié (48%), ne savent pas qu'il y a des moyens de protection pour ne pas attraper la maladie. Pour une maladie qui fait « tache d'huile » comme le Sida, il faut agir et dans l'urgence !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.