Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Infinix offre gratuitement BeIN connect pour regarder les matchs de la CAN    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Baignade. Quelles sont les plages à éviter ?    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Elle fait l'actu : Marwah Rizqy, députée canadienne d'origine marocaine    Moucharaka Mouwatina : La deuxième tranche d'appui à la société civile lancée au profit de quatre régions    Personnes âgées/retraite. Il ne faut plus compter sur la solidarité familiale    Finance participative : Le 1er contrat de dépôt d'investissement d'Umnia signé    Le RCAR franchit les 5% de participation dans Maroc Telecom    Délais de paiement : Benchaâboun fait le point    Pascal Naudin : "La transformation digitale est en marche"    Mécanismes nationaux de prévention : Le CNDH organise un atelier national    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Dominant la course démocrate à la Maison Blanche, Biden en tête d'affiche du premier débat    Brexit: Boris Johnson contre-attaque et plaide pour « une sorte d'accord »    Coup d'Etat avorté en Ethiopie    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    CAN 2019 : Mbarek Boussoufa redoute la Côte d'Ivoire    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Ophtalmologues vs opticiens. Le différend continue    Facebook appelle les Etats à mieux réguler les géants du numérique    Démantèlement à Marrakech d'une bande spécialisée dans le trafic de drogue    La société civile s'implique davantage dans la gestion du Parc national du Souss-Massa et Tamri    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Un air de musique souffle sur le Royaume    Fresques d'Asilah: Quand la cité se drape d'art jusqu'aux…murs    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    «Quelle distance entre le soleil et la terre ?» : Un spectacle exclusivement dédié au Palais El Glaoui à Fès    Pour faciliter l'abonnement de ses fans : Le Raja fait appel aux services de Guichet.ma    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Insolite : Mis en examen    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Hervé Renard : L'essentiel est d'empocher les trois points de la victoire    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fécondité toujours en baisse
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 03 - 2005

Le ministre de la Santé a annoncé, mercredi dernier, les résultats de l'enquête sur la population et la santé familiale 2003-2004. L'enquête a révélé notamment que le taux de fécondité a baissé de plus de trois points en vingt ans.
Le ministère de la Santé vient de rendre publics, mercredi dernier, les résultats de l'enquête sur la population et la santé familiale 2003-2004 au Maroc. Cette enquête a été réalisée avec l'assistance technique d'ORC Macro (société américaine en charge du programme international des enquêtes démographiques). Présentons aussi la liste des nombreux financeurs de l'enquête : l'Usaid, le projet de Papfam (la Ligue des Etats Arabes), le fonds des pays du Golf, le Fnuap, l'Oms et l'Unicef.
L'enquête a concerné un échantillon représentatif de 12.000 ménages marocains. L'intérêt a été porté sur la fécondité, l'utilisation de la contraception, deux points, somme toute, liés. L'enquête a essayé de mettre la lumière aussi sur les conditions de l'accouchement, les soins prénatals et la vaccination des enfants. Les mortalités infantile et maternelle n'ont pas été en reste, ainsi que la connaissance du Sida.
L'indice synthétique de fécondité n'est autre que le pourcentage mesurant le nombre moyen d'enfants nés vivants qu'aurait une femme, en fin de période féconde. Alors qu'il était de 5,9% vers l'année 1980, il a chuté à 2,5% pour la période 2001-2003. Une tendance qui s'appréhende facilement vu les efforts qui ont été consentis pour la limitation de la poussée démographique. Pas plus loin et concernant l'utilisation de la contraception, il a été annoncé que 63% des femmes utilisent des moyens de contraception, alors qu'elles ne représentaient que 19% en 1979-1980. Le lien est parfaitement établi entre la hausse que connaît l'utilisation de la contraception et la baisse de la fécondité.
Par ailleurs, et s'agissant des circonstances dans lesquelles se font les accouchements, il est souligné que les femmes enceintes se font de plus en plus consulter. En effet pour 69% des naissances, la mère a visité au moins une fois un professionnel de la santé. Notons que ces pourcentages sont calculés sur la base de moyennes. Les ruraux viennent bien derrière les urbains eu égard à l'inaccessibilité des soins. C'est ce qui s'illustre au regard des chiffres sur l'assistance à l'accouchement. Pour un pourcentage global de 63%, les femmes en milieu urbain recourent à l'assistance médicale à hauteur de 85%, tandis que seulement 40% des femmes rurales le font.
Quant à la vaccination, grâce au PEV (programme élargi de vaccinations), le Maroc affiche fièrement un pourcentage de 89% d'enfants vaccinés.
Retour aux naissances. Au cours des accouchements, surtout ceux faits loin des yeux de professionnels de la santé, il y a risque de décès de l'enfant comme de la mère. Ainsi la mortalité infanto-juvénile (avant l'âge de 5 ans) est de 47 pour mille. C'est un pourcentage qui s'est stabilisé ces dernières années. Quant à la mortalité maternelle, elle demeure très rare avec 227 mères décédées sur 100 mille naissances.
L'enquête s'est penchée aussi sur «la connaissance» du Sida. A l'heure actuelle, 9% des femmes marocaines ne connaissent pas et n'ont jamais entendu parler du Sida. Ceci est très grave si l'on prend en considération la transmission rapide du virus en cas de rapports sexuels non protégés. Si au Maroc, une femme sur dix ne connaît pas la maladie, les dégâts peuvent être tragiques. Voilà qui doit intéresser l'ALCS (l'Association de lutte contre le Sida) !
Pire encore, parmi celles qui connaissent le Sida, un peu moins que la moitié (48%), ne savent pas qu'il y a des moyens de protection pour ne pas attraper la maladie. Pour une maladie qui fait « tache d'huile » comme le Sida, il faut agir et dans l'urgence !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.