Vaccin anti-covid: les dernières révélations de Khalid Ait Taleb    Dématérialisation/TGR : Un nouveau service à partir du 1er novembre    Le Conseil Supérieur des Oulémas rejette et dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions, à leur tête les Prophètes    Soutiens sans réserves au Plan d'autonomie au Sahara devant la IVème commission de l'ONU    Le Maroc, un important marché pour Emirates    Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington    Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung    Afrique de l'Ouest : Difficile quête de paix dans un contexte de Covid-19    Présidentielle US : Trump se moque de Biden (vidéo)    Orpheline de Ronaldo, la Juve concède un nouveau nul    Le message du Premier secrétaire adressé à l'ensemble des Ittihadies et Ittihadis    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Hamid Bentahar, président du CRT Marrakech-Safi : « Il est primordial d'accélérer l'ouverture des lignes aériennes »    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Le rachat des activités de Bombardier au Maroc enfin officialisé    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2264 nouveaux cas, 199.745 au total, lundi 26 octobre à 18 heures    Port du masque : Plus de 624.000 contrevenants arrêtés entre 25 juillet et 23 octobre    Le MAE tchadien tacle le polisario depuis Rabat    Mehdi Qotbi : « De nouveaux musées ouvriront prochainement »    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Maroc-Egypte: le suspense continue    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Redressement progressif des échanges commerciaux    Nabil Benabdallah: «Le gouvernement est en déphasage par rapport aux orientations royales»    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Après Casablanca, cinq villes placées sous haute surveillance    Les folies d'Erdogan    Policy Center for the New South : « La Démondialisation », thème de la 9éme édition des Dialogues Stratégiques    Maroc/Eswatini : l'industrie et la santé au cœur de deux accords    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Que le livre et la lecture triomphent!    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Espagne. Un tableau de Picasso reproduit par Najat El Baz    La RSB renaît de ses cendres    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Volleyball : Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération africaine    Ils ne sont forts que de nos faiblesses...    Top Performer RSE : Maroc Telecom maintient sa présence    Textile : Les perspectives post-Covid décryptées par l'IMIS    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d'attente chez les pharmacies!    Intervention de la brigade antigang dans la banlieue de Casablanca    Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    France: le Conseil scientifique annonce des prévisions pessimistes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour l'amour de sa fiancée…
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 01 - 2006

Abdellah a été condamné par la Cour d'appel de Casablanca à 15 ans de réclusion criminelle. Il a tué un homme qui harcelait sans cesse sa fiancée.
Celui qui pensait être incapable de commettre un crime est actuellement accusé d'homicide volontaire. Le jour de l'audience, Abdellah semblait regretter son acte lourd de conséquences. Il se tenait debout devant la Chambre criminelle, 1er degré, près la Cour d'appel de Casablanca. Qu'est-ce qui a conduit Abdellah à se transformer en assassin ?
Mécanicien de son état, Abdellah jouit d'une bonne réputation, ses amis et ses voisins du quartier l'apprécient beaucoup. En apprenant ce qui est arrivé, ils ont exprimé leur désolation. Ses parents, qui assistaient à l'audience, pleuraient en le voyant dans cet état déplorable. Ils n'arrivent toujours pas à accepter le fait que leur fils soit incarcéré. « Tu es accusé d'homicide volontaire, qu'en dis-tu ? », lui lance le président de la Cour. « Oui, monsieur le président, je lui ai donné des coups, mais sans avoir l'intention de le tuer», a répondu Abdellah à la Cour. Ce jeune homme est inculpé pour avoir tué un voisin de son quartier. Il s'appelle Abdelghafour, âgé de vingt-six ans.
Après avoir quitté très tôt et définitivement les bancs de l'école, il se débrouillait comme il pouvait pour gagner sa vie et subvenir aux besoins de sa famille. Au fil des jours, il a entretenu des relations amicales avec des jeunes de son âge. En leur compagnie, il passait de longues heures à bavarder, plaisanter et draguer les jeunes filles.
Un jour, Abdelghafour a croisé une jeune fille. Elle l'a séduit, au premier regard. C'était le coup de foudre. Son image ne quitte plus son esprit. Il lui a exprimé un jour ses sentiments envers elle. Il lui a même demandé d'entretenir une relation amoureuse. Cependant, la jeune fille a refusé. Abdelghafour a été profondément vexé. C'est la première fois qu'une fille le rejette. Depuis ce jour, il a décidé de tout faire pour qu'elle soit sa copine. Il la suivait partout. Elle est devenue sa seule préoccupation.
À chaque occasion, il tentait de lui dire des compliments sur sa coiffure et ses habits ou de l'inviter à prendre un café. Mais sa réponse était toujours négative.
Ce qui le rendait de plus en plus nerveux. Il a commencé à perdre patience mais surtout le contrôle de soi-même. Il lui a lancé des insultes à deux reprises. Le jour du crime, la jeune fille vient de sortir de chez elle. Abdelghafour l'a suivie comme d'habitude, ne cessant de lui exprimer son amour fou. Elle lui a réitéré encore son refus. Tout à coup, un jeune homme les a rejoints. "Qui est cet homme?", a-t-il demandé à la jeune fille. « Il me harcèle souvent»,a-t-elle dit en s'approchant du jeune homme. L'homme en question c'est Abdellah, son fiancé. Sans demander d'explication, il a asséné un coup de poing à Abdelghafour qui tombe à la renverse. Ce dernier s'est relevé ensuite en tentant de se venger. Hors de lui, Abdellah s'est précipité vers une droguerie pour prendre une barre de fer. Après quoi, il a attaqué Abdelghafour. Ce dernier a été roué de coups à la tête.
Le président de la Cour lui a ensuite demandé s'il suivait son protagoniste avant de l'attaquer pour savoir s'il y avait préméditation ou pas. En réponse, Abdellah a affirmé ne l'avoir rencontré que par hasard avec sa fiancée.
Le représentant du ministère public n'a pas cru sa version. «Au moment du crime, Abdellah devait être à son emploi et non pas dans la rue», a-t-il précisé, pour prouver qu'il y avait préméditation. Selon le représentant du ministère public, le mis en cause avait l'intention de tuer la victime. « S'il avait l'intention de tuer la victime, il serait armé avec un couteau. Il n'aurait pas besoin d'aller chercher une barre de fer à la droguerie», a expliqué l'avocat de la défense avant de réclamer la requalification de la poursuite d'homicide volontaire en coups et blessures ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner. Une réclamation qui a été prise en considération par la Cour lors des délibérations qui a tout de même condamné le mis en cause à 15 ans de réclusion criminelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.