Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Heure légale: retour à GMT+1 le dimanche 16 mai à 02H00    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une vendetta à Taounate
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 03 - 2006

Une violente bagarre a éclaté entre deux familles de deux douars de la région de Tissa, à Taounate. L'affaire a tourné au drame. Deux personnes sont mortes et trois sont blessées. Le mobile ? La vengeance.
Douar Bladate, région de Tissa à Taounate. Durant plus d'une semaine, au cours du mois de février 2003, les pluies furent torrentielles dans ces terres. La journée du mercredi de la deuxième semaine du même mois, était plutôt ensoleillée. Il faisait beau ce jour-là. Pas question alors de rester cloîtré à la maison.
Abdellah.G, âgé de 63 ans, a décidé de se promener dans les champs pour respirer l'air frais.
L'air joyeux et serein, Abdellah se déplaçait d'un champ à l'autre. Épris de la nature, il marchait en chantonnant sans se rendre compte qu'il avait mis les pieds sur les terres du douar le plus proche du sien, à savoir douar Ouled Benhaddou.
«Eh, éloignes-toi de nos champs. Éloignes-toi espèce de…», lui lance Jamal, un jeune homme du douar voisin sur un ton menaçant.
Abdellah n'a pas prêté attention à ces menaces, préférant poursuivre sa promenade champêtre. «Tu n'entends pas ce que je te dis ou quoi espèce de…Éloignes-toi…».
L'homme est fou furieux. Il se dirige vers Abdellah. Ce dernier s'arrête.
Non pas parce qu'il a entendu les cris stridents et les injures de Jamal, mais pour tout à sa rêvasserie contempler l'horizon, Un moment plus tard, Jamal le pousse violemment. Le vieil homme est tombé. Sans défense, le pauvre homme est ensuite passé à tabac. Sans lui laisser le temps pour se relever, Jamal lui a donné un coup de pied sur la tête.
À peine relevé, il subit un autre coup de poing au visage puis un autre et un coup de bâton au niveau de son bras droit. Fracturé, Abdellah s'effondre en poussant un grand cri de douleur qui a déchiré l'air matinal.
L'agresseur abandonne l'homme et rebrousse chemin comme s'il ne s'était rien passé. Les voisins qui ont entendu les cris d'Abdellah ont accouru pour se porter à son secours. Ils ont avisé sa femme avant de téléphoner à la protection civile. Abdellah a été transporté d'urgence à l'hôpital Al Ghassani, à Fès, pour recevoir les soins nécessaires.
«C'est Jamal Ould Lakssime qui m'a battu et humilié», a révélé Abdellah à ses quatre enfants qui sont venus lui rendre visite à l'hôpital. Très en colère, Abdellah a poussé ses enfants à se venger. «Sinon, je vous renierai. Et oubliez que je suis votre père», leur a-t-il dit. Vendredi 10 février. Les quatre enfants d'Abdellah, accompagnés de quatre autres jeunes hommes, tous des repris de justice, ont pris le car à destination du douar de Taounate. Arrivés à Ouled Benhaddou, ils se lancent immédiatement à la recherche de Jamal. «Il est à la mosquée», leur explique l'un des habitants du douar. Les enfants de la victime se sont dépêchés vers le lieu indiqué guettant la sortie de Jamal. Ce dernier ne tardera pas à se manifester. Il était en compagnie de son père. Mais l'un des habitants les a déjà informés de la présence des fils d'Abdellah et de leur intention de vengeance. Après la prière du vendredi, Jamal et son père sont sortis en effet par la porte arrière de la mosquée. Après une attente d'une demi-heure environ, les fils d'Abdellah ont décidé de pénétrer à l'intérieur de la mosquée pour chercher les deux hommes. Ce qui a provoqué la colère des habitants.
Ces derniers ont encerclé rapidement quelques membres de la famille de Jamal qui sont restés à l'intérieur de la mosquée pour les protéger des quatre frères et de leurs acolytes. C'est ainsi qu'éclate dans un chahut indescriptible une bagarre violente à l'arme blanche. Alertés, les éléments de la gendarmerie royale, soutenus par la police et les forces auxiliaires, se sont dépêchés sur les lieux. Premier bilan : deux morts et trois blessés. Une opération de ratissage aura lieu dans les alentours. Ce qu'a permis l'arrestation d'une vingtaine de suspects. Les enfants d'Abdellah, qui ont pris la poudre d'escampette, ont été interpellés plus tard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.