Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Infanticide à Taounate
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 04 - 2005

Pour se débarrasser du fruit de ses relations extraconjugales, une fille de joie de 26 ans, demeurant dans la région de Taounate, a étranglé son nouveau-né de trois jours à l'aide d'une corde et l'a ensuite enterré dans une fosse qu'elle avait creusée.
Très jeune, Halima s'est jetée dans le gouffre du plus vieux métier du monde. Noyée dans l'indigence, sa famille qui habite dans un douar de la région de Taounate, avait besoin du moindre sou qu'elle pouvait lui rapporter pour la soutenir. Les siens ne lui ont certes pas demandé de se jeter dans le monde de la prostitution et de l'ivresse. Mais ils ne lui ont également jamais demandé la provenance de l'argent qu'elle leur donnait et ne lui ont non plus jamais demandé de rester chez elle en attendant de trouver un emploi digne ou un mari. Bref, ses parents ont fermé les yeux faisant comme s'ils n'étaient pas au courant qu'elle faisait commerce de sa chair pour leur procurer de l'argent.
Ils ne lui ont jamais demandé pourquoi elle découchait de temps à autre. Cela semblait leur importer peu. Ce qui les intéressait, c'était l'argent -et rien d'autre - qu'elle leur versait généreusement. Le parcours de Halima dans le monde de la prostitution a commencé à Taounate, à quelques kilomètres de son douar. C'est là qu'elle a commencé à apprendre les abc de la profession, comment enlever le voile de la chasteté, comment livrer uniquement son corps à un homme sans lui donner son âme contre de l'argent, comment marchander avec lui quelques minutes sur le même lit, à entretenir des relations avec des proxénètes et d'autres prostituées au point qu'elle est devenue professionnelle.
Elle a également appris à ne pas craindre un client qui manifeste sa méchanceté dans des circonstances indéterminées. Et comme toutes les filles de joie, Halima prenait ses précautions pour ne pas se faire choper par les gendarmes ou les policiers, mais également pour ne pas tomber enceinte. Elle a tout de même été arrêtée au moins deux fois et relâchée après avoir été traduite devant le substitut du procureur du Roi.
Les précautions qu'elle avait prises pour éviter la grossesse ont-elles également échoué ? Elle a réussi au départ, mais après quelques années, elle a échoué. Pourquoi ? Elle ne se souvient de rien. Chaque client a ses propres pratiques. En même temps, il lui arrivait elle-même d'oublier de prendre la pilule contraceptive. Alors tout est possible. Que faire ? Elle a utilisé toutes les recettes des herboristes pour avorter. Mais en vain. C'était comme si le fœtus s'accrochait à elle et, partant, à la vie. Les deux premiers mois ont passé, puis le troisième, le quatrième. Pour cacher sa grossesse et ne pas attirer l'intention de ses voisins et de ses parents, elle a commencé à porter des vêtements très larges. Elle est arrivée, effectivement, à la cacher aux yeux des curieux.
Sa mère a fini par s'en apercevoir. Mais il était trop tard. Elle en était à son septième mois. C'est-à-dire à deux mois d'accoucher.
A quelques semaines de la délivrance, elle a cessé de sortir de chez elle. Jusqu'à quand ? Au moins jusqu'à son enfantement. Quand elle a commencé à sentir les premières douleurs, elle a fermé la porte de sa chambre. Sa mère l'a remarquée. Elle l'a rejointe, l'a aidée à accoucher en silence, sans crier, sans demander ni secours, ni soutien. Elle a accouché d'un petit garçon. Sa mère déployait de gros efforts pour ne laisser personne s'approcher de sa chambre. Elle seule lui donnait ses repas et prenait soin d'elle. Mais quand elle est rentrée chez elle, trois jours après son accouchement, sa mère a remarqué que l'enfant n'était pas avec elle. Elle a tourné ses regards à gauche et à droite de la chambre et a remarqué une petite fosse. Elle a tenu sa fille entre ses mains pour l'interroger : «Où est l'enfant ? ». Halima ne lui a pas répondu et a fondu en larmes. La mère a déduit que sa fille a tué son enfant. Halima et sa mère ont décidé de garder le silence. Mais une proche qui était au courant de toute l'histoire, a remarqué, quand elle lui a rendu visite ce même jour, que l'enfant n'était pas en compagnie de sa mère.
Sans demander d'explication, elle a alerté les gendarmes. Ces derniers se sont dépêchés aussitôt chez Halima.
Son état de santé déplorable montrait bien qu'elle venait d'accoucher. Où est l'enfant? Halima leur a avoué l'avoir étranglé à l'aide d'une corde et enterré dans une fosse qu'elle a creusée seule durant les trois jours, sans attirer l'intention de personne. Arrêtée, Halima a été traduite devant la cour d'appel de Fès pour infanticide.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.