Amrani met en lumière la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité    Message du roi Mohammed VI au président indien    Vidéo : revivez l'humiliation du Barça contre le Bayern (C1)    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    D'où viennent les 1306 cas de Covid-19 enregistrés vendredi au Maroc?    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara : l'effet Sassou Nguesso
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 03 - 2006

Le Tchad a annoncé le retrait de sa reconnaissance de la RASD. La dernière tournée royale en Afrique et le rôle du président du Congo-Brazzaville ne sont certainement pas étrangers à ce nouveau revers des mercenaires.
Le Tchad se joint aux pays ayant décidé de retirer leur reconnaissance de la pseudo-RASD de Mohamed Abdelaziz. L'annonce du retrait de la reconnaissance de la république chimérique du Polisario par N'Djamena a été faite à Agadir, le vendredi 17 mars 2006, par Ahmad Allami, ministre des Affaires étrangères et de l'Intégration africaine. Le responsable tchadien venait d'avoir des entretiens avec Sa Majesté le Roi Mohammed VI au palais royal d'Agadir. Pour le chef de la diplomatie tchadienne, N'Djamena apporte ainsi sa contribution aux efforts des Nations Unies pour déboucher sur "une solution politique, définitive, mutuellement acceptable à ce différend régional, dans le respect de la souveraineté nationale et de l'intégrité territoriale du Royaume du Maroc".
La dernière visite de Sa Majesté le Roi dans plusieurs pays d'Afrique n'est pas étrangère à la décision du Tchad. Lors de la tournée du Souverain dans plusieurs pays africains, fin février 2006, deux chefs d'Etat en particulier ont plaidé pour un retour du Maroc dans le giron de l'U.A (Union Africaine), organisation que le Royaume avait quittée pour protester contre l'intégration en son sein de la pseudo-RASD. Il s'agit des présidents gambien et congolais qui avaient affirmé que l'Afrique ne pourrait prétendre au renforcement d'une réelle coopération Sud-Sud tant que le Maroc reste en dehors de l'U.A. Il se trouve également que l'un des défenseurs du retour du Maroc au sein de l'U.A n'est autre que Denis Sassou Nguesso, président du Congo qui assure actuellement la présidence de l'U.A. Il se trouve aussi que ce dernier, contesté par ses voisins soudanais, est connu pour ses excellentes relations avec Idriss Déby, président du Tchad.
Ce dernier pays, qui avait reconnu la RASD en juillet 1980, était réputé pour sa contribution aux efforts de guerre des mercenaires du Polisario dont il était l'un des principaux soutiens. Idriss Déby, qui l'a échappé belle la semaine dernière avec la mise en échec d'une tentative de coup d'Etat où les putschistes envisageaient de s'en prendre à son avion de retour de la Guinée-Equatoriale, ajoute à son actif une sage décision avant les élections présidentielles du 3 mai 2006. Avec le retrait de la reconnaissance de la RASD par N'Djamena, c'est encore l'Union Africaine qui se retrouve dans l'embarras et dans une délicate situation. Cette organisation devra gérer une énorme contradiction: elle continue en effet à reconnaître une entité qui n'est plus reconnue par la majorité des pays membres.
La RASD et l'Afrique
Sur le continent africain, plus de la moitié des pays ne reconnaissent pas ou ont retiré leur reconnaissance à la pseudo-RASD. Ceux qui continuent à le faire se recrutent plutôt dans la catégorie des pays africains anglophones comme le Botswana, la Namibie ou le Mozambique. Outre l'Algérie, l'Afrique du Sud continue d'influencer les décisions de plusieurs pays de la région quant au Sahara marocain. Il suffit à ce titre de rappeler le navrant "argumentaire" développé par le Kenya au moment où son gouvernement avait décidé de reconnaître la république fantomatique de Mohamed Abdelaziz.Nairobi affirmait avoir décidé de nouer des relations diplomatiques, «pour la première fois », avec la RASD car cette dernière « est reconnue par l'UA » !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.