Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une veuve égorge sa belle-mère
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 05 - 2007

Pour garder secret sa relation extraconjugale, dans un douar de Beni Hassane, une veuve, mère de deux filles, a égorgé sa belle-mère qui l'a surprise sur le lit avec son amant.
«Tu ne peux rien reprocher à Latifa. Outre sa beauté séduisante, elle jouit d'une bonne réputation…», a dit Fatna à son unique fils. Cela remonte à plus de quinze ans dans un douar situé dans la commune Beni Hassane, cercle de Bzou, province d'Azilal. À l'instar des autres mères, elle voulait le bonheur de son fils : elle souhaitait assister à sa nuit de noces et voir grandir ses petits-enfants. Elle ne supportait plus le voir sans femme ni enfants. Qu'est-ce qu'il craignait pour se marier, lui qui est arrivé à son vingt-sixième printemps ? «C'est difficile pour moi ma mère», balbutiait-il à sa mère tout en gardant les yeux baissés. Pourquoi ? Il ne pouvait pas laisser sa femme au douar et retourner à Casablanca pour gagner sa vie. Sa mère, Fatna, lui a cité les exemples des jeunes du douar qui se sont mariés et ont quitté le douar pour gagner ailleurs leur vie. Pourquoi pas lui ? Il n'avait pas de réponse. Elle lui a expliqué également que sa femme, lors de son absence, resterait avec elle à la maison. «En plus, j'ai besoin d'une femme qui brise ma solitude qui me ronge quand tu pars à Casablanca», lui a-t-elle précisé pour l'encourager à se marier.
Il a gardé le silence. Et c'est l'occasion qu'elle a saisi pour lui parler de Latifa, fille d'une famille du douar qui jouit d'une bonne réputation. En fait, il a apprécié le choix de sa mère. Latifa allie tous les atouts: la beauté, la pudeur, la chasteté et la modestie. Enfin, il lui a donné son accord pour aller chez la famille de la fille pour demander sa main. Fatna était très heureuse.
Entre-temps, le fils a regagné Casablanca pour reprendre son boulot dans une société de fabrication de la peinture. Quelques jours plus tard, il a appris que la famille de Latifa a accepté d'être sa prochaine belle-famille. Après quoi, il est retourné au douar pour officialiser les fiançailles. Quelques mois plus tard, la nuit de noces a été célébrée. Après deux semaines en lune de miel, il est retourné à son emploi à Casablanca. La mère Fatna a bien accueilli sa belle-fille, Latifa. Contrairement à la majorité des belles-mères, elle ne lui reprochait rien. Elle la laissait agir dans la maison librement comme elle voulait. Son fils saisissait les occasions de son congé annuel, des jours fériés et quelques week-ends pour rendre visite à sa famille. Au fil des mois, son foyer s'est égayé d'une première fille. Outre le rêve du mariage de son fils qui s'est réalisé, son ambition de devenir grand-mère s'est enfin concrétisée. Deux ans plus tard, son fils a eu une deuxième fille. La famille baigne dans le bonheur. Toutefois, le destin en a voulu autrement.
L'époux a rendu l'âme. La tristesse a régné au foyer. Fatna et sa belle-fille ont décidé de veiller sur les deux filles jusqu'au bout. Elles souhaitaient qu'elles soient bien éduquées et qu'elles arrivent à décrocher des diplômes et occuper de bons postes. C'est un rêve ordinaire que souhaitent tous les parents et les grands-parents pour leurs enfants et leurs petits-enfants. Malheureusement, personne n'a imaginé que la vie de cette petite famille sera effondrée en un clin d'œil. Comment cela est arrivé ?
Vendredi 20 avril 2007, Fatna était partie visiter à un membre de sa famille au douar. Le soir, en rentrant chez elle, elle a entendu un bruit qui émane de la chambre à coucher de sa belle-fille. Un bruit étrange. Doucement, elle a avancé jusqu'à l'entrée de la chambre. Soudain, elle s'est plantée à sa place. Bouche bée, elle n'a pas pu dire le moindre mot. Pourquoi ? Sa belle-fille, Latifa, partageait son lit avec un homme du douar. Fatna n'a pas cru ses yeux. Qu'est-ce qu'elle devait faire ? Les larmes aux yeux, elle s'est réfugiée dans sa chambre. L'amant est parti. La belle-fille n'a pas pu aller voir sa belle-mère. Elle est restée dans sa chambre jusqu'à la nuit.
Vers 3 h du matin du samedi 21 avril, Latifa est descendue de son lit laissant ses deux filles plongées dans un profond sommeil. Sans faire de bruit, elle a regagné la cuisine, a saisi un grand couteau et est rentrée dans la chambre de sa belle-mère. Cette dernière était en plein sommeil. Latifa s'est approchée de son lit. Et en un clin d'œil, elle l'a égorgée comme un mouton. Elle craignait qu'elle dévoile son secret !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.