Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    El Mouloudi Benhammane, président de la FNBTP    L'Europe doit devenir une puissance climatique mondiale    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Scolarité des enfants : les conséquences de la pandémie relevées par la Fondation IPSOS    Hassan Baraka réalise une nage de 1.600 mètres en eau glacée    Le silence, quels bénéfices pour la santé ?    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Compteur coronavirus : 520 cas testés positifs et 22 décès en 24H    Une Marocaine tente de voyager avec un test falsifié    Calcio : L'AC Milan, championne d'hiver    Communication de marque : ce que cache le changement de logo des constructeurs    Mohamed Ayouch, le chanteur qui détricote les mensonges du Polisario    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    L'AMMC dévoile ses actions prioritaires pour 2021    Le Maroc se contente du nul face au Rwanda    L'UFC vire Azaitar!    En Nesyri surclasse Messi et Suarez    Ovnis : la CIA lève le voile sur ses dossiers secrets désormais librement disponibles au téléchargement    Céréaculture: Le baromètre de la réussite de la saison agricole    Bir Gandouz et El Guerguarat auront bientôt des zones de distribution et de commerce    Confessions dominicales : Un Président inapte et retour en force du «chibanisme»    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le dossier iranien au menu du premier contact entre l'Administration Biden avec Israël    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Moncef Slaoui : « la lenteur et la confusion autour du déploiement des vaccins ont frustré des millions de personnes dans le monde »    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    USA : Deb Haaland, une amérindienne ministre de l'Intérieur    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020    UNESCO et UE : Main dans la main pour lutter contre les contenus haineux sur Internet    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dupée par son prince charmant, elle se fait violer
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 08 - 2007

Nora, 24 ans, n'a jamais imaginé être trahie par son amant, Abdelmajid, son aîné de quatre ans, qui lui aurait donné un somnifère pour consommer sa virginité.
«Pourquoi mon histoire d'amour a fini mal ?», se demande Nora qui s'assoit à côté de sa mère sur le siège réservé à l'assistance à la salle d'audience de la chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Elle se souvient de tous ces moments qu'elle croyait tous roses. Elle se souvient de cet après-midi, il y a sept ou huit mois, quand elle venait de sortir de chez elle à destination de la société où elle est employée. Elle n'a jamais oublié cette voix douce qui lui chuchotait à l'oreille un salut pas comme les autres. « Je m'appelle Abdelmajid, je suis ravi de te parler ».
Lorsque Nora l'entendait, elle faisait semblant de l'ignorer. Elle ne jetait même pas un regard sur cet homme derrière elle. Elle poursuivait son chemin, la tête baissée. Le jeune homme l'a abandonnée et a emprunté le chemin opposé. Le lendemain, elle l'a croisé une fois encore au même endroit et au même moment et lui a chuchoté les mêmes mots. Armée de patience, elle continuait à maintenir le silence. A pas lents, Nora s'est enfin tournée vers lui pour le regarder. Elle lui a souri comme pour lui dire : «me voilà, je t'écoute !».
C'est la première fois qu'il apprenait qu'elle s'appelait Nora. Elle, par contre, connaissait le sien : Abdelmajid. Pressée d'aller à son travail, elle ne lui a pas accordé beaucoup de temps. Elle a, toutefois, accepté de le rencontrer le soir après la sortie de son emploi. Le soir. Il l'attendait à quelques mètres de la société où elle travaillait. Vers18 h, dès sa sortie, elle le remarque de loin et lui sourit. Abdelmajid était plein de joie, il allait même sauter de bonheur comme un petit enfant qui venait de recevoir des bonbons. Motorisé, il lui a proposé prendre un café à Aïn Diab. Elle a gardé le silence. Mais, elle est tout de même montée dans la voiture. Elle n'a pas dit de mot tout au long du chemin. Elle se contentait uniquement d'écouter. Il lui en a fait la remarque, d'ailleurs.
Mais, elle a continué à garder le silence sans cacher son sourire. Ils se sont attablés dans un café. Abdelmajid a continué à parler, à exprimer son amour pour elle dès qu'il l'a vue la première fois. Il lui a révélé son âge, 28 ans, son diplôme en gestion d'entreprise et son emploi en tant que gérant de tous les commerces de son père. Au fil des jours, la relation entre eux commençait à se développer, à se consolider, à devenir très forte. Du moins, c'est ce que Nora avait cru au point qu'elle ne compte plus le temps passé avec lui. Elle l'accompagnait même, de temps en temps, à son appartement au quartier Gauthier. Ils passaient de bons moments sans pour autant coucher ensemble.
A chaque fois, Abdelmajid n'hésitait pas à lui exprimer son amour et son rêve de se retrouver avec elle sous le même toit. Des paroles qui plongeaient Nora dans un océan de rêve. Quelle fille ne rêverait pas d'un beau jeune homme, instruit, élégant, généreux, sympa, disposant d'un petit appartement et d'une voiture, avec, en plus, des poches toujours pleines ? Abdelmajid incarnait le prince charmant. Quelques mois plus tard, le couple s'est rencontré pour déjeuner dans un restaurant avant d'aller à l'appartement du quartier Gauthier. Le couple a passé quelques minutes sur le même lit.
Abdelmajid a mis en marche le lecteur DVD et un CD pour voir un film pornographique. Nora s'est abstenue et a tourné le dos. Abdelmajid a arrêté le DVD et est sorti de la chambre à coucher. Un moment plus tard, il est retourné avec deux verres de jus d'orange. Nora l'a bu rapidement comme si elle était assoiffée. Tout d'un coup, elle s'est plongée dans un sommeil profond. Quand elle s'est réveillée, il était déjà la fin de l'après-midi. Elle n'a pas cru avoir dormi durant trois heures. Et elle a senti une douleur dans sa partie intime. Qu'est-ce qui lui est arrivé ? Elle a remarqué quelques gouttes de sang sur le drap. C'est quoi ? Elle a réalisé très difficilement qu'elle a été dépucelée.
Abdelmajid lui aurait mis un somnifère dans le jus d'orange ? Peut-être. Mais il l'a nié devant la Cour. «C'est elle qui m'a demandé d'aller jusqu'au bout», a-t-il dit face à sa victime. Nora n'a pas nié l'avoir accompagné de son plein gré à maintes reprises à son appartement. «Mais, je ne lui ai jamais demandé de faire quoi que se soit», a-t-elle affirmé à voix basse devant la Cour. En fait, elle ne devait pas s'isoler avec lui. C'est sa seule faute qu'elle a payée chère. Abdelmajid a été condamné à deux ans de prison ferme. Bien que la Cour l'ait jugé coupable de viol, il a bénéficié de circonstances atténuantes. Et ce, parce qu'il ne l'a pas obligée à l'accompagner chez lui, ni de partager avec lui le même lit. L'enquête n'a révélé aucun indice prouvant l'avoir droguée par un somnifère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.