10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouarzazate : Le palmier dattier cherche valorisation
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 09 - 2007

Le palmier dattier compte parmi les premières sources de revenu dans les régions sahariennes, notamment Ouarzazate et Zagora. Véritable source de prospérité pour les habitants de la région, ce secteur n'est cependant pas suffisamment valorisé.
Le palmier dattier constitue l'armature de l'écosystème oasien des régions sahariennes et présahariennes, à savoir les deux provinces de Ouarzazate et Zagora. Il contribue à générer des revenus à plus d'un million d'habitants et occupe le second rang après les céréales en terme de valeur de production. Son effectif est de 3.150.000 pieds. La production moyenne est d'environ 70.000 tonnes dont 40 % est auto-consommée au niveau de la région.
Sur le plan économique, le palmier dattier participe à hauteur de 40 à 60 % aux revenus des habitants et constitue en même temps le support de l'activité commerciale entre le Sud et le Nord du Royaume. Sur le plan socioculturel, le palmier fait partie de la vie quotidienne des populations. C'est une source de fierté et de prospérité pour eux. Quant au rôle écologique et environnemental, il y a lieu de souligner que cette espèce constitue la structure de base de l'agronomie des oasis. En effet, il crée un microclimat indispensable au bon développement des cultures sous-jacentes allant jusqu'à trois étages de végétation.
La datte présente en outre un double intérêt énergétique et diététique. En effet, la datte a une forte teneur en sucre, riche en sels minéraux et contient des vitamines du groupe B, C et D. Tout dans le palmier dattier est utile, non seulement les dattes, mais aussi le tronc, les palmes… Ce que constitue un support potentiel aux secteurs artisanal et industriel. Le développement et la modernisation du secteur dattier restent cependant entravés par des contraintes importantes se situant aussi bien tout au long de la chaîne de production qu'à l'égard de son environnement écologique et économique.
La productivité reste faible et irrégulière à cause du climat (sécheresse), des problèmes naturels notamment les dégâts du Bayoud, des techniques de production peu performantes et de la vieillesse de certaines plantations.
La production des dattiers reste ainsi insuffisamment valorisée et subit même des pertes importantes, principalement en raison de l'inefficience des conditions de récoltes, de stockage et de conditionnement, de l'absence de véritable industrie de transformation et de l'insuffisance de l'organisation des circuits de commercialisation. Par ailleurs, depuis des années, la production souffre des effets néfastes de l'action des trafiquants de palmiers qui exploitent les causes climatiques (sécheresse, Bayoud…), et la pauvreté de la population de la région afin d'acheter à bas prix des arbres qu'ils revendront plus cher en répondant à une demande croissante de palmiers dans les grandes villes marocaines.
• DNCR à Ouarzazate L'Houssaine Oulbaz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.