Sahara: soutien chilien au Maroc depuis Rabat    Météo: le temps qu'il fera ce mardi au Maroc    Enfant brûlé vif dans un incendie à Salé: les précisions des autorités    Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers    Sortie manquée du Raja à Ismaïlia    L'ASFAR confirme, la RCAZ se ressaisit    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    Le bilan du coronavirus continue de grimper    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Hommage posthume à Abderrahmane Achour, ex-directeur de la radio nationale    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    Affaire Hamza mon bb : Saïda Charaf nie avoir été convoquée par la police    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Clôture en beauté du raid solidaire «Sahraouiya»    Coronavirus : le bilan s'élève à 1.770 morts en Chine et l'évolution reste «impossible à prévoir»    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Le WAC défait, la RSB accrochée et le MCO en profite    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline face au club égyptien d'Ismaily en demi-finale aller    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouarzazate : Le palmier dattier cherche valorisation
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 09 - 2007

Le palmier dattier compte parmi les premières sources de revenu dans les régions sahariennes, notamment Ouarzazate et Zagora. Véritable source de prospérité pour les habitants de la région, ce secteur n'est cependant pas suffisamment valorisé.
Le palmier dattier constitue l'armature de l'écosystème oasien des régions sahariennes et présahariennes, à savoir les deux provinces de Ouarzazate et Zagora. Il contribue à générer des revenus à plus d'un million d'habitants et occupe le second rang après les céréales en terme de valeur de production. Son effectif est de 3.150.000 pieds. La production moyenne est d'environ 70.000 tonnes dont 40 % est auto-consommée au niveau de la région.
Sur le plan économique, le palmier dattier participe à hauteur de 40 à 60 % aux revenus des habitants et constitue en même temps le support de l'activité commerciale entre le Sud et le Nord du Royaume. Sur le plan socioculturel, le palmier fait partie de la vie quotidienne des populations. C'est une source de fierté et de prospérité pour eux. Quant au rôle écologique et environnemental, il y a lieu de souligner que cette espèce constitue la structure de base de l'agronomie des oasis. En effet, il crée un microclimat indispensable au bon développement des cultures sous-jacentes allant jusqu'à trois étages de végétation.
La datte présente en outre un double intérêt énergétique et diététique. En effet, la datte a une forte teneur en sucre, riche en sels minéraux et contient des vitamines du groupe B, C et D. Tout dans le palmier dattier est utile, non seulement les dattes, mais aussi le tronc, les palmes… Ce que constitue un support potentiel aux secteurs artisanal et industriel. Le développement et la modernisation du secteur dattier restent cependant entravés par des contraintes importantes se situant aussi bien tout au long de la chaîne de production qu'à l'égard de son environnement écologique et économique.
La productivité reste faible et irrégulière à cause du climat (sécheresse), des problèmes naturels notamment les dégâts du Bayoud, des techniques de production peu performantes et de la vieillesse de certaines plantations.
La production des dattiers reste ainsi insuffisamment valorisée et subit même des pertes importantes, principalement en raison de l'inefficience des conditions de récoltes, de stockage et de conditionnement, de l'absence de véritable industrie de transformation et de l'insuffisance de l'organisation des circuits de commercialisation. Par ailleurs, depuis des années, la production souffre des effets néfastes de l'action des trafiquants de palmiers qui exploitent les causes climatiques (sécheresse, Bayoud…), et la pauvreté de la population de la région afin d'acheter à bas prix des arbres qu'ils revendront plus cher en répondant à une demande croissante de palmiers dans les grandes villes marocaines.
• DNCR à Ouarzazate L'Houssaine Oulbaz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.