Une hausse dans les opérations en ligne via cartes bancaires    USA : l'écrivain Salman Rushdie entre la vie et la mort après une attaque à l'arme blanche (VIDEO)    Météo: les prévisions du samedi 13 août    Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    E-commerce : 12,8 millions d'opérations pour 4,6 MMDH à fin juin    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    Météo Maroc: persistance du temps ce samedi 13 août    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Tennis : Le Maroc passe au Groupe ll de Coupe Davis... One, two, three en Algérie !    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La revue de presse du vendredi 12 août    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Nigeria face à ses réalités
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 12 - 2001

Fragilisé par des affrontements communautaires, le processus de stabilisation, entamé par le président Olusegun Obasanjo élu en 1999, semble mis à mal au Nigeria.
Le « géant de l'Afrique » - qui abrite entre 100 et 107 millions de Nigérians –, serait-il menacé par le processus de transition démocratique qu'il a amorcé voilà seulement deux ans? Alors que le président Olusegun Obasanjo s'exprimait dans les colonnes du quotidien français Le Monde sur la dangereuse progression de la Charia Human Rights Watch publiait ce mardi 18 décembre, un rapport sur les affrontements entre Chrétiens et Musulmans, qui auraient fait un millier de morts en septembre. Intégrée par les islamistes dans le nord du Nigeria, la Charia – ou loi islamique – régit actuellement la vie dans douze Etats de la Fédération. Si le président a précisé ne pas vouloir faire la guerre aux islamistes, il a avoué que ceux-ci posaient un sérieux problème pour l'unité nationale, « comme d'ailleurs des mouvements fondés sur l'ethnicité dans le Sud, chez les Yorubas de l'Ouest, chez les Ibos de l'Est ou chez les Ijaws dans le delta du Niger». Le président Obasanjo a également affirmé qu'il essayait d'isoler tous ces extrémistes «pour que les autres Musulmans, les autres Yorubas, Ibos ou Ijaws les perçoivent, eux aussi, comme une menace pour la cohésion nationale». Si la communauté musulmane représente la moitié de la population – soit la plus forte concentration sur le continent africain -, il n'en reste pas moins que sa cohabitation avec l'autre grande communauté, les Chrétiens n'est pas toujours évidente… Lors des affrontements, qui se sont déroulés entre le 7 et le 13 septembre dernier à Jos, capitale de l'Etat du Plateau, des centaines de personnes des deux « camps » ont en effet été tuées. Un rapport de Human Rights Watch, publié cette semaine, parle même d'un millier de décès. Pire, l'ONG affirme que cette tuerie, opérée au centre du Nigeria, aurait pu être évitée si le gouvernement avait écouté les mises en garde de plusieurs organisations humanitaires présentes dans la région. Selon HRW, durant ces six jours de septembre, la ville de Jos est devenue «le théâtre de tueries massives et de destruction pour la première fois dans son histoire, au cours desquelles les Chrétiens et les Musulmans étaient à la fois les auteurs et les victimes». Des milliers de bâtiments ont été détruits ou brûlés, des maisons et des commerces ont été pillés, et plusieurs villages, tels que Dilimi, à la périphérie de la ville, ont été rasés. Peter Takirambudde, directeur exécutif de la division africaine de Human Rights Watch a également indiqué, en s'appuyant sur des témoignages recueillis lors d'une visite effectuée par l'ONG en octobre, que les pouvoirs publics et les forces de l'ordre n'ont pas pris les mesures qui auraient pu sauver des centaines de vies. Il demande à présent au gouvernement de s'assurer que les deux commissions d'enquête finalement créées pour se pencher sur la crise, conduiront à des résultats complets et indépendants, et que les personnes responsables seront poursuivies…

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.