Gouvernement : Les contours de la majorité se préciseront au cours de la semaine prochaine    Production industrielle : Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    Sahel : Le chef de l'EIGS et mercenaire du « Polisario » tué par la force Barkhane    Attaque au Mali : L'ASMEX condamne les agressions contre les routiers marocains    JO et Jeux paralympiques : La Fondation Mohammed VI des champions sportifs rend hommage aux athlètes médaillés    Compteur coronavirus : 2.432 nouveaux cas, Casa, Rabat, Salé en tête de liste    Covid-19 : première baisse substantielle du nombre de cas hebdomadaires,    DGSN : Quatre responsables suspendus pour manquements dans l'exercice de leurs fonctions    Politique de vaccination : Le pragmatisme marocain    Covid-19: 2.432 nouveaux cas, plus de 17,2 millions de personnes complètement vaccinées    Technologie. Une nouvelle gomme increvable signée Michelin    Transport aérien: Emirates lance une campagne de recrutement mondiale incluant le Maroc    Elections du 8 septembre: la stratégie digitale des partis politiques disséquée    Les provinces du Sud connaissent un essor remarquable sur tous les plans    Attente...    PJD : après la déroute électorale, la dure thérapie de groupe    Libye : l'Egypte, le Maroc et la communauté internationale appellent les autorités à tenir les élections comme prévu    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    Le Maroc se dote d'une série de drones autonomes    M. Babou Sène, nommé Consul général de la République du Sénégal à Dakhla    ONDA : Plus de 3,56 millions de passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août    Technologie : Des fenêtres qui fournissent de l'énergie    L'économie mondiale va rebondir mais de manière inégale selon les régions    Initié par l'Ambassade des Pays-Bas au Maroc, un Demo Day pour couronner les 3ème Orange Corners Morocco    Contrôles continus: le ministère fait une annonce    La CDG intègre le programme DATA TIKA de la CNDP    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Covid-19 : plus de 70% de la population chinoise entièrement vaccinée    Le Maroc reçoit 5 millions de doses du vaccin Sinopharm    Pakistan: 7 soldats et 5 terroristes tués au Waziristan du Sud    Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rama Yade, la ministre préférée de Nicolas Sarkozy
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 03 - 2008

Il est vrai que Rama Yade ne traîne pas derrière elle ce qui peut potentiellement mettre en rogne le président Sarkozy. Elle n'a ni la proximité de Rachida Dati avec Cecilia Sarkozy, ni la soif affichée du pouvoir de Xavier Bertrand.
De tous les ministres du gouvernement de François Fillon, Rama Yade, la secrétaire d'Etat aux droits de l'homme semble être la coqueluche de Nicolas Sarkozy. Préjugés favorables, à priori positifs, le président de la république ne cesse de tarir d'éloges sur cette jeune et nouvelle figure de la politique française. À un moment où le président de la république sombre dans l'impopularité au point où des personnalités comme François Léotard lui adresse des messages d'angoisse sur le ton «depuis que tu es à l'Elysée, je suis inquiet», Rama Yade est une des rares à trouver grâce à ses yeux.
Il est vrai que Rama Yade ne traîne pas derrière elle ce qui peut potentiellement mettre en rogne le président Sarkozy. Elle n'a ni la proximité, aujourd'hui coupable, d'une Rachida Dati avec Cecilia Sarkozy, ni la soif affichée du pouvoir d'un Xavier Bertrand, ministre du Travail, encore moins la retenue calculée et opportuniste d'un Jean Louis Borloo, ministre de l'Environnement, ni le narcissisme à fleur de peau d'un Bernard Kouchner.
Et ce qui ne gâche rien, Rama Yade a été une des rares personnalités du gouvernement à s'être jetée dans la gueule du loup pour défendre Nicolas Sarkozy. Elle avait traité les journalistes de «charognards» dans la célèbre affaire du SMS que le président de la république aurait adressé à son ex-épouse huit jours avant son mariage : «Si tu reviens, j'annule tout». Nombreuses sont les sources qui répercutent les éloges appuyés de Nicolas Sarkozy à l'encontre de Rama Yade au point de penser à sa future promotion lors du prochain remaniement. Elles la voient bien remplacer l'actuelle ministre de la Culture, Christine Albanel. Sa gouvernance et sa réactivité ont été jugées fades et décevantes. Rama Yade, qui mène actuellement un combat municipal dans la ville de Colombes, dans les Hauts-de-Seine, se trouve au cœur d'une grande polémique. Son concurrent, le socialiste Philippe Sarre vient déposer plainte contre elle pour diffamation. Cette démarche concerne une affaire qui avait fait beaucoup de bruit. Lors d'une réunion électorale à Colombes le 16 février dernier, Rama Yade était revenue sur sa descente improvisée auprès de squatteurs expulsés : «Je suis allée voir et j'ai découvert que le maire qui avait fait ça, c'était un maire communiste (…) Cette gauche qui dit défendre les modestes, les minorités et les immigrés, c'est cette gauche qui s'en prend à moi, qui ne suis que numéro 3 de la liste, je le rappelle, qui s'en prend à moi parce que je suis noire». Cette polémique n'a pas encore refroidi que Rama Yade en allume une autre.
Lors d'un déplacement à Argenteuil, elle crée la surprise lorsqu'elle est interrogée sur le répulsif anti-SDF «Malodore» utilisée par la Mairie pour éloigner des personnes indésirables, elle affirme qu' «il faut tout tenter dans une ville». Voyant la vague de protestation gonfler, Rama Yade a opéré un recul stratégique en qualifiant l'incident de «malentendu». Mais la gauche s'est déjà saisie de l'affaire.
Le secrétaire national du PS à la Riposte, Razzy Hammadi, se déchaîne contre Rama Yade qualifiée de «secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme sauf ceux des SDF» avant d'enfoncer le clou : «En refusant de voir la réalité en face et en stigmatisant ceux qui vivent dans la rue, la majorité pratique la politique de l'autruche. Quand l'escalade du mépris s'arrêtera-t-elle ? (…) L'usage de gaz odorants nauséabonds projetés en direction des sans domicile fixe ne semble pas choquer la secrétaire d'Etat chargée des droits de l'Homme bien au contraire».
Dans sa manière de gérer sa communication et sa présence dans le champ politique, Rama Yade, qui cherche la légitimité des urnes après avoir bénéficié de la logique de la cooptation au nom de l'ouverture et de la diversité, marche sur les traces de son idole Nicolas Sarkozy avec une stratégie simple : créer la polémique qui fait l'événement au risque de bouger les lignes les plus lourdes. Ses multiples provocations sont loin d'être le fruit de maladresses de débutants, mais s'inscrivent dans un véritable plan média qui vise à élargir la sphère de sa visibilité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.