Exposition "L'Art à travers trois générations", du 2 au 18 octobre à Rabat    Laâyoune : Mouloud Alouat réélu à la tête du Conseil provincial    Bourita: Le scrutin du 8 septembre confirme l'attachement de la population du Sahara marocain à l'unité territoriale du Royaume    Quel avenir politique pour le parti de la rose ?    L'Istiqlal dispose de la communauté partisane la plus dynamique sur internet    Câbles sous-marins : on en sait un peu plus sur le gigantesque projet maroco-britannique    Auto Hall : le futur est électrique !    Fret aérien : des turbulences à prévoir sur le marché    Voitures électriques. Ford va créer quatre nouvelles usines    URGENT : Report du Conseil de BAM au 13 octobre    Coronavirus : La pandémie des liens sociaux brisés    Ouverture: La Bourse de Casablanca frôle l'équilibre    En partenariat avec Enabel : Le CRI de Souss-Massa dotera la région d'un Réseau d'ambassadeurs économiques    Le Maroc réalise des progrès notables, selon l'ONU Femmes    Affaire des sous-marins : dépité, Emmanuel Macron dit que «les Européens doivent sortir de la naïveté» vis-à-vis des Etats-Unis    Décès de S.A.R. la Princesse Lalla Malika, tante de S.M. le Roi Mohammed VI    Nigéria : Au moins une vingtaine de pêcheurs morts dans un raid aérien    Botola Pro D1 / 4ème journée : Ce mardi, des coachs pourraient être largués !    Botola Pro / 3ème journée : Les FAR, l'OCS et le HUSA protestent contre l'arbitrage    La FRMF dévoile la liste des entraîneurs des différentes sélections nationales    L'OCK gagne mais attention au trou d'air    Covid-19 : Pourquoi il faut alléger les mesures restrictives    NMD : L'autonomisation de la femme marocaine vue par le PCNS    Accidents du travail durant la pandémie : Face au vide juridique, les enjeux sont de taille    UM5 : Ouverture de trois filières pour les futurs managers    Coronavirus. Baisse record de l'espérance de vie dans le monde en 2020 [Etude]    La princesse Lalla Malika est décédée, paix à son âme    Le ministre des Affaires étrangères de la Mauritanie en visite au Maroc    Amina Bencheikh: "L'amazigh victime d'exclusion et de manque de courage politique"    Rabat : L'Exposition « Delacroix, souvenirs d'un voyage au Maroc », se tient du 4 au 10 octobre    La 33ème édition en pleine préparation    Omar Essalki du RNI élu président du Conseil d'arrondissement de Guelliz    En France, la mauvaise santé des frégates de la marine algérienne    Maroc, Algérie et Tunisie : la France sera plus rigide dans l'octroi des visas    Prévisions météorologiques pour ce mardi    Lancement de la 19ème édition du Grand prix national de la presse    Le nouveau film « Jbal Moussa » ou le registre spirituel de Driss MRINI    La France durcit l'octroi des visas à l'égard du Maroc, de l'Algérie et la Tunisie    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'insoumise du gouvernement Sarkozy
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 19 - 10 - 2009

Rama Yade a créé l'événement en invitant le monde politique à ne pas donner l'impression de favoriser les puissants au détriment des petits.
Malgré ses rétropédalages médiatiques et ses dénégations tactiques, Rama Yade, la jeune secrétaire d'Etat aux Sports dans l'équipe de François Fillon aura été la seule voix officielle à se distinguer du concert de louanges et de critiques qui avait accueilli la décision de Sarkozy de nommer son fils cadet Jean à la tête l'établissement public d'aménagement de la défense (Epad) et l'unique personnalité officielle à avoir tiré la sonnette d'alarme sur les conséquences néfastes qu'une succession d'affaires et de scandales peut provoquer dans l'opinion. Nicolas Sarkozy avait misé sur une solidarité gouvernementale sans failles pour démontrer le bien-fondé de sa décision et la mauvaise foi de ses détracteurs. Tous les ministres sont montés au créneau pour dire tout le bien qu'ils pensent de ce talentueux jeune qu'est Jean Sarkozy, la nécessité de ne pas lui barrer le chemin de son ascension au prétexte qu'il porte un illustre patronyme. Tous ont essayé de conjuguer le ton de leur indignation, quitte à friser le ridicule comme l'a involontairement montré le porte-parole du gouvernement Luc Chatel et sa célèbre saillie: «Voulons-nous interdire à quelqu'un de par son nom tel ou tel mandat? Nous sommes en République». Tous ont essayé de jouer la solidarité avec Sarkozy qui affronte en cette période une séquence lourde avec une accumulation d'affaires sensibles, Mitterrand, Polanski, Jean Sarkozy. Tous sauf une : Rama Yade. Elle crée le véritable événement lorsqu'elle dégaine sa petite phrase invitant le monde politique à ne pas donner l'impression de favoriser «les puissants» au détriment «des petits»: «Il ne faut pas donner le sentiment qu'il y a une coupure entre des élites, qui se protégeraient, pour lesquelles il y a une justice des puissants, et puis des petits, pour lesquels la justice est sévère». La parole de Rama Yade a été amplifiée car elle n'est pas que secrétaire d'Etat aux Sports. Elle est, non seulement personnalité préférée des Français selon les derniers baromètres, mais aussi porte-parole de la tête de liste UMP pour les élections régionales en Ile-de-France Valérie Pécresse. Dès que Rama Yade a opéré sa sortie sur le climat délétère qui risque de provoquer un divorce en politique, nombreux sont ceux qui ont cru y déceler un halo d'aigreur et d'amertume à l'encontre de Sarkozy. Entre Rama et Nicolas, rien ne va plus depuis que la fougueuse secrétaire d'Etat au Droits de l'Homme qu'était Rama Yade, avait refusé à la demande explicite du président de la République de diriger la liste UMP en Ile-de-France lors de l'élection européenne. Ce refus effronté et plein de morgue avait fait entrer Sarkozy dans une colère noire. Elle fut dégradée du prestigieux et visible poste gouvernemental des droits de l'Homme à celui, technique et gestionnaire, des sports. Et la seule raison qui semblait l'avoir empêché de renvoyer Rama Yade à son anonymat fut sa décision déjà programmée de se séparer d'une autre icône de la diversité, Rachida Dati. Il faut dire que mettre Rachida et Rama dans une même charrette d'expulsion hors du gouvernement aurait porté un coup fatal à l'ensemble de l'architecture d'ouverture qu'il avait patiemment tissée et sur laquelle il avait misé toute sa fortune politique. Même si Rama Yade, sur les conseils avisés de son entourage, a essayé d'accuser certains médias d'avoir instrumentalisé ses propos, il n'empêche qu'avec sa posture, elle campe malgré elle le statut d'une voix discordante au sein du gouvernement. N'étant pas une femme de réseau, nommée à ces postes par la simple volonté de Nicolas Sarkozy, sa popularité excessive pourra-t-elle la protéger d'une vengeance présidentielle programmée à la veille d'un remaniement gouvernemental qu'on dit de plus en plus inévitable ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.