Une rentrée politique qui promet des remous, et le PJD toujours dans ses petits calculs    Les autorités publiques dénonce les contrevérités de « Human Rights Watch »    Premier League : Liverpool arrête Arsenal    El Guerrab interpelle l'AEFE sur les dysfonctionnements des écoles française    Un Marocain produit une machine de désinfection à ultraviolets    Combien coûte le test PCR dans le privé ?    Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    HCP: le PIB recule au 2ème trimestre 2020    INWI : El Mountassir Billah remplace Nadia Fassi-Fehri à la présidence    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Tanger : réouverture des salles de sport à partir de...    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Communiqué du bureau politique du PPS    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Le «nœud»    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Technologie de stérilisation des matelas : SteriMat, une innovation signée dolidol    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une prise de bec finit par un fratricide
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 04 - 2008

Dans un douar dans la province d'Al Haouz à Marrakech, Mohamed surprend son fils en train de se soûler en compagnie d'une fille de joie et finit par le tuer.
C'est au douar Ikadom, région de Chouitar, Caïdat de Sidi Abdellah Ghiyate, province d'Al Haouz, à Marrakech, qu'Ali a vu le jour en 1976. Fils d'un fellah, il n'a jamais appris le moindre alphabet. Ni lui ni ses quatre sœurs et frères n'ont mis les pieds à l'école. D'un enfant qui joue avec ses amis et un adolescent qui s'occupe de la terre, il est devenu un jeune qui cherche le plaisir chez les filles de joie. Une habitude qui a inquiété sa mère au point qu'elle a pensé le rendre responsable. Par quel moyen ? Le mariage. Elle lui a choisi une voisine. En présence de tous les habitants du douar, la nuit de noces a été célébrée jusqu'à l'aube. Après quoi, Ali a emmené sa femme chez lui pour entamer leur relation en commun sous le même toit. Au fil des mois, un premier enfant est venu égayer leur foyer, puis un deuxième. Malheureusement, Ali n'a pu oublier sa vie de célibat, entre les mains des filles de joie. Fellah et gardien dans une ferme située au douar, il profitait de temps en temps d'une occasion quelconque pour y emmener une fille de joie et passer la nuit avec elle en se soûlant, chantant, dansant et partageant enfin le même lit. Certes, sa femme en était au courant. Et pourtant, elle ne protestait pas.
Nous sommes le samedi 29 mars. Les habitants du douar devaient célébrer le mariage d'un couple de la région. Ils étaient tous invités. Mohamed, père d'Ali, a mis sa djellaba qu'il gardait à des occasions pareilles. Ce n'est que vers 22 h qu'il est sorti de chez lui pour emprunter le chemin à destination de la tente caïdale dressée pour l'évènement. À mi-chemin, il est arrivé juste devant l'entrée de la ferme où travaille son fils. Il a entendu de la musique populaire qui provenait de l'intérieur, ainsi que des voix qui chantent. De coutume, il ne s'y trouvait que son fils. Mohamed s'est cloué à sa place. Après quoi, il a décidé d'y entrer. Il est allé à la direction de la lumière. Quand il est arrivé, il a vu son fils, Ali. Était-il seul ? Non. Il était en compagnie d'un ami, Hassan, et d'une fille de joie. Tous les trois étaient sous l'effet de l'alcool. Ils dansaient et chantaient. Le père d'Ali, Mohamed, est resté bouche bée. Quelques secondes plus tard, il a demandé à son fils, Ali de chasser son ami, Hassan, et la fille de joie. Hors de lui, Ali a poussé violemment son père le suppliant de partir. Le père s'est planté à sa place tout en criant. Sous l'effet de l'alcool, Ali a injurié son père. Perdant tout contrôle de ses nerfs, le père a brandi un couteau qu'il gardait sous ses vêtements. Ali a reculé. Hassan et la fille de joie ont pris la fuite, laissant le fils et son père face-à-face. Sans hésitation, Mohamed a avancé vers son fils et lui a donné cinq coups de couteau. Ali a perdu connaissance. Son père le regardait sans agir. Pas moins de quelques secondes, Ali a rendu l'âme. Les gendarmes sont arrivés. Le père qui s'assayait près du cadavre de son fils leur a exprimé son regret. Mais, trop tard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.