Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Patrick Devedjian, la mauvaise conscience de Nicolas Sarkozy
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 06 - 2008

La relation entre Nicolas Sarkozy et Patrick Devedjian n'a pas connu de répit à cause des résultats catastrophiques de la droite lors des dernières municipales. Il a été reproché au secrétaire général de l'UMP de ne pas avoir su transformer ce parti en machine à gagner.
Parce qu'à un moment donné de sa longue carrière politique, Patrick Devedjian avait incarné avec un relief bien marqué le rôle de fidèle flibustier de Nicolas Sarkozy qu'aujourd'hui la moindre des humeurs de l'actuel secrétaire général de l'UMP le fait passer pour un incorrigible insurgé. Patrick Devedjian avait débuté le quinquennat de Nicolas Sarkozy par un éclat que les annales avaient capté goulûment. N'avait-il pas demandé, dans un grand éclat de rire jaune, lorsque le président de la république avait fini de monter l'échafaudage original de l'ouverture, que celle-ci puisse se détendre jusqu'aux sarkozystes.
Sur le coup, cette charge avait fait rire les fidèles et sourire les adversaires. Une saillie drolatique capable de décrocher avec honneur le prix de l'humour politique. Peu d'observateurs avaient senti à l'époque qu'à la place de cette autodérision passagère, un malaise profond était à l'œuvre. Patrick Devedjian se muait en silence en opposant aux grands choix de l'ère Sarko. Il faut dire que le calvaire de Patrick Devedjian avait commencé au tout début de cette aventure présidentielle, lorsque Nicolas Sarkozy, justifiant l'ouverture, avait lancé une croisade psychologique contre l'Etat UMP qu'il voulait absolument éviter. Cela s'est poursuivi avec le casting gouvernemental.
Non seulement Patrick Devedjian s'est vu priver du seul poste qu'il guignait, celui de Garde des sceaux ministre de la Justice au profit d'une novice et d'une inconnue en politique, Rachida Dati, mais même à la tête de l'UMP, il fut flanqué d'une direction collégiale avec la présence de l'insubmersible Jean-Pierre Raffarin. Avec tout de même un lot de consolations : la présidence du Conseil général des Hauts de Seine. Depuis, ce député d'origine arménienne, farouche opposant de l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, ne rate aucune occasion de marquer sa différence. Sur le ton «l'UMP soutient le gouvernement mais elle ne doit pas avoir peur d'ouvrir les débats qui la préoccupent», Patrick Devedjian continue de faire la difficile synthèse entre «sa loyauté» à l'égard de Nicolas Sarkozy et sa «liberté de pensée» qui le fait exister. A tout ceux qui lui rappellent les enjeux d'une telle posture, Patrick Devedjian joue les blasés : «J'ai 63 ans, je ne veux pas être président de la république ni Premier ministre. Ministre ? Mmm… Et puis, il reste tant de livre à lire…».
La relation entre Nicolas Sarkozy et Patrick Devedjian n'a pas connu de répit à cause des résultats catastrophiques pour la droite des dernières municipales. Il a été longtemps reproché au secrétaire général de l'UMP de ne pas avoir su transformer ce parti en machine à gagner. Voulant signifier une vraie reprise en main, Nicolas Sarkozy avait nommé deux adjoints de taille à Patrick Devedjian en la personne du fidèle Xavier Bertrand ministre du Travail et de la combative Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat à l'Ecologie.
La relation au sein de ce trio est glaciale et l'ambiance des plus lugubres. Sans doute, pour bien manifester la profondeur de sa mauvaise humeur, Patrick Devedjian a récemment mis un coup d'accélérateur en demandant ouvertement le démantèlement des 35 heures, durée légale du travail instaurée par la socialiste Martine Aubry. Cette positon de principe a le don d'agacer au plus haut niveau Nicolas Sarkozy et son ministre du Travail Xavier Bertrand déjà engagés avec les partenaires sociaux dans un bras de fer sensible. Pour Patrick Devedjian, ce débat a de fortes chances d'être amplifié lors de la convention sociale de l'UMP prévue ce 12 juin. L'occasion de mettre davantage l'exécutif dans un situation des plus inconfortables avec les leaders syndicaux qui s'arcboutent sur la protection des 35h.
A l'image de Jean-François Copé, patron du groupe UMP à l'Assemblée, Patrick Devedjian inscrit son action dans une sourde opposition tellement évidente que certains observateurs estiment que l'une des erreurs stratégiques de Nicolas Sarkozy est de ne pas avoir pensé à offrir des fauteuils ministériels à ces deux indomptables tempéraments, la meilleure manière de désarmer leur capacité de nuisance. Les stratèges de l'Elysée peuvent toujours murmurer qu'il n'est pas trop tard pour combler ce déficit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.