Afrique du Sud: 58 blessés dans un accident de bus    Mobilité propre : De nouvelles dispositions applicables en 2022 et en 2023    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Aquaculture : Agadir Haliopôle Cluster accompagne les start-up innovantes    Agadir : Démantèlement d'une bande de trois malfrats, dont une jeune femme    Ali Bensaad : «Le discrédit du régime algérien, qui se désagrège, est tel qu'il rejaillit sur l'image de tout le pays. Il est l'homme malade du Maghreb»    Covid-19 : Le Maroc et la Mauritanie coopèrent dans le domaine de la recherche    Le pass vaccinal obligatoire dès jeudi dans les espaces publics et pour se déplacer    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Un responsable marocain sur le gazoduc Maghreb-Europe (GME) : «Nous ne le laisserons pas rouiller»    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Femmes sur le marché du travail : Les chiffres inquiétants du HCP    Le gouvernement adopte le projet de budget de l'Etat pour 2022    Sahara : Irina Tsukerman dénonce un lobbying douteux contre le Maroc et soutient la légitimité et la crédibilité de la voix de Tamek    Irak: Le responsable d'un attentat meurtrier en 2016 arrêté    Aïd Al Mawlid Annabaoui - Le Prophète Sidna Mohammed « As-Sadiq Al-Amin » : Un illustre modèle    Covid-19: une nouvelle vague de contamination reste probable    Un trafic international de cocaïne démantelé en Belgique, 27 arrestations    Port Tanger Med: Mise en échec d'une grande opération de trafic international de drogue et saisie d'une tonne et 355 kg de cocaïne    Le premier ministre polonais fustige un «chantage» de l'UE, qui souhaite protéger ses «valeurs»    Projet de loi des Finances 2022 : 245 milliards d'investissement public, 3,2% de croissance anticipée    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Examen des Orientations générales du PLF pour l'année budgétaire 2022    La CGEM décline son software    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



François Fillon appelle à l'unité nationale pour affronter la crise
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 09 - 2008

Cet appel à l'unité nationale de François Fillon avait peu de chances de trouver des oreilles attentives au sein de l'opposition dont les leaders tombent à bras raccourcis sur Nicolas Sarkozy.
Une des questions qui taraudaient les esprits parisiens depuis le début de cette grande crise financière américaine et ses prévisibles conséquences sur le continent européen est la suivante : Que peut dire un homme comme François Fillon, Premier ministre français pour remonter le moral des Français, démystifier la crise et apaiser les inquiétudes ?
Le choix de François Fillon n'est pas dû au hasard. Depuis sa nomination à Matignon comme Premier ministre de Nicolas Sarkozy, il a particulièrement brillé par un discours dramatisant et une description catastrophiste des finances publiques. N'est-il pas l'auteur de cette célèbre formule décrivant la France comme un Etat en faillite et qui lui avait valu la réputation d'un homme politique au diagnostic politique et économique sans concessions ? Il fut beaucoup reproché à François Fillon son manque de flair politique, toutes les vérités n'étant pas bonnes à dire ou du moins à mettre en valeur. François Fillon fut accusé d'avorter la stratégie de réforme lancée par Nicolas Sarkozy en attirant l'attention sur la douloureuse addition qui attendaient les Français.
Cette posture fut entre autres à l'origine des relations tendues à l'Elysée et à Matignon qui auraient pu aller jusqu'à la rupture s'il n'y a avait cette sortie de Nicolas Sarkozy sur les «caisses vides» de l'Etat pour rééquilibrer le pessimisme ambiant.
Avant que François Fillon ne se prononce sur les effets de cette crise mondiale et ses possibles conséquences sur sa marge de manœuvre et sa gouvernance, Nicolas Sarkozy avait livré son célèbre discours de Toulon, où fidèle à sa démarche, il avait réussi à brouiller les cartes. Son appel à «refonder le capitalisme» sonnait comme un emprunt de tonalité à la gauche. Son avertissement : «Le laisser-faire, c'est fini. Le marché qui a toujours raison, c'est fini» est à mettre avec précaution dans la bouche d'un Olivier Besancenot auquel l'influent journal américain «Le New York Time» vient de consacrer un portrait flatteur dans son édition de samedi dernier.
François Fillon dut attendre que le discours de Nicolas Sarkozy fasse son effet auprès de l'opinion pour délivrer le sien qu'il avait visiblement inscrit dans une logique de surenchère. Un constat : «C'est une crise majeure qui pousse tout le système économique mondial au bord du précipice. Une crise comme il s'en produit seulement une ou deux par siècle » et un appel : «Les temps sont difficiles, il y a des moments où l'unité nationale s'impose». Cet appel à l'unité nationale de François Fillon avait peu de chances de trouver des oreilles attentives au sein de l'opposition dont les leaders tombent à bras raccourcis sur Nicolas Sarkozy. Tandis que les socialistes raillaient «la farce anticapitaliste» de Nicolas Sarkozy, le leader de l'extrême gauche Olivier Besancenot se veut plus mordant : «Le retour de l'Etat  version Sarkozy, c'est plutôt l'Etat comme bouée de sauvetage pour les plus gros capitalistes». Alors que les Verts dénoncent Nicolas Sarkozy comme un président : «Englué dans une idéologie libérale des années 80 et sa volonté de servir les copains, (qui) montre aujourd'hui son incompétence à piloter l'économie de notre pays en période de crise et à s'adapter à la nouvelle donne».
Seule fausse note dans cette symphonie de critiques à gauche, la prise de position de l'ancien Premier ministre de François Mitterrand, Michel Rocard qui considère Nicolas Sarkozy comme «le représentant d'une droite réformatrice et intelligente» avec qui «la gauche non révolutionnaire» peut trouver «une grande convergence». Les camarades socialistes ont vertement critiqué la position de Michel Rocard et cette idée d'union nationale lancée par François Fillon a fait réagir le député socialiste de Paris Jean Christophe Cambadélis : «Le pays a moins besoin d'une union des puissants que d'une autre politique. La tentation de l'union nationale est une réponse de forme à une question de fond. On ne peut pas répondre à la crise en poursuivant ou cautionnant la politique actuelle. Michel Rocard a commis un faux pas».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.