Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Baccalauréat-2021: voici la meilleure moyenne au niveau national    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Sri Lanka : ouverture d'une enquête sur des soldats suspectés d'humilier des musulmans    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    Ismail Ould Cheikh Ahmed :«sur le Sahara, la Mauritanie ne joue pas un rôle de médiateur, mais elle maintient sa position de neutralité positive»    Benabdallah appelle à une participation massive des jeunes aux prochaines échéances électorales    Le SG du PPS reçoit une délégation de Hamas conduite par Ismaïl Haniyeh    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    Botola D1 : Les FAR et le SCCM bénéficiaires des matches joués samedi    Euro 2020 : Les Allemands se reprennent face aux Portugais (4-2)    Ligue des champions : le WAC surclassé à Casablanca par Kaizer Chiefs (0-1)    Nouvelles MINI. Elles montent toutes en gamme    Collectivités territoriales. Voici le dernier délai pour bénéficier de l'amnistie sur la fiscalité locale    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Baccalauréat 2021 : Un taux de réussite de 68,43%    Nador: il sème le chaos et fracasse trois voitures (DGSN)    René-Marc Chikli, Pdt du Syndicat français des Entreprises de Tour Operating :«la décision du Maroc de placer la France sur sa liste A et d'ouvrir ses frontières nous a fait plaisir et nous arrange»    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Code/Barre», un voyage en blanc et noir

La galerie d'art «L'atelier 21» de Casablanca abrite l'exposition des deux artistes contemporaines Safaa Erruas et Jamila Lamrani, du 12 février au 7 mars 2009.
Entre deux univers, la galerie d'art «l'Atelier 21» de Casablanca accueille l'exposition des deux jeunes artistes contemporaines Safaa Erruas et Jamila Lamrani, et ce du 12 février au 7 mars. «Code/Barre» est l'intitulé de l'exposition qui donne à voir les travaux des deux artistes. Ces dernières fondent leurs œuvres sur une absence de couleurs. Safaa Erruas favorise de travailler sur un univers blanc alors que Jamila Lamrani préférant une dominante noire. L'absence des couleurs et l'assemblage des deux univers blanc et noir expliquent le titre de cette exposition. L'artiste contemporaine Erruas utilise des éléments d'un univers profondément féminin.
On y croise souvent des matières qu'elle utilise avec aisance : tissus, perles, soies, aiguilles, gazes, ou autres lames de rasoir sont tous manipulés sur un espace vierge et étalé sur une blancheur loquace. «Matériaux recherchés et quête continuelle d'un absolu épuré, les travaux de Safaa Erruas ont les allures d'une douce confidence et d'un chuchotement silencieux qui laissent aux autres l'interprétation du sens et de l'essence», explique le critique d'art Aziz Daki. Safaa Erruas est née en 1976 à Tétouan. Elle a décroché son diplôme à l'Institut national des beaux-arts de Tétouan en 1998. A partir de 1996, elle enchaîne les expositions au Maroc, en France, en Espagne, en Italie et dans d'autres pays européens. En 2002, elle participa à la 5e Biennale des arts contemporains africains à Dakar.
En 2003, elle a été sélectionnée pour exposer à Londres aux côtés des pionniers de la peinture marocaine. En 2006, elle est de la partie dans la prestigieuse exposition «Un siècle de peinture au Maroc» qui a marqué l'inauguration des nouveaux locaux de l'Institut français de Rabat. C'est la benjamine de l'exposition et son œuvre est une sorte de point culminant de la jeune histoire de l'art marocain traversée par les différents courants. Safaa Erruas vit et travaille à Tétouan. Concernant l'artiste contemporaine Jamila Lamrani, celle-ci utilise dans son espace des matériaux simples et fragiles. Des tissus et fibres en laine, fils de soie, papillons, abats-jour en soie, baguettes chinoises, teinture de satin, perles fines, papiers d'aluminium, boules de papier constituent son monde de représentation. «Dire le monde dans sa complexité, de cette parole silencieuse des artistes, voilà ce qui est à l'œuvre dans le travail de Jamila Lamrani, explorant les tensions de la société en usant du langage le plus près de soi, celui de sa sensibilité propre. Car c'est bien de tension qu'il s'agit. Travail de grand écart entre la force et la fragilité, la douceur et la violence, le monde extérieur et la sphère intime», écrit Bernard Collet, écrivain et chercheur en art contemporain. La jeune Jamila Lamrani est née en 1972 à Al Hoceïma. Elle a obtenu son diplôme à l'Institut des beaux-arts de Tétouan en 1998. Elle a pris part à de nombreuses manifestations internationales, dont la prestigieuse Biennale de l'art africain contemporain à Dakar en 2002 et l'exposition à la galerie de la Cité des arts Paris en 2004.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.