Prise en charge des enfants abandonnés : Une circulaire du procureur général appelle à une "intervention positive"    La CNSS lance l'opération d'immatriculation des personnes assujetties à la CPU    Le Maroc plaide pour une approche respectueuse de l'environnement    Le roi Mohammed VI écrit à la reine du Danemark    Botola Pro : Le WAC tenu en échec par le MCO    Barça: l'offre de Laporta à Messi    Coronavirus : 40 arrestations lors d'une manifestation pour réclamer la tenue des prières surérogatoires, tarâwîh    Opération Marhaba : Sebta et Melilla craignent l'exclusion    La généralisation de la couverture sociale, un projet avant gardiste en Afrique et dans le monde arabe    Covid-19 : Monaco allège ses restrictions et rouvre ses restaurants    Sahara : Elliott Abrams soutient à nouveau le Maroc, un coup dur pour les séparatistes et Alger    Piratage : Londres "gravement préoccupé" par des "activités malveillantes" de la Russie    L'Icesco lance la 2e édition de ses programmes ramadanesques    Blockchain et Immobilier : le grand défi    Achraf Hakimi ne quittera pas l'Inter Milan    MAT-RCA ce soir à Rabat (22h00) : Le Raja pour réduire l'écart avec le Wydad, le Moghreb de Tétouan pour s'éloigner de la zone rouge !    Footballeurs marocains de l'étranger : Accusé de geste obscène, Hamdallah a été blanchi !    HUSA-RSB : Hakam pour la continuité, Benali pour le déclic !    3ème promotion de Madaëf Eco6 : la Société de Dévelopement Saïda annonce les lauréats    La BVC débute en hausse    La FAO et l'UA publient un guide pour renforcer le commerce des produits agricoles en Afrique    Vaccins anti-Covid : le patron du laboratoire Pfizer évoque la possibilité d'une troisième dose    Les prières des Tarawih sont-elles effectuées à Fès ?    VACCIN, ES-TU LÀ?    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    L'Académie du Royaume du Maroc publie « Tebraâ », un recueil qui célèbre la poésie féminine Hassanie    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec 13 nouveaux pays    Versement des bourses d'études aux stagiaires de l'OFPPT à partir du 15 avril    Votre e-magazine Challenge du vendredi 16 avril 2021    6 chantiers et 31 projets prévus : La Douane dévoile son plan stratégique 2023    États-Unis: une fusillade à Indianapolis fait huit morts    Prix à la consommation pendant Ramadan: Les produits les plus touchés    CNOM : La liste des athlètes marocains qualifiés pour les JO de Tokyo sera annoncée en juillet prochain    Météo : Pluies et averses orageuses sur plusieurs régions ce vendredi 16 avril    UA: le Maroc plaide pour inscrire la sécurité sanitaire en Afrique comme point permanent à l'ordre du jour du COREP    Conseil de gouvernement : Adoption d'un projet de décret relatif à l'organisation judiciaire    Maroc - Egypte : M. Bourita s'entretient avec son homologue égyptien    Mali : la date des élections présidentielles fixée au 27 février 2022    L'ONU condamne avec fermeté    «Trilogie Marocaine 1950-2020» au musée national de Madrid    «Je me suis engagé à faire entendre la voix des habitants des montagnes»    «Hididane» aimé, «Hdidane» plagié ... par les gens de l'Est !    "Cultures ouvertes : L'Espagne et le Maroc " , une exposition virtuelle de l'Institut Cervantès    Cérémonie des Oscars: Des stars en chair et en os, pas sur Zoom    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Youssef Belal :«Le PAM a des difficultés à constituer un pôle de droite cohérent»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 10 - 2009

Youssef Belal estime que le PAM a du mal à rassembler les partis de la droite dans un pôle uni. Il affirme, en outre, que la rationalisation de la vie politique accuse du retard.
ALM : Quelle analyse faites-vous de l'élection de Cheikh Biadillah à la tête de la Chambre des conseillers?
Youssef Belal : Je pense que la victoire de Mohamed Cheikh Biadillah est une victoire en demi-teinte. Cette victoire s'inscrit dans le cadre de la continuité des résultats positifs obtenus par le PAM depuis les élections communales du 12 juin. Mais il faut tout de même garder à l'esprit que l'élection du secrétaire général du PAM à la tête de la deuxième Chambre a eu lieu dans le deuxième tour de l'opération électorale et ce à cause de la concurrence du candidat du RNI, Maâti Benkaddour. Ce qui veut dire que le PAM n'a finalement n'a pas réussi à rallier le RNI.
Quelle lecture faites-vous de ce constat?
Je dirais que le PAM a des difficultés à constituer un pôle de droite qui soit cohérent. Le PAM n'a pas réussi à rallier le RNI de son côté, même s'il est très proche de lui étant donné que ces deux partis partagent la même idéologie et ont une composition sociologique similaire. Le RNI affirme son autonomie et ne veut pas être absorbé purement et simplement par le PAM.
Quel est l'impact de l'élection du PAM à la tête de la Chambre des conseillers?
Certes, cette élection est en mesure de fragiliser davantage la majorité gouvernementale. Mais il faut que les choses soient placées dans leur contexte. Le poste de président de la deuxième Chambre est un poste protocolaire et de représentation.
Certains observateurs ont qualifié d'absurdité le fait que des partis de la majorité votent pour un membre de l'opposition. Qu'en dites-vous?
Actuellement, les frontières entre la majorité et l'opposition ne sont pas clairement définies. C'est un jeu à géométrie variable qui dépend des négociations entre les partis politiques. L'exemple le plus typique de ce constat est l'attitude du Mouvement populaire (MP), avec son va-et-vient entre les deux camps. Ce parti faisait récemment partie de la majorité puis il a rejoint l'opposition. Peu de temps après, il a soutenu le gouvernement Abbas El Fassi après le retrait du PAM de la majorité et on le voit aujourd'hui soutenir la candidature d'un membre de l'opposition à la présidence de la Chambre Haute.
Justement, comment expliquez-vous cette attitude du MP ?
La position du Mouvement populaire est loin d'être une position de principe. On y voit surtout beaucoup d'opportunisme et d'incohérence politique. Il y a dans cette attitude, comme cela a été affirmé par certains observateurs, une sorte d'absurdité et d'incohérence. Ce qui montre, à bien des égards, que la rationalisation de la vie politique accuse du retard. On est encore loin d'une politique qui soit au service de l'intérêt général.
Certains disent que le PAM arrive toujours à obtenir ce qu'il veut. Cela est-il vrai?
Non c'est faux. Le PAM n'arrive pas toujours à avoir ce qu'il désire obtenir. La preuve en est que ce parti n'arrive toujours pas à constituer un pôle de droite qui soit capable de mettre en place une majorité homogène et cohérente. Et qu'il trouve souvent des difficultés à entamer des alliances avec d'autres formations politiques.
Mais comment peut-on expliquer le fait que le PAM est arrivé à remporter toutes les échéances électorales qui ont eu lieu au lendemain de sa création?
Il ne faut pas perdre de vue un élément très important. Le PAM est aux yeux de tout le monde le parti créé par l'ami du Roi. En économie, on parle du concept des anticipations auto-réalisatrices. C'est lorsque des personnes font des paris sur l'avenir, par exemple en Bourse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.