Akhannouch en visite dans la province de Chefchaouen    Coupe du Trône: le Raja décroche son ticket pour les quarts de finale (VIDEO)    L'ONU approuve une proposition du Maroc    Passeport vaccinal : Un précieux sésame aux contours toujours flous et mal définis au Maroc    Le 18 : un Riad culturel à Marrakech    Mercato: quel club choisira Erling Haaland ?    Maroc : 18 pays sur la liste noire    Covid-19 / Maroc : 594 nouveaux cas, 557 guérisons et 8 morts    Toyota Corolla Cross Roads : la famille s'agrandit    Approbation de projets de loi    Le PPS exhorte le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Le crédit maintient sa tendance baissière    La TVA, principale composante qui influence le secteur informel    Mémorandum d'entente entre la CGEM et l'UM6P: Un rapprochement au service de la recherche appliquée    Automobile: Hausse des ventes de 6,23% à fin février    Le taux de reproduction du Coronavirus se stabilise à 0,98    Les projets de mise en œuvre de la loi cadre relative au système d'éducation présentés à Rabat    Salé: ouverture d'une enquête suite au décès d'une fille    Incapable d'apaiser le Hirak, Tebboune s'en prend au Maroc !    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    Averses orageuses localement fortes le 3 mars dans plusieurs provinces marocaines    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Youssef Belal : «Ni un pôle de droite ni un pôle de gauche sont possibles aujourd'hui»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 27 - 12 - 2009

Youssef Belal estime que l'émergence d'un pôle de droite n'est pas possible aujourd'hui. L'absence d'une ligne d'action cohérente entre les partis de droite en est la principale raison.
ALM : Comment peut-on définir la droite au Maroc ?
Youssef Belal : En Europe, la droite renvoie au conservatisme, à la préservation de l'ordre, de la hiérarchie tandis que la gauche s'intéresse davantage à l'égalité, la justice sociale et la solidarité. Au Maroc, il est difficile de définir la droite. Ce sont des partis qui ont été créés successivement. Les partis politiques de droite ont un certain nombre de points communs. Ce sont des partis du Makhzen qui sont au service du pouvoir.
Peut-on parler d'un pôle de droite au Maroc ?
Il est difficile, aujourd'hui, de parler d'un pôle de droite au Maroc.Nous sommes très loin de la création d'un pôle. Il faut être réaliste, ni un pôle de droite ni un pôle de gauche sont possibles aujourd'hui. On constate qu'il n'y a pas une ligne d'action cohérente entre les partis de la droite. Ceux-ci ne partagent pas les mêmes valeurs. Ceci explique pourquoi il n'est pas possible de les rassembler dans un seul et même pôle. La droite n'est pas un bloc homogène. Pour avoir une droite cohérente, il faut que celle-ci ait une capacité d'autonomisation par rapport à l'Etat. Pour l'instant, cette autonomie reste insuffisante. Il faut par ailleurs un système politique moins segmenté. On reste dans un champ politique éclaté. Le scrutin de liste favorise cet éclatement. Il faut suivre le mode de scrutin adopté en France, aux Etats-Unis ou encore en Allemagne qui favorise la bipolarisation politique. Les partis politiques ne sont pas au cœur du pouvoir politique. Pour qu'il puisse y avoir une émergence de bloc, il faut un changement dans le système politique actuel.
Le PAM n'a finalement pas réussi à rallier les partis de la droite dans un même pôle. Quelle analyse en faites-vous ?
Il y a eu plusieurs tentatives du PAM auprès du PND et du RNI mais celles-ci n'ont pas abouti. Deux éléments expliquent en fait cet échec du PAM. Il faut tout d'abord relever la démarche de ce parti. L'approche autoritaire du PAM n'a pas donné satisfaction aux responsables des partis. Le PAM n'a pas une approche fédératrice pouvant rallier tous les partis de la droite. Par ailleurs, il faut souligner le flou idéologique qui règne au sein du PAM. Il n'y a pas de cohérence idéologique ni de structure cohérente. L'émergence d'un pôle de droite autour du PAM est possible mais à long terme. Il est encore trop tôt pour se prononcer.Il faudra attendre de voir ce que donneront les prochaines élections de 2012.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.