Le Souverain nomme Mohamed Bachir Rachdi à la tête de l'Instance nationale anti-corruption    Madeleine Albright, guest star de l'Atlantic Dialogues    Conseil de la concurrence : El Otmani souligne l'importance d'accélérer les travaux    France : Ghosn maintient son poste de PDG de Renault    FIFA : Près de 2 milliards d'euros versés aux intermédiaires depuis 2013    Santé reproductive : Les praticiennes plaident pour l'amélioration de leur statut    Double exposition autour du « Maroc de Doaud Aoulad-Syad »    Racisme : L'ONU veut passer le Maroc à la loupe    Mme Meriem Othmani, Présidente de l'INSAF, appelle à se mobiliser contre le travail des petites bonnes    Autonomisation des femmes. ACWA Power et ECOHZ s'engagent    Martin Scorsese, parrain officiel de la Cinémathèque marocaine    En vidéo – Turquie : 9 morts et 47 blessés dans un accident de TGV    CAN 2019 : L'Egypte en lice pour l'organisation    Le nouveau plan de la CGEM et de l'AMIC pour le financement des strartups    Publication de «La lettre de créance, apothéose de la vérité»    Coupe arabe des clubs champions : Le Raja souffre mais se qualifie pour les quarts de finale    Un manifeste en 7 mesures pour les droits de la femme    L'armée égyptienne annonce la mort de 27 "terroristes" dans le Sinaï    Nette amélioration recettes de la conservation foncière    Migrations    Coupe du Trône de saut d'obstacles : La finale de la 6è édition du 14 au 16 décembre au RCSE Dar Es Salam    Casablanca : Le festival du film arabe désormais sur la carte des événements marocains    Syrie.. Avertissement américain à l'égard de la Turquie    Accident de TGV en Turquie: au moins 7 morts et 46 blessés    Qatar hôte de la finale de la Supercoupe entre le Raja de Casablanca et l'Espérance de Tunis    Message de condoléances de SM le Roi au président français suite à la fusillade de Strasbourg    Venezuela: Les électeurs boycottent les urnes…    N° 1281 en kiosque : Le pacte de bonne espérance    Le groupe basque International Citrus Band présente son album "Latitudes"    Adoption des lois : Les députés mettent le paquet    Fondation BMCE Bank: 37 bacheliers des écoles Medersat.com primés    La BRVM d'Abidjan lance la 2ème cohorte de son Programme Elite, soutenu par la BVC    Le modèle marocain en matière de financement des agriculteurs présenté à Libreville    La qualité des produits du terroir marocain saluée au "SIAL Middle East 2018"    Divers Economie    Signature d'une convention pour la création d'une unité industrielle à Nador    La concurrence en Afrique est moins féroce qu'au Maroc    "Mbarek o masoud" Une pièce théâtrale interprétée par des détenus    Divers    Naissance au Brésil du premier bébé grâce à une greffe d'utérus    Rapport GermanWatch sur l'indice mondial des risques climatiques Le Maroc s'en tire à bon compte    Le sambo rejoint la famille olympique    Ligue des champions : Liverpool grâce à Salah    Guardiola soutient Sterling et appelle à combattre le racisme tous les jours    News    Juliette Binoche présidente du jury de la Berlinale    Le syrien Nabil Suleiman préside le jury du Festival international du film transsaharien de Zagora    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saïd Taghmaoui : «J'ai décidé de revenir au Maroc avec tout l'argent que j'ai gagné»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 12 - 2009

La 9ème édition du Festival international du film de Marrakech a rendu hommage à Saïd Taghmaoui, mardi 8 décembre. Ce talentueux acteur international parle de ses projets au Maroc.
ALM : Que symbolise pour vous l'hommage que vous rend le FIFM lors de cette édition ?
Saïd Taghmaou : Je n'ai même pas les mots pour dire ce que cet hommage représente pour moi. Que mon pays, le pays de mes parents, de mes ancêtres, mon pays d'origine me rende hommage, à moi Saïd le jeune Marocain, et que cela se passe à Marrakech au Festival international du film, cela m'a bouleversé. D'être associé à des personnalités comme Emir Kusturica, Christopher Walken que j'admire profondément, C'est un double hommage. C'est un cadeau qui veut dire : «On t'aime Saïd, continue, on est fier de toi». C'est comme cela que je le prends. Et moi, comme je suis jeune, trop jeune, je pense que cet hommage est un symbole. Cet hommage m'est destiné, mais au fait, c'est pour vous, c'est pour tous les Marocains, tous les jeunes arabes du monde entier qui rêvent de faire du cinéma un jour ou un autre métier, mais de le faire dignement.
Quel est le secret de votre réussite ?
Si moi, j'en suis arrivé là, c'est que je n'ai jamais renié mes convictions, je n'ai jamais fait des combines pour qu'on me donne un rôle. J'ai toujours dit : «Je reste le même et j'y arriverais avec le talent et la foi en ce que je fais». Là, Dieu m'a souri, la vie m'a souri. C'est pour cela que je me dois d'être très honnête, d'être sincère et sérieux dans les choix des films. Je me dois de toujours penser à vous, au Maroc, aux gens qui m'aiment, qu'est-ce que je représente à travers eux, pour faire quelque chose de bien tout le temps. Je n'ai même plus le droit de penser qu'à moi quand j'accepte un film aujourd'hui. Je ne peux faire un film qu'en pensant au peuple marocain, la fierté qu'il aura ou l'embarras dans lequel je pourrais le mettre. Donc je ne peux plus être égoïste. J'appartiens aux Marocains, je suis leur petit ambassadeur. Puisque la vie en a décidé ainsi, alors je vais l'assumer comme il se doit.
A travers vos films, vous n'êtes pas aussi ambassadeur de la France ?
Mon pays c'est le Maroc. Cela est clair dès le début. D'ailleurs, dans le film G.I.Joe, qui a été à la tête du box-office cette année, c'est la première fois qu'on met un arabe en tant que super-héros positif et qui est d'origine marocaine en l'occurrence. Pour l'anecdote, dans un moment donné du film, on pose à Abel «Breaker' Shaz», le personnage que j'incarne, la question «de quel pays viens-tu» ?. Alors, on a voulu que je dise la France, mais je me suis battu avec mes agents, j'ai dit : «C'est le Maroc ou rien !». Et voilà, c'est la meilleure preuve que je peux vous donner. Ce film est le plus réussi que j'ai fait de ma vie, il est distribué dans le monde entier. C'est huit millions de dollars de chiffre d'affaires et on va faire la deuxième et troisième parties.
Qu'en est-il des deux productions que vous comptez réaliser au Maroc ?
J'ai décidé, là maintenant, de revenir au Maroc avec tout l'argent que j'ai gagné, mais surtout les connexions, les contacts que j'ai cultivés avec les grands producteurs américains et les grands studios et qui veulent me suivre dans mes projets. L'idée c'est de faire un film marocain, un grand film qui traversera la frontière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.