Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Près de 75.000 patients ne suivent qu'un traitement palliatif
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 12 - 2009

L'Association marocaine de lutte contre la polyarthrite rhumatoïde lance une campagne où elle interpelle la CNSS à assurer à ses affiliés atteints de polyarthrite une prise en charge totale.
Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ne bénéficient toujours pas d'une prise en charge adéquate.30% des frais des soins restent à la charge du malade, ce qui représente plus de dix fois le SMIG. Pour faire prendre conscience de l'urgence de la situation, l'Association marocaine de lutte contre la polyarthrite rhumatoïde (AMP) lance une campagne où elle interpelle les organismes de remboursement en particulier la Caisse nationale de sécurité sociale à assurer à ses affiliés atteints de polyarthrite une prise en charge totale et préalable.
«Nous avons eu des promesses de la CNSS pour une prise en charge totale de cette pathologie. Mais jusqu'à ce jour, il n'y a toujours rien de concret», déplore Dr Mohamed Saleh Bennouna, président de l'AMP. Et de poursuivre : «Nous revendiquons une prise en charge à hauteur de 95 à 97% pour les personnes assurées à la CNSS et autres mutuelles privées». Cherchant à comprendre pourquoi cette maladie ne fait pas l'objet d'une prise en charge effective alors que d'autres affections de longue durée ont été exonérées, ALM a contacté à plusieurs reprises Mohamed Afifi, directeur Stratégie à la CNSS, mais ce dernier était injoignable. Chaque année, 240.000 patients sont diagnostiqués et plus de la moitié soit 74.800 ne suivent qu'un traitement palliatif. Les traitements de fond préconisés pour arrêter l'évolution de la maladie ne sont utilisés que très rarement (53.700 cas) et ce quel que soit le stade de la maladie. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par l'AMP en janvier 2009 et qui a ciblé 250 praticiens exerçant dans les régions de Casablanca, Rabat, Fès et Marrakech. Cette enquête a permis de dresser un panorama exact de la façon dont sont traités les patients atteints de cette maladie au Maroc. L'étude montre que sur l'ensemble des personnes diagnostiquées, 30% vont chez des généralistes contre 59% chez des rhumatologues et 11% chez d'autres médecins spécialistes. Cette maladie silencieuse n'est pas sans conséquence puisqu'elle anéantit le patient physiquement, financièrement et psychologiquement. Selon cette enquête, la polyarthrite rhumatoïde engendre une diminution de 5 à 10 ans de l'espérance de vie. 50% des malades sont contraints d'arrêter de travailler trois ans après le début de la maladie. Cette pathologie est aussi à l'origine de 10% de cas de divorces et a des répercussions sur l'éducation des enfants. Les médicaments pris à vie coûtent très chers. Un malade est amené à dépenser 100.000 DH par an. Beaucoup de patients n'ont pas la capacité de payer les médicaments et attendre par la suite le remboursement de la CNSS. Pour faire entendre leurs voix, les patients n'ont d'autres moyens que de publier leurs témoignages sur Facebook et Youtube. Et pourtant, personne ne les écoute.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.