Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    Stupeur et condamnation en France après des actes ciblant les musulmans    Les Ligues régionales de football en réunion à Laâyoune : Les présidents pour un 3e mandat du président actuel de la FRMF    Covid-19: la troisième vague sera plus féroce que la deuxième, estime un expert en systèmes de santé    Justice: avec la pandémie, le secteur contraint d'accélérer les réformes    Ligue des champions : Le Zamalek accuse Attarajji et le Mouloudia d'entente illicite    La prestation d'Achraf Hakimi contre Cagliari    Future débâcle des Lions de l'Atlas : La procédure habituelle est lancée    Footballeurs marocains de l'étranger : Hamdallah convoqué devant la Commission de Discipline de la Fédération saoudienne    Covid-19: En France, la vaccination ouverte dès lundi aux 55 ans et plus    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un repris de justice dangereux    En Algérie, la pénurie d'huile à l'origine de scènes de chaos et de files d'attente interminables    Adoption d'un nouveau statut pour les enseignants chercheurs : Le démenti du ministère de l'Education    LDC Afrique : Les 8 équipes qualifiées pour les quarts de finale    Relance économique: la nouvelle charte de l'investissement, un dispositif suffisant ?    Interview avec Me Mohammed Mehdi Salmouni Zerhouni: "Le projet de la loi n°95/17 me semble être contraire à la Constitution"    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    «Des assassinats au goutte-à-goutte» : l'ONU condamne des exécutions extrajudiciaires au Tindouf opérées par l'Algérie    Nigeria : des djihadistes attaquent des installations humanitaires    L'Association marocaine des droits des victimes, contre l'impunité et la complaisance envers les bourreaux    Hamdaouia, les flammes d'une belle âme    Théâtre: Fedwa Misk et nos mères    Développement du sourcing local: Marjane Holding s'engage auprès des industriels locaux    Contribution professionnelle unique: La DGI annule les pénalités de dépassement des délais d'inscription au-delà du 4 avril    OCP Africa et la BID au chevet de la riziculture ivoirienne    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Covid-19 : Bientôt, le Maroc recevra 10 millions de doses du vaccin de Sinopharm    Combien y a-t-il de végans au Maroc ?    Réforme électorale : la Cour constitutionnelle inflige un revers au PJD, qui s'insurge    Heure légale GMT. Marocains, n'oubliez pas de régler vos montres !    Météo Maroc: les températures en hausse ce dimanche 11 avril 2021    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    Hamid El Aouni brigue un second mandat à la tête de la FRMSPSH    Liga: Real Madrid bat FC Barcelone 2-1 et s'empare du fauteuil de leader    19è festival du film éducatif de Fès : ''Hakakech'' remporte le prix de l'œuvre complète    La France, un «ennemi traditionnel et éternel», fulmine un ministre algérien    Somalie : un kamikaze se fait exploser, au moins six morts    Présidentielle au Tchad : 7,4 millions d'électeurs appelés dimanche aux urnes    Exemption de visa : Le journal colombien El Tiempo promeut le Maroc comme destination touristique post-pandémie    La BM disposée à apporter son appui financier et technique aux différents chantiers de réformes lancés par le Maroc    Lois électorales: la Cour constitutionnelle a tranché    Covid-19: Otmani attendu lundi au Parlement    Carol Moseley-Braun salue le rôle rassembleur du Maroc en Afrique    Marrakech : Une vente aux enchères d'oeuvres artistiques en hommage à l'artiste peintre Mohamed Melehi    Lamiaa Chraibi, productrice: "L'inégalité du genre dans l'industrie du film est systémique et non pas un simple phénomène "    Le dernier film de Naya Rivera, enregistré avant sa mort, va bientôt sortir    Tourisme patrimonial : Volubilis mènera son expérience «phygital»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Youssef Belal : «La jeunesse doit s'organiser et faire pression sur les politiques»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 04 - 2010

Selon Youssef Belal, la responsabilité de la crise que connaît la jeunesse des partis politiques marocains est partagée entre l'Etat, les partis politiques et les jeunes eux-mêmes.
ALM : Où se situe la crise des organisations de jeunesse des partis politiques ?
Youssef Belal : Il y a un problème de définition de ces organisations de jeunesse politique. Ces dernières comprennent des individus (de plus de 40 ans) pas du tout jeunes et pour qui ces organisations offrent une rente politique. Il faut définir les limites claires des membres de ces organisations. Aujourd'hui, elles sont en crise à l'image des partis politiques. Elles ne sont pas suffisamment présentes sur le terrain. Leur champ d'action se limite à faire des activités de loisir. Leur teneur en terme de propositions n'est pas perçue. Elles n'attirent pas ce qui peut être facteur de renouvellement. En les comparant à ce qu'était l'Union nationale des étudiants du Maroc par le passé, on voit l'ampleur de leur crise.
Quel est le véritable problème des jeunes politiques ?
Il y a aujourd'hui des générations différentes qui coexistent dans les partis politiques. Ce n'est pas un problème idéologique. Le véritable problème est l'accès des jeunes au pouvoir notamment au comité central, au comité national et au bureau politique de leur parti. Il faut qu'il y ait au sein des partis politiques une rotation, un renouvellement des générations. Le deuxième niveau de ce problème se situe dans la relation des partis avec la jeunesse. Est-ce qu'ils sont en mesure de répondre à leurs attentes, c'est-à-dire traiter des problèmes concrets notamment les questions de l'emploi, l'éducation, le logement, l'offre culturelle...? Aussi, le fait que ces partis soient membres de la coalition gouvernementale n'offre pas une véritable lisibilité quant à la contribution de chacun dans la politique du gouvernement. Dans ce contexte, il n'y a pas un mécanisme de responsabilité clair du fonctionnement de la politique.

Quels sont les responsables de cette crise?
Les partis politiques ne sont pas les seuls responsables vis-à-vis de la jeunesse. Aussi on est en droit de s'interroger si les politiques publiques sont en phase avec les jeunes et leurs préoccupations. Il faut qu'il ait une véritable politique publique de la jeunesse à travers le renforcement du ministère de la Jeunesse et des Sports. Aussi on doit répondre à la question du financement des études supérieures, les bourses, le transport des jeunes, l'accès à la culture... On peut aussi dégager un troisième niveau de responsabilité qui est celui de la jeunesse elle-même. Celle-ci n'est pas suffisamment organisée comme c'est le cas du mouvement de la femme qui a réalisé un progrès important au Maroc.

Quelles sont les mesures que vous suggérez pour faire sortir des organisations de jeunes de cette situation ?
L'Etat et les partis politiques doivent envoyer des signaux forts aux jeunes en adoptant des mécanismes incitatifs, par exemple mettre des quotas pour jeunes dès les prochaines élections législatives. Ces mesures vont être un premier pas pour dépasser cette crise. Il faut aussi que les jeunes accèdent au Parlement pour leur permettre une plus grande représentativité. Il est aujourd'hui indispensable de débattre de ces questions et d'en chercher les réponses. Cela peut se faire à travers une conférence nationale sur la jeunesse. Il faut aussi que les jeunes se prennent en main et se donnent les moyens de suivre les politiques et de les évaluer afin de faire pression sur le centre de décision. La jeunesse doit s'organiser de manière percutante et faire pression sur les politiques que ce soit à travers des associations, des plaidoyers, du lobbying ou des actions concertées


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.