Covid-19: le patron de l'OMS met en garde le Maroc    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Pour protéger votre peau contre le soleil, Forever recommande ses trois produits phares    Salafin: Visa pour l'augmentation du capital social    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Beyrouth: Plus de la moitié des hôpitaux "hors service"    Violation de l'état d'urgence: Tout savoir sur le paiement des amendes    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Le scénario catastrophe frappe à nos portes    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Dr. Tayeb Hamdi : La situation actuelle est préoccupante au regard de la hausse des indicateurs    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    RAM: Les vols spéciaux vers et depuis la France reprennent    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Semaine culturelle marocaine dans les centres commerciaux «El Corte Ingles» du sud d'Espagne    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il violente sa femme et met le feu au foyer conjugal
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 06 - 2010

Mohamed croyait avoir mis sa fille entre les bonnes mains de Hassan qui est venu, un jour, la demander en mariage. Malheureusement, il s'est rendu enfin de compte qu'il avait été dupé. Hassan leur a rendu la vie infernale.
Il y a deux ans, Mohamed était à son commerce, à Fès, quand il s'est rendu compte de ce jeune qui s'est arrêté devant lui. Il était bien habillé, il est resté cloué à sa place sans dire un mot. Fixant Mohamed, il ne bougeait pas , il était comme une statue. Pourquoi ? Qu'attendait-il ? Que voulait-il ? Mohamed le regardait curieusement sans savoir pourquoi il ne voulait pas avancer d'un iota, ni partir. Tout d'un coup, le jeune homme est avancé d'un pas, puis deux, puis trois et lui a lancé discrètement un salut comme s'il ne voulait pas qu'on l'entende. «Salut», lui a répondu Mohamed qui continuait à le fixer bizarrement. Mohamed se demandait s'il l'avait déjà rencontré quelque part. Non. Il était certain de ne l'avoir jamais croisé. Tout d'un coup, le jeune s'est approché de lui tout en lui demandant de lui permettre de parler. Mohamed le lui a permis. Le jeune homme, qui est âgé de vingt-huit ans, a affirmé en balbutiant à Mohamed : «Je m'appelle Hassan. Je suis employé. Je gagne dignement ma vie. Et je cherche la femme qui partagera ma vie. En fait, j'ai choisi ta fille que je n'ai jamais rencontrée, mais que je croisais souvent au quartier». Mohamed écoutait attentivement Hassan sans dire le moindre mot. Mais il semblait que le jeune homme l'avait impressionné au point qu'il l'a invité pour prendre un verre de thé chez lui. Hassan était plein de joie. Il a accompagné Mohamed chez lui au quartier Al Fath. Quand ils y sont rentrés, Mohamed a appelé sa fille Najat et lui a expliqué que le jeune était venu la demander en mariage. En fait, Najat n'a répondu qu'une fois le jeune homme parti. Elle lui a exprimé son abstention d'avoir une relation conjugale avec Hassan. Pourquoi ? Parce qu'elle ne le connaissait pas. Mais le père Mohamed était ferme dans sa décision : Najat, âgée de dix-neuf ans, sans profession, ne devait pas rester célibataire. Elle devait se marier avec le premier homme qui la demandera en mariage. Sans s'assurer que Hassan était effectivement le mari qui convient à sa fille, Mohamed leur a offert une belle nuit de noces et les a hébergés chez lui. Seulement, il a découvert par la suite que Hassan n'était qu'un chômeur, irresponsable, soûlard et drogué qui n'assume pas sa responsabilité d'époux. Et pourtant, son beau-père, Mohamed, l'aidait et subvenait à ses besoins. Entre-temps, il lui a demandé de le rejoindre au commerce pour l'aider. En vain. Hassan n'avait l'intention que de rester les bras croisés et empocher gratuitement de l'argent. Au contraire, sa femme, Najat, a rejoint son père et a commencé à l'aider au commerce. Quand elle est tombée enceinte, elle a demandé à son mari de la remplacer. Mais, il a refusé. Au fil des jours, Najat a mis au monde un nouveau-né qui est venu égayer son foyer. Malheureusement, son mari, Hassan, semblait ne pas avoir l'intention de changer et d'assumer sa responsabilité de mari et de père. Il ne pensait qu'à l'alcool et au haschich. Un état qui mettait chaque fois Najat hors d'elle. La dernière fois, elle lui a demandé de la répudier. Mais, il lui a répondu qu'il ne pouvait pas le faire parce qu'il n'a pas où aller.
- «Mais, je ne veux plus de toi», lui a-t-elle dit sur un ton sérieux.
- Je n'ai pas où aller et c'est toi qui m'a jeté dans ce monde de misère.
- Tu n'es rien. Tu n'es même pas un homme».
Hors de lui, Hassan l'a poussée violemment au point que son nouveau-né est tombé par terre. Il l'a frappée avant qu'elle prenne son enfant et elle est sortie de chez elle. En colère, Hassan a mis, aussitôt, le feu dans la maison avant de prendre la fuite. Les sapeurs-pompiers sont intervenus. Une enquête policière a été diligentée et s'est soldée par l'arrestation de Hassan à Meknès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.