Distinction : SMAA sacré «Meilleur importateur» d'Opel    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    Conseil national de la presse: Un anticorps pour renforcer l'éthique des journalistes    MEDays: Le monde face à la subversion et aux incertitudes    Réforme de l'administration: Des textes stratégiques traînent au Parlement    Marché des capitaux: Le régulateur sur plusieurs fronts    Londres, une capitale qui se déguste!    Traitement de l'hépatite C: Un appel d'offres mystérieusement annulé    Préscolaire rural: 8.500 bénéficiaires du programme Zakoura    Si l'école ne parle pas la langue de ses élèves…    Le parlement de l'enfant : Une expérience prometteuse    Los Angeles se met à l'heure marocaine    Gordon Sondland, l'ambassadeur au centre des accusations contre Trump    La bonne opération du Onze national à Bujumbura    L'EN des locaux déroule face à la Guinée    Dmii débarque à Tanger, Gamondi quitte Agadir    Driss Lachguar : Il est nécessaire de doter les femmes des compétences scientifiques et d'encadrement    Habib El Malki et Fatiha Saddas élus au Conseil de l'Alliance progressiste    Le Maroc a choisi la voie du libéralisme et de l'ouverture    Un plan national de lutte contre la mendicité des enfants bientôt dévoilé    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    Les prix des actifs immobiliers repartent à la hausse    Les nouveautés en matière de géologie du quaternaire en débat à Kénitra    La richesse du patrimoine culturel africain célébrée à Mohammédia    Nouvelle édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan    La sélection nationale des joueurs locaux s'impose face à la Guinée    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    S'toon Zoo, les pros de l'impro sont de retour !    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Climat des affaires : L'avis mitigé des chefs d'entreprises    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Le PPS dans l'opposition    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Violences faites aux femmes. Lancement de la campagne nationale    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il violente sa femme et met le feu au foyer conjugal
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 06 - 2010

Mohamed croyait avoir mis sa fille entre les bonnes mains de Hassan qui est venu, un jour, la demander en mariage. Malheureusement, il s'est rendu enfin de compte qu'il avait été dupé. Hassan leur a rendu la vie infernale.
Il y a deux ans, Mohamed était à son commerce, à Fès, quand il s'est rendu compte de ce jeune qui s'est arrêté devant lui. Il était bien habillé, il est resté cloué à sa place sans dire un mot. Fixant Mohamed, il ne bougeait pas , il était comme une statue. Pourquoi ? Qu'attendait-il ? Que voulait-il ? Mohamed le regardait curieusement sans savoir pourquoi il ne voulait pas avancer d'un iota, ni partir. Tout d'un coup, le jeune homme est avancé d'un pas, puis deux, puis trois et lui a lancé discrètement un salut comme s'il ne voulait pas qu'on l'entende. «Salut», lui a répondu Mohamed qui continuait à le fixer bizarrement. Mohamed se demandait s'il l'avait déjà rencontré quelque part. Non. Il était certain de ne l'avoir jamais croisé. Tout d'un coup, le jeune s'est approché de lui tout en lui demandant de lui permettre de parler. Mohamed le lui a permis. Le jeune homme, qui est âgé de vingt-huit ans, a affirmé en balbutiant à Mohamed : «Je m'appelle Hassan. Je suis employé. Je gagne dignement ma vie. Et je cherche la femme qui partagera ma vie. En fait, j'ai choisi ta fille que je n'ai jamais rencontrée, mais que je croisais souvent au quartier». Mohamed écoutait attentivement Hassan sans dire le moindre mot. Mais il semblait que le jeune homme l'avait impressionné au point qu'il l'a invité pour prendre un verre de thé chez lui. Hassan était plein de joie. Il a accompagné Mohamed chez lui au quartier Al Fath. Quand ils y sont rentrés, Mohamed a appelé sa fille Najat et lui a expliqué que le jeune était venu la demander en mariage. En fait, Najat n'a répondu qu'une fois le jeune homme parti. Elle lui a exprimé son abstention d'avoir une relation conjugale avec Hassan. Pourquoi ? Parce qu'elle ne le connaissait pas. Mais le père Mohamed était ferme dans sa décision : Najat, âgée de dix-neuf ans, sans profession, ne devait pas rester célibataire. Elle devait se marier avec le premier homme qui la demandera en mariage. Sans s'assurer que Hassan était effectivement le mari qui convient à sa fille, Mohamed leur a offert une belle nuit de noces et les a hébergés chez lui. Seulement, il a découvert par la suite que Hassan n'était qu'un chômeur, irresponsable, soûlard et drogué qui n'assume pas sa responsabilité d'époux. Et pourtant, son beau-père, Mohamed, l'aidait et subvenait à ses besoins. Entre-temps, il lui a demandé de le rejoindre au commerce pour l'aider. En vain. Hassan n'avait l'intention que de rester les bras croisés et empocher gratuitement de l'argent. Au contraire, sa femme, Najat, a rejoint son père et a commencé à l'aider au commerce. Quand elle est tombée enceinte, elle a demandé à son mari de la remplacer. Mais, il a refusé. Au fil des jours, Najat a mis au monde un nouveau-né qui est venu égayer son foyer. Malheureusement, son mari, Hassan, semblait ne pas avoir l'intention de changer et d'assumer sa responsabilité de mari et de père. Il ne pensait qu'à l'alcool et au haschich. Un état qui mettait chaque fois Najat hors d'elle. La dernière fois, elle lui a demandé de la répudier. Mais, il lui a répondu qu'il ne pouvait pas le faire parce qu'il n'a pas où aller.
- «Mais, je ne veux plus de toi», lui a-t-elle dit sur un ton sérieux.
- Je n'ai pas où aller et c'est toi qui m'a jeté dans ce monde de misère.
- Tu n'es rien. Tu n'es même pas un homme».
Hors de lui, Hassan l'a poussée violemment au point que son nouveau-né est tombé par terre. Il l'a frappée avant qu'elle prenne son enfant et elle est sortie de chez elle. En colère, Hassan a mis, aussitôt, le feu dans la maison avant de prendre la fuite. Les sapeurs-pompiers sont intervenus. Une enquête policière a été diligentée et s'est soldée par l'arrestation de Hassan à Meknès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.