Lutte contre le terrorisme et le crime organisé : Renforcement de la coopération entre le Maroc et les USA    Emprunt obligataire : sortie réussie du Maroc sur le marché international    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Transferts : Ayoub El Kaabi rejoint le Wydad    Botola Pro D1 : La RSB ne lâche pas prise    Covid-19 : 413 élèves et 807 enseignants contaminés depuis la rentrée scolaire    Pas de report de l'examen régional de la 1-ère année du baccalauréat    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Mission française : les parents d'élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité    Les autorités serrent la vis à Casablanca    Le covid-19 ferme un célèbre quartier à Fès (PHOTOS)    Dislog: belle opération du groupe avec le rachat de Fine Hygienic Holding    Démarchage téléphonique : une loi française met-elle les call center marocains en danger ?    Finances - Bilan au 1er semestre 2020 : TAQA Maroc présente ses résultats    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Baromètre Deloitte des CEOs africains : L'après-Covid-19 vu par les patrons africains    Maroc : Bilan positif pour la 61è Assemblée des Etats membres de l'OMPI    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Liquidité des banques: le besoin se creuse en août    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Les écoles françaises au Maroc font preuve de résilience    El Otmani a parlé des vaccins anti-covid 19    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    World News Day: D'esclave à activiste    A quoi servent les rapports d' activité des institutions de gouvernance ?    FAR: le général Louarak en visite d'inspection au mur de défense    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    La nécessité de la Politique !    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le coup de gueule de Laura Smet contre la cruauté envers les animaux    Ayoub Qanir primé à Toronto et Venise    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    À Washington, derniers hommages à la juge Ruth Bader Ginsburg avant la bataille politique    Mali : la Cédéao pourrait acter vendredi une levée des sanctions    Présidentielle américaine : Donald Trump peu enthousiaste à l'idée d'une passation pacifique du pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Violée par quatre voyous
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 03 - 2005

Serveuse dans un café de Taounate, une jeune fille de vingt ans a été enlevée de chez elle par quatre repris de justice, qui l'ont conduite dans une chambre où ils ont abusé d'elle à tour de rôle.
Elle est serveuse et fière de l'être. Elle était lycéenne avant de laisser tomber ses études après avoir échoué en deuxième année de l'enseignement secondaire. Après quelques mois de chômage, elle a trouvé un emploi de serveuse dans un café à Taounate, au nord de Fès. Certes, elle avait un peu honte au début et elle n'arrivait pas à soutenir le regard des clients, les harcèlements de certains d'entre eux, ainsi que les ragots des voisins. Mais elle a décidé de ne pas trop s'occuper de tout cela pour se consacrer à son travail. Elle doit gagner sa vie et aider sa famille, qui réside dans la région de Taounate.
Au fil du temps, elle s'est affirmée dans son travail et les clients se sont habitués à elle et aux autres serveuses qui ont été embauchées plus tard. Et elle leur a imposé le respect. Car, ils ont compris qu'elle et les autres filles ne font que leur travail, à l'instar de tout autre personne, pour gagner leur vie, honnêtement et sans prêter attention à ceux qui les harcèlent ou leur lancent des paroles mielleuses. Par ailleurs, ces derniers ont fini par les respecter et les apprécier. Un climat qui a incité la jeune fille à chercher une chambre à Taounate, pour éviter la pénible navette quotidienne de plusieurs kilomètres. Ses recherches ont été couronnées de succès. Autrement dit, elle est parvenue à trouver une chambre, située dans une maison où résident plusieurs co-locataires, sise à côté du lycée Al Wahda, au boulevard Hassan II. Et ce, pour un loyer convenable. Et depuis, elle passe ses nuits, seule dans sa chambre.
Elle ne rentre chez sa famille que les jours de repos ou quand l'un des siens est malade.
Jouissant d'une bonne réputation, elle n'avait de relation qu'avec quelques filles voisines et ses collègues. Mais aucune d'entre elles ne passait la nuit chez elle.
La nuit du 19 au 20 février dernier, elle était, comme à l'accoutumée, seule dans sa chambre. Il était environ 21h et elle préparait son dîner. Elle venait de rentrer après avoir terminé son service et elle n'avait pas encore verrouillé la porte de sa chambre. Soudain, elle a entendu un bruit. Elle a cru qu'il s'agissait simplement de quelques jeunes du quartier qui discutaient entre eux au seuil de la maison. Dans le cas contraire, elle aurait verrouillé la porte. Tout à la préparation de son dîner, elle s'est retournée pour regarder l'entrée de sa chambre.
Et là, c'est le choc. Quatre jeunes gaillards, armés de couteaux, se tiennent au seuil. L'un d'eux entre, lui demande de se taire, de ne pas crier pour demander secours et de rester calme. «Sinon, on va te tuer sans que personne ne le sache», la menace-t-il. Une menace qui semble sérieuse puisqu'ils sont tous des repris de justice. Aussitôt, l'un d'eux lui a demandé de les accompagner. Où ? Il lui a ordonné de ne plus poser de questions. Les larmes aux yeux, elle a gardé le mutisme.
Aucun de ses voisins ne s'est rendu compte de ce qui lui arrivait. En plus, ils n'ont rien entendu, ni bruit, ni cri. Les quatre jeunes malfrats l'ont conduite, toujours sous la menace des couteaux, à destination de leur chambre située au quartier H'jar Dariane. Là, ils l'ont obligée à se livrer à eux sans résistance.
Craignant d'être poignardée, elle a obtempéré à leurs désirs. Chacun d'eux l'a violée à tour de rôle. Une fois repus, ils l'ont jetée dehors sans pitié. Aussitôt, elle s'est rendue directement au commissariat de police.
Prenant l'affaire en main, les limiers sont arrivés à identifier les auteurs de ce viol collectif. Ils ont arrêté l'un d'entre eux, âgé de 19 ans. En attendant de mettre les trois autres mis en cause hors d'état de nuire, les limiers de la police de Taounate ont traduit le voyou auprès de la Cour d'appel de Fès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.