Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment prévenir les infections urinaires chez la femme
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 12 - 2010

Une femme sur deux rencontrera au moins une fois dans sa vie une infection urinaire. De quoi s'agit-il ? Comment se manifeste t-elle ? Quelles en sont les causes ? Comment traiter une infection urinaire ?
Les infections urinaires constituent un véritable problème de santé publique. Une femme sur deux rencontrera au moins une fois dans sa vie une infection urinaire. On estime qu'entre 20 et 50 ans, les infections sont plus fréquentes chez la femme alors qu'au-delà de 50 ans, l'incidence chez l'homme augmente en raison des maladies prostatiques. Au Maroc, il est difficile d'avancer des statistiques faute d'études. Mais les professionnels de la santé sont unanimes sur le fait que les récidives sont récurrentes chez le sexe féminin. 20% des femmes qui sont sujettes à ce type d'infection auront un nouvel épisode. Une infection survient quand un micro-organisme, habituellement une bactérie provenant du tube digestif, pénètre dans l'urètre puis dans la vessie et commence à se multiplier. L'infection urinaire qui est la présence de germes en concentration anormale dans les voies urinaires existe sous trois formes : cystite, urétrite et pyélonéphrite ( ci-dessous). Dans la majorité des cas, les infections sont liées à un type de microbe, le «escherichia coli (e. coli) », qui vit dans le colon. L'E. Coli est le germe le plus impliqué en pathologie infectieuse. Une étude prospective réalisée par l'Institut Pasteur du Maroc sur 3 ans (de juillet 2004 à juillet 2007), chez 535 patients présentant une infection urinaire a montré que la fréquence des infections par e.coli est plus élevée chez le sexe féminin (75%) que le sexe masculin (25%). Selon l'Institut Pasteur, ces résultats peuvent s'expliquer par la brièveté de l'urètre féminin et les rapports sexuels qui favorisent la progression des bactéries urétrales dans la vessie. Par ailleurs, d'autres bactéries, en l'occurrence le Chlamydia et le Mycoplasme, peuvent être à l'origine d'infections chez l'homme et la femme. Ces infections sont habituellement limitées à l'urètre et aux organes génitaux. Contrairement aux autres infections urinaires, l'infection par Chlamydia ou Mycoplasme peut être vénérienne, c'est-à-dire transmise d'un partenaire à un autre. S'agissant des causes anatomiques, il est important de noter que l'infection urinaire est favorisée non seulement par la faible longueur de l'urètre mais aussi par les sécrétions vaginales après la ménopause ou certaines habitudes d'hygiène (douches vaginales avec des produits qui déséquilibrent la flore bactérienne du vagin) qui facilitent la colonisation du vagin et de l'urètre par des bactéries d'origine digestive. Le rapport sexuel est aussi mis en cause. Le frottement au niveau du méat urinaire lors des rapports favorise l'entrée dans l'urètre et dans la vessie des microbes présents au niveau du vagin. La grossesse peut favoriser l'infection car la compression par l'utérus entraîne une dilatation voire une certaine obstruction des uretères. En cas d'infection urinaire, il ne faut pas s'alarmer. Il existe des traitements efficaces pour soigner les infections.Celles-ci se traitent assez rapidement grâce à des antibiotiques. Quant au choix de l'antibiotique, il se fait en fonction des analyses d'urine.
Dans la majorité des cas, une thérapie de 3 jours est proposée. Lorsque l'infection apparaît quelques jours après des rapports sexuels non protégés, le médecin s'assurera qu'il ne s'agit pas d'une infection sexuellement transmissible (IST) (gonococcie ou chlamydiose), qui justifierait un traitement antibiotique particulier. Les symptômes disparaissent habituellement en l'espace de 24 à 48 heures. Si l'antibiotique choisi n'est pas efficace après 48 heures, il faut consulter d'urgence son médecin.
Les différents types d'infection urinaire
• La cystite
Elle constitue la forme d'infection urinaire la plus courante. Il s'agit de l'inflammation de la vessie. La plupart du temps, l'inflammation est provoquée par la prolifération de bactéries intestinales de type «Escherichia coli», qui sont nombreuses aux environs de l'anus. Les bactéries passent de la région vulvaire à la vessie en remontant l'urètre. Tout ce qui gêne la vidange de la vessie augmente le risque de cystite. Elle s'accompagne normalement d'une urétrite.
• L'urétrite
L'urétrite touche uniquement l'urètre. Il s'agit d'une infection sexuellement transmissible ( IST) courante chez les hommes, mais les femmes peuvent aussi en souffrir. Différents agents infectieux peuvent causer l'urétrite. Les plus communs sont la «chlamydia» et le «gonocoque» (la bactérie responsable de la gonorrhée). L'urétrite est définie par un syndrome inflammatoire de l'urètre. On l'appelle aussi urétrite non spécifique ou urétrite non-gonococcique.
• La pyélonéphrite
La pyélonéphrite est plus grave que les infections précédentes. Elle désigne l'inflammation du bassinet et du rein. Celle-ci résulte généralement d'une infection bactérienne. Il peut s'agir d'une complication d'une cystite qui a été mal traitée ou non traitée qui permet la prolifération des bactéries de la vessie vers les reins. La pyélonéphrite aiguë (PNA) survient surtout chez la femme, et principalement la femme enceinte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.