Lutte contre le terrorisme et le crime organisé : Renforcement de la coopération entre le Maroc et les USA    Emprunt obligataire : sortie réussie du Maroc sur le marché international    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Transferts : Ayoub El Kaabi rejoint le Wydad    Botola Pro D1 : La RSB ne lâche pas prise    Covid-19 : 413 élèves et 807 enseignants contaminés depuis la rentrée scolaire    Pas de report de l'examen régional de la 1-ère année du baccalauréat    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Mission française : les parents d'élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité    Les autorités serrent la vis à Casablanca    Le covid-19 ferme un célèbre quartier à Fès (PHOTOS)    Dislog: belle opération du groupe avec le rachat de Fine Hygienic Holding    Démarchage téléphonique : une loi française met-elle les call center marocains en danger ?    Finances - Bilan au 1er semestre 2020 : TAQA Maroc présente ses résultats    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Baromètre Deloitte des CEOs africains : L'après-Covid-19 vu par les patrons africains    Maroc : Bilan positif pour la 61è Assemblée des Etats membres de l'OMPI    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Liquidité des banques: le besoin se creuse en août    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Les écoles françaises au Maroc font preuve de résilience    El Otmani a parlé des vaccins anti-covid 19    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    World News Day: D'esclave à activiste    A quoi servent les rapports d' activité des institutions de gouvernance ?    FAR: le général Louarak en visite d'inspection au mur de défense    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    La nécessité de la Politique !    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le coup de gueule de Laura Smet contre la cruauté envers les animaux    Ayoub Qanir primé à Toronto et Venise    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    À Washington, derniers hommages à la juge Ruth Bader Ginsburg avant la bataille politique    Mali : la Cédéao pourrait acter vendredi une levée des sanctions    Présidentielle américaine : Donald Trump peu enthousiaste à l'idée d'une passation pacifique du pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Mona Saber», un film lumineux
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 31 - 01 - 2002

Mardi 29 janvier, avant-première au cinéma Rialto de «Mona Saber», un long-métrage de Abdelhaï Laraki. Ce film raconte l'histoire d'une jeune Parisienne en quête de son père marocain.
«Mona Saber» commence dans un cimetière à Paris. Une mère discute avec sa fille à proximité d'une tombe.
La première révèle à son enfant que l'homme enterré devant elle n'est pas son vrai père. Son géniteur est marocain, et porte le nom de Mahmoud Saber. Il a disparu sans laisser de trace, il ne subsiste de lui qu'une lettre envoyée d'Essaouira. Mona (Carmen Ramos) part alors à la recherche de son père. Elle atterrit à Casablanca. Elle est assistée dans sa quête par un couple : Leyla (Asmaâ Khamlichi) et son compagnon Yacine (Khalid Benchagra).
De fil en aiguille, Mona apprend que son père a été arrêté pendant les années dites de plomb. Elle retrouve à Essaouira la maison où vivait son père, et une tante à moitié folle qui répète inlassablement : «Derb Moulay Chrif».
Mona retrouvera finalement son père, ou du moins ce qui en reste, dans la mémoire de ceux qui l'ont connu: il est mort. Cette quête d'un disparu est aussi un voyage initiatique. Mona fera en quelque sorte sa mue au Maroc. Celle qu'on voit à la fin du film n'a rien à voir avec la Parisienne frivole de la première scène: le combat de son père l'a changée. C'est ainsi qu'on peut brièvement résumer la trame du premier long-métrage de Abdelhaï Laraki.
Sur le plan technique, « Mona Saber » est à tous égards réussi. L'on ne verra pas ici les défauts du son et de l'image auxquels nous ont habitués certains films marocains.
« Mona Saber » est d'une facture qui le rend apte à rivaliser avec des films internationaux. À cet égard, la lumière est particulièrement soignée dans ce long-métrage.
Les reflets, les miroitements, le clair-obscur des scènes intimistes ont été superbement rendus par Kamal Derkaoui, le directeur photo du film. Ce travail sur la lumière surprendra par sa qualité plus d'un spectateur. La musique, composée par Mathias Duplessy, épouse la thématique du film. Elle ajoute du sens à certaines séquences. Au demeurant, Abdelhaï Laraki a orchestré certaines chansons du répertoire marocain d'une façon pertinente. L'un des moments forts du film doit beaucoup à une chanson de Nass El Ghiwane.
Par ailleurs, le jeu des acteurs est inégal. Abdelhaï Laraki a fait un choix audacieux en optant pour de nouveaux visages. Il a permis à Asmaâ Khamlichi, qui avait jusque-là tenu des rôles secondaires, de révéler l'étendue de ce qu'elle peut faire.
Une nouvelle star du cinéma national est née dans ce film. Au reste, le personnage incarné par Carmen Ramos lui a imposé de jouer de deux façons distinctes. Au début, on n'entre pas vraiment dans son jeu, elle n'a pas de présence. Mais après la scène très symbolique où elle vomit, un autre personnage renaît.
Carmen Ramos a en quelque sorte vomi son inconséquence ancienne pour s'ouvrir à la réalité du pays de son père. Khalid Benchagra est un bel acteur. Il joue bien quand il ne parle pas. En effet, sa voix porte un préjudice à son jeu.
Il lui suffit juste de la travailler un peu pour qu'il soit notre Georges Clooney ! Avec ce premier-long métrage, Abdelhaï Laraki ajoute une œuvre distinguée au cinéma marocain. Il reste au réalisateur de développer les séquences qui ont ému les spectateurs. Vivement son prochain long alors !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.