Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Autrement : La Syrie peut-elle changer ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 04 - 2011

Dans les jours qui ont suivi les révolutions de Tunisie et d'Egypte, beaucoup se sont demandés : et la Syrie va t-elle bouger aussi?
Durant plusieurs semaines, rien ne s'est passé. Le pouvoir de Bachar al-Assad pouvait se montrer satisfait. Dès le début de l'année 2011, il avait tout fait pour prévenir de possibles révoltes, annonçant de nombreuses mesures sociales et faisant baisser les prix des produits de première nécessité. Mais les aspirations à plus de liberté et à davantage de justice ont fini par se faire entendre, dans le sud du pays d'abord, dans les faubourgs de Damas ensuite. Le régime, qui avait mobilisé ses services de sécurité et ses partisans, a répondu par la répression: plusieurs dizaines de morts, des centaines de blessés, de multiples arrestations. La protestation, cependant, ne s'est pas éteinte. La Syrie représente un cas très particulier. Alors que, au Bahreïn, nous avons un pays majoritairement chiite dirigé par une dynastie sunnite, à Damas on trouve un pouvoir alaouite (à ne pas confondre avec la monarchie marocaine) qui est issu d'une branche du chiisme. Il y a onze ans, en l'an 2000, Bachar al-Assad a succédé à son père, Hafez al-Hassad, qui avait conquis par la force le pouvoir en 1971. On a alors pu espérer que le jeune chef d'Etat, formé en Grande-Bretagne, allait rompre avec le pouvoir autoritaire de son père et engager de véritables réformes. Il n'en a rien été. La famille al-Assad tient les principaux leviers de commande du pays. Un des cousins de Bachar, en particulier, a la mainmise sur les secteurs les plus rentables de l'économie nationale. Les généraux, souvent alaouites eux aussi, ont toute liberté pour s'enrichir grâce à la corruption, dès lors qu'ils prouvent leur fidélité au président et à son clan. Une police politique toute puissante, les moukhabarat, surveille de près tout mouvement de contestation et frappe sans pitié les protestataires. Le pays, dirigé à partir de son indépendance par le parti Baath qui se voulait, à l'époque, laïc et socialiste, est désormais totalement engagé dans l'économie de marché, ce qui crée de nouveaux riches mais, aussi, de nouvelles pauvretés. Quand le printemps arabe a touché la Libye, le colonel Kadhafi a aussitôt demandé le soutien de Bachar al-Assad. Celui-ci le lui a accordé sans hésiter. Des militaires syriens ont été envoyés en Libye, afin de renforcer des troupes déjà présentes dans le cadre d'accords de coopération. Et la Syrie s'est opposée à la Ligue arabe, quand celle-ci s'est prononcée en faveur d'une zone de non-survol du territoire libyen pour stopper la violence de Kadhafi contre son peuple. En fait, Bachar al-Assad est conscient que, si Kadhafi tombe, cette chute pourra apparaître comme annonciatrice de la sienne aux yeux de la population syrienne. Pourtant, Bachar ne semble pas haï par la majorité de son peuple. Il aurait encore la possibilité d'apporter de vrais changements. Mais depuis quarante ans, le clan des al-Assad exerce le pouvoir par la force. Peut-il apprendre à gouverner autrement? Surtout, Bachar al-Assad doit veiller à ce que ceux qui forment le socle et le ciment de son régime: sa famille, les généraux corrompus, les moukhabarat, ne se sentent pas menacés. Lui pourrait peut-être accepter la démocratisation de son régime. Pas eux. Jusqu'à quand la fuite en avant sera-t-elle possible ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.