Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libéré de la prison, un mineur a violé, égorgé et enterré une mère de famille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 05 - 2011

Une mère de sept enfants et enceinte d'un huitième a été violée avant d'être égorgée et enterrée par un repris de justice, encore mineur, qui vient d'être relâché de la prison.
Nous sommes le dimanche 15 mai. Dans la région d'Al Arjate, à une quinzaine de kilomètres de la ville de Salé, quelques bergers qui étaient derrière leurs troupeaux ont remarqué les pieds d'un être humain dont une partie était enfouie dans la terre. Les éléments de la gendarmerie royale ont été alertés. Chapeautés par le commandant régional à Rabat-Salé, le commandant à Al Arjate et le représentant du parquet général près la Cour d'appel de Rabat, les limiers se sont dépêchés sur les lieux. Les éléments de la police scientifique et technique, ainsi que ceux de l'identification judiciaire les ont aussitôt rejoints. Ils ont entamé un constat d'usage. En fait, facilement, ils ont exhumé le cadavre d'une femme, égorgée et criblée de coups d'une arme tranchante. La victime qui n'est pas encore en décomposition semblait être enceinte. Les enquêteurs ont déduit, aussitôt, que la victime était mariée et sa liquidation et son enterrement n'ont pas dépassé les vingt-quatre heures. Quelques gouttes de sang et les empreintes digitales de la victime ont été prélevées sur la scène du crime par les scientifiques de la police. Au laboratoire, les analyses ont révélé que le sang appartenait à la victime. Il n'y avait aucune trace de l'auteur (ou les auteurs) du crime macabre. Par ailleurs, les enquêteurs sont arrivés à identifier la victime. Il s'agit d'une mère de sept enfants, quadragénaire, qui était au cinquième mois de grossesse, demeurant dans la région d'Al Arjate. Le lendemain matin, les enquêteurs sont allés à la morgue de Salé pour rencontrer le médecin légiste qui a autopsié le cadavre de la victime. Celui-ci leur a affirmé que la victime avait été violée avant d'être tuée à coups de couteau. À défaut d'un élément matériel permettant de tirer l'affaire au clair, les enquêteurs ont recouru aux fichiers des repris de justice surtout ceux qui venaient d'être relâchés après avoir purgé une peine d'emprisonnement. Ils ont ciblé ensuite ceux qui avaient commis leurs crimes en utilisant une arme blanche surtout un couteau. Seulement, ces recherches ne leur ont pas permis de mettre l'index sur un présumé auteur de ce crime macabre. Et c'était le deuxième pas qui a été entrepris dans cette enquête qui était dans ses premières heures. Ce deuxième pas a ciblé les femmes qui étaient victimes de viol ou de tentative de viol, mais qui n'ont pas, par crainte, recouru à la gendarmerie royale pour déposer plainte. Ces femmes étaient connues par les habitants de la région. Parmi elles, il y avait une sexagénaire. Celle-ci était chez elle, la nuit, quand un jeune garçon est arrivé à entrer chez elle et se glisser dans son lit. En lui fermant la bouche, il a tenté de lui enlever ses vêtements. Seulement, elle est arrivée à crier et à demander secours. Et il a pris la fuite après l'intervention des voisins. Qui est-il ? Il s'agit d'un repris de justice, âgé de dix-sept ans, qui venait, il y a uniquement un mois, d'être libéré de la prison après avoir purgé une peine d'emprisonnement d'un an ferme. Arrêté, il a craché le morceau. Il était bel et bien l'auteur de ce crime. Le mis en cause a affirmé aux enquêteurs avoir rencontré, samedi 14 mai, la femme qui empruntait son chemin. Sans prendre en considération qu'elle était mère de sept enfants et qu'elle était enceinte d'un huitième, il l'a obligée, sous la menace d'un couteau, à lui céder. Après quoi, il l'a criblée de coups de couteau avant de l'égorger et l'enterrer. Le soir, il est retourné chez lui pour plonger dans un profond sommeil comme si de rien ne s'est passé.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.