Les échanges commerciaux et les investissements au centre des entretiens El Otmani-Pompeo    La Fondation Esprit de Fès balise l'avenir    Nador : Saisie de plus de cinq tonnes de chira    Présidentielles algériennes: Débat télévisé entre les cinq candidats    Driouch: Une secousse tellurique de magnitude 4 constatée    Achraf Hakimi demande la main de Hiba Abouk    Le sélectionneur national des Emirats arabes unis, Bert Van Marwijk, limogé    Marrakech-Safi: Une production d'olives estimée à 223.000 tonnes    Création du "Club de Casablanca" de l'Africa Security Forum    Hawaï: Un marin tue 2 personnes sur la base de Pearl Harbor et se suicide    Colombie: Plusieurs milliers de manifestants contre le gouvernement d'Ivan Duque    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    Une difficile équation à résoudre en Afrique    Maghribiyates: Le 1er média féminin sans tabou sans filtre des marocaines    Fédération royale marocaine de football : La programmation des matchs du championnat Pro au cœur de la réunion du comité directeur    Dakhla : Les nageurs marocains dominent la 5ème édition du «Morocco Swim Trek»    Tirage au sort : Argentine-Chili en ouverture de la Copa America 2020    «L'impact climatique à l'origine l'appauvrissement des populations»    Vague de Froid et Santé: Comment se mieux se protéger?    Marrakech : Plus de 680 suspects arrêtés en novembre    Le port de pêche d'Agadir!    «Nos budgets pour le cinéma sont faibles»    Perception Politique Solidaire    PLF 2020. Benchaâboun attendu à la 2e Chambre    Journée mondiale de la prématurité : Plus de 91.000 prématurés naissent chaque année au Maroc    L'OCDE, nihiliste ?    FIFM 2019: La campagne gratuite de chirurgie de la cataracte fédère    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Avis aux touristes de Paris: Pour les monuments, revenez demain... peut-être !    Le doyen de la chanson marocaine    Un voyage musical à la quête des racines    Le nouveau modèle de développement salué par le FIDA    Trump a commis des actes passibles de destitution, selon des experts en droit    Lutte antiterroriste : Une cellule partisane de «Daech» démantelée    Chutes de neige et pluies : Alerte orange dans plusieurs régions    Grève des contrôleurs aériens en France et en Europe : La RAM appelle ses clients à se renseigner    Le couteau sur la gorge pour les bons citoyens, le coup d'éponge pour les tricheurs !    La résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques    La gestion des déchets, un casse-tête marocain        L'administration traîne les pieds pour répondre aux doléances des citoyens    Le retour de Hakimi au Real est décidé    Nouveau modèle de développement au Maroc    Des grands noms du cinéma international en conversation libre avec le public à Marrakech    FIFM. Bertrand Tavernier: «Je n'aime pas la violence, je préfère la suggérer»    La "Puce" Lionel Messi de retour au sommet    Jain se confie à coeur ouvert sur son burn-out    Le Maroc prend part au Festival d'Alexandrie du théâtre arabe des instituts spécialisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libéré de la prison, un mineur a violé, égorgé et enterré une mère de famille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 24 - 05 - 2011

Une mère de sept enfants et enceinte d'un huitième a été violée avant d'être égorgée et enterrée par un repris de justice, encore mineur, qui vient d'être relâché de la prison.
Nous sommes le dimanche 15 mai. Dans la région d'Al Arjate, à une quinzaine de kilomètres de la ville de Salé, quelques bergers qui étaient derrière leurs troupeaux ont remarqué les pieds d'un être humain dont une partie était enfouie dans la terre. Les éléments de la gendarmerie royale ont été alertés. Chapeautés par le commandant régional à Rabat-Salé, le commandant à Al Arjate et le représentant du parquet général près la Cour d'appel de Rabat, les limiers se sont dépêchés sur les lieux. Les éléments de la police scientifique et technique, ainsi que ceux de l'identification judiciaire les ont aussitôt rejoints. Ils ont entamé un constat d'usage. En fait, facilement, ils ont exhumé le cadavre d'une femme, égorgée et criblée de coups d'une arme tranchante. La victime qui n'est pas encore en décomposition semblait être enceinte. Les enquêteurs ont déduit, aussitôt, que la victime était mariée et sa liquidation et son enterrement n'ont pas dépassé les vingt-quatre heures. Quelques gouttes de sang et les empreintes digitales de la victime ont été prélevées sur la scène du crime par les scientifiques de la police. Au laboratoire, les analyses ont révélé que le sang appartenait à la victime. Il n'y avait aucune trace de l'auteur (ou les auteurs) du crime macabre. Par ailleurs, les enquêteurs sont arrivés à identifier la victime. Il s'agit d'une mère de sept enfants, quadragénaire, qui était au cinquième mois de grossesse, demeurant dans la région d'Al Arjate. Le lendemain matin, les enquêteurs sont allés à la morgue de Salé pour rencontrer le médecin légiste qui a autopsié le cadavre de la victime. Celui-ci leur a affirmé que la victime avait été violée avant d'être tuée à coups de couteau. À défaut d'un élément matériel permettant de tirer l'affaire au clair, les enquêteurs ont recouru aux fichiers des repris de justice surtout ceux qui venaient d'être relâchés après avoir purgé une peine d'emprisonnement. Ils ont ciblé ensuite ceux qui avaient commis leurs crimes en utilisant une arme blanche surtout un couteau. Seulement, ces recherches ne leur ont pas permis de mettre l'index sur un présumé auteur de ce crime macabre. Et c'était le deuxième pas qui a été entrepris dans cette enquête qui était dans ses premières heures. Ce deuxième pas a ciblé les femmes qui étaient victimes de viol ou de tentative de viol, mais qui n'ont pas, par crainte, recouru à la gendarmerie royale pour déposer plainte. Ces femmes étaient connues par les habitants de la région. Parmi elles, il y avait une sexagénaire. Celle-ci était chez elle, la nuit, quand un jeune garçon est arrivé à entrer chez elle et se glisser dans son lit. En lui fermant la bouche, il a tenté de lui enlever ses vêtements. Seulement, elle est arrivée à crier et à demander secours. Et il a pris la fuite après l'intervention des voisins. Qui est-il ? Il s'agit d'un repris de justice, âgé de dix-sept ans, qui venait, il y a uniquement un mois, d'être libéré de la prison après avoir purgé une peine d'emprisonnement d'un an ferme. Arrêté, il a craché le morceau. Il était bel et bien l'auteur de ce crime. Le mis en cause a affirmé aux enquêteurs avoir rencontré, samedi 14 mai, la femme qui empruntait son chemin. Sans prendre en considération qu'elle était mère de sept enfants et qu'elle était enceinte d'un huitième, il l'a obligée, sous la menace d'un couteau, à lui céder. Après quoi, il l'a criblée de coups de couteau avant de l'égorger et l'enterrer. Le soir, il est retourné chez lui pour plonger dans un profond sommeil comme si de rien ne s'est passé.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.