Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    Le CRI de Marrakech-Safi lance une plateforme de financement en ligne pour les entrepreneurs    Lancement d' une opération d'échange de valeurs du Trésor de 450 MDH    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Syrie : Biden entre en guerre    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Botola Pro D1. Victoire à l' arraché du HUSA    L'ovale nationale fait les frais d'" agissements frauduleux "    Session extraordinaire du Parlement le 2 mars prochain    L'Europe s'inquiète Les Etats-Unis s'estiment " en avance "    Présentation de la nouvelle stratégie du CAFRAD    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Signature d'une convention de partenariat entre la CNDP et le ministère de la Justice    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Tunisie: un collectif appelle à la légalisation du cannabis    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Politique : Khadija Rouissi claque la porte du PAM
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 07 - 2011

Khadija Rouissi, membre du bureau national du PAM, a présenté, mercredi, sa démission du parti. Dans une lettre adressée au SG du parti, Mme Rouissi affirme que le parti n'a plus aucun projet.
Coup dur pour le Parti Authenticité et Modernité (PAM). Khadija Rouissi, membre du bureau national et l'un des membres fondateurs du PAM, a présenté publiquement, mercredi 20 juillet, sa démission du parti. Dans une lettre adressée à Mohamed Cheikh Biadillah, secrétaire général du PAM, elle explique les raisons de sa démission. «Les fondateurs avaient un projet de société, auquel j'ai adhéré sans réserve aucune, consciente que nous avions un rôle certain à jouer pour la consolidation de la démocratie et la modernisation de notre pays, sans perdre de vue notre authenticité. Au fil des semaines et des mois, j'ai pu constater une dérive vers un conservatisme, contraire à l'esprit qui prévalait à la création du parti», souligne Mme Rouissi, qui était également présidente de la commission d'éthique du parti. En termes clairs, Mme Rouissi a fait part de son amertume quant à l'évolution du parti qu'elle a pourtant défendu avec ardeur depuis sa création en 2009. «Je suis obligée de constater que le parti n'a plus aucun projet et une absence totale de tout débat, que le seul souci reste aveuglément les élections, qu'il y a un acharnement sans précédent contre les modernistes du parti et qu'il n'y a aucun contrôle des élus», précise-t-elle dans sa lettre. «Plusieurs rapports et recommandations de la commission d'éthique sont restés sans réponse et des plaintes de militants arrivant au secrétariat général ne sont pas toujours présentées à la commission d'éthique», ajoute-t-elle. «Reprendre les mêmes personnes pour les élections est dangereux et ne tient aucunement compte des derniers événements qu'a connus notre pays. Je suis très attachée à la stabilité et la quiétude de notre cher pays», peut-on lire dans la démission de Mme Rouissi. Elle souligne en dernier lieu son indignation pour les attaques dont elle dit être la cible depuis quelque temps sur les sites même du parti. L'annonce de la démission de Mme Rouissi a eu un effet de choc auprès des membres du parti du Tracteur. Avec la polémique récente suscitée par la démission de la maire de Marrakech Fatima Zohra Mansouri, Fouad Ali El-Himma qui a pris ses distances avec le parti et des manifestations du 20 février qui ne cessent d'appeler à la dissolution du PAM, le parti dirigé par Cheikh Biadillah se trouve aujourd'hui, selon les observateurs de la scène politique, dans une situation délicate. Ceci dit, les dirigeants du PAM n'ont pas du tout apprécié la démarche de Mme Rouissi. «Je respecte les choix de Mme Rouissi. Je ne sais pas quelles sont les causes réelles de sa démission. Mais, je dis de manière générale et sans faire allusion directement à Mme Rouissi que le fait de ses responsabilités dans le cadre du militantisme n'a aucun sens. La critique doit se faire de l'intérieur et non pas de l'extérieur. Le fait de démissionner est une solution de facilité», souligne Milouda Hazib, membre du bureau national du PAM, dans une déclaration à ALM. «Quand on croit réellement à un projet, on doit le défendre jusqu'au bout. Moi je dis que, dans les circonstances actuelles, celui qui laisse tomber le parti donne l'impression qu'il n'était qu'un opportuniste. En plus, il s'agit d'une trahison de soi-même», ajoute-t-elle. A noter que le PAM n'avait pas prévu de réunion de son bureau politique pour cette semaine, mais la démission de Mme Rouissi donnera lieu inévitablement à une réunion des dirigeants du PAM pour examiner la situation et prendre les décisions adéquates.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.