L'oral d'El Othmani devant la 1re Chambre    Examen des projets de loi relatifs aux Soulaliyates    El Jadida: Projet de cimenterie à 2,6 milliards de DH    Erdogan craint la perte d'Istanbul    Succession de Juncker: Le casse-tête européen    L'UE intransigeante face au Brexit    Mawazine: Une programmation plurielle et un parterre de stars- Reportage photos, Abdelmajid BZIOUAT    Festival gnaoua et musiques du Monde: Un moment de grâce dans la ville des Alizés    Essaouira: Quand les gnaoua reçoivent le monde    QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    Plusieurs conventions signées en marge du Salon Bio Expo Maroc    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Divers Economie    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Casablanca : entrée en vigueur des nouveaux contrats    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Neymar. Blaugrana de nouveau ?    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste dans la région d'El Haouz    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Industrie du verre : les ophtalmologues montent au filet    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    30 kg de résine de cannabis saisies à Bab Sebta    La canicule s'installe sur l'Europe, records de chaleur attendus    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Mohamed Ali Bensouda : «Nous souhaitons aborder la question des retraites et de notre rapport aux jeunes et aux aînés»    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Bénin-Ghana. Match-test sans meneur pour les Ecureuils    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    Edito : Bronzette    Insolite : Mis en examen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence internationale sur le gouvernement ouvert
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 11 - 2012

Une conférence internationale sur la mise en œuvre «des politiques de gouvernance ouverte» a été organisée, jeudi à Rabat, à l'initiative du ministère de la fonction publique et de la modernisation de l'administration en partenariat avec l'OCDE. Cette manifestation qui s'inscrit dans le contexte des relations privilégiées qu'entretient le Maroc avec l'organisation internationale, se situe également dans le cadre de la coopération qu'elle cultive avec la région MENA «au lendemain du Printemps arabe».
La séance d'ouverture de la manifestation à laquelle ont participé des ONG marocaines a été marquée par plusieurs allocutions dont celles d'Abdelâdim El Guerrouj, de représentants du gouvernement et d'organismes européens et américains ainsi que d'un délégué de la CGEM. Elle a permis de mettre en évidence que la question de la bonne gouvernance et de la gestion transparente, «du fait même qu'elle est commune à quasiment tous les pays, est le grand défi du siècle». Elle a également levé l'équivoque qui veut que la gouvernance ne soit que politique. «Elle est également, et à part égale, économique», ont déclaré plusieurs intervenants. Ils ont précisé que s'il est admis que le gouvernement ouvert place le citoyen au centre de ses préoccupations, s'il lui est prescrit d'associer l'administré à la conception, à la mise en œuvre et à l'évaluation des politiques publiques, il lui faut également améliorer le climat des affaires.
Ce point de vue est en particulier celui du ministre délégué à la fonction publique qui a considéré que l'entreprise est un élément de l'équation à un double titre : en tant qu'ensemble de citoyens et en tant que source de richesses. D'autant plus, a-t-il ajouté, que l'attractivité économique n'est plus seulement une affaire d'atouts politiques et sociaux, mais aussi de climat des affaires. Abdelâdim El Guerrouj a dans ce contexte, mis en évidence les réformes progressistes mises en œuvre et l'esprit de dialogue qui caractérise le Maroc de Mohammed VI. Il a estimé que ces différentes avancées feraient la voie à l'adhésion du Maroc au GPO (partenariat pour un gouvernement ouvert) dont la mission des pairs se réunira à la fin de ce mois. C'est donc en prévision de cette éventualité que les deux réunions techniques qui se sont tenues l'après-midi dans le cadre de la conférence, ont plus spécialement porté sur les «aspects opérationnels de l'adhésion». Projet dont s'est félicité l'ambassadeur d'Espagne auprès de l'OCDE à «un double titre». Parce qu'il concerne «un pays voisin et ami et aussi parce qu'il émane d'un partenaire privilégié de l'OCDE».
Très attendue, cette adhésion qui doit marquer l'entrée du Maroc dans le club des gouvernements ouverts convient donc de la pertinence des pratiques de gestion de la chose publique marocaines. Des pratiques, ont dit les intervenants étrangers, qui consacrent «les principes d'accès des citoyens à l'évaluation des politiques publiques, de renforcement de la transparence, d'adaptation de l'administration aux besoins des citoyens et de reddition des comptes».
De source proche de la conférence, on indique que le Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) consiste à promouvoir la bonne gouvernance dans tous les domaines de la gestion publique, «y compris la transparence budgétaire et financière, l'accès à l'information et la participation effective des citoyens». Ces mêmes sources ajoutent que la candidature du Maroc à l'adhésion au club, outre qu'elle impose la contribution du secteur public, exige celle de la société civile et du secteur privé. Du côté marocain on assure que dans cette perspective un comité de pilotage pluriministériel a été constitué pour fixer les contributions de chaque département et pour en assurer le suivi et l'évaluation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.