Botola: Le programme de la14 e journée    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Le Maroc instaure le contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Jamal Sellami: Nous sommes venus ici pour décrocher au moins un point    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    La DGI à la rencontre des membres de la CGEM    Ajax : Tadic relativise l'importance du forfait de Ziyech    4ème Congrès du PAM : des pamistes toujours en quête d'un candidat rassembleur, proposent Mekki Zizi    Les enseignants contractuels reviennent à la charge    CGEM: Passation des pouvoirs entre Mohamed Bachiri et Chakib Alj    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    ONEE-TAQA : Prorogation du Contrat d'achat et de fourniture d'électricité de la centrale de Jorf Lasfar    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    L'ambassade du Maroc en Chine met en place une cellule de crise    Le nouvel Ambassadeur du Maroc au Liberia remet ses lettres de créance au Président Weah    Voici le temps qu'il fera ce samedi    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence internationale sur le gouvernement ouvert
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 11 - 2012

Une conférence internationale sur la mise en œuvre «des politiques de gouvernance ouverte» a été organisée, jeudi à Rabat, à l'initiative du ministère de la fonction publique et de la modernisation de l'administration en partenariat avec l'OCDE. Cette manifestation qui s'inscrit dans le contexte des relations privilégiées qu'entretient le Maroc avec l'organisation internationale, se situe également dans le cadre de la coopération qu'elle cultive avec la région MENA «au lendemain du Printemps arabe».
La séance d'ouverture de la manifestation à laquelle ont participé des ONG marocaines a été marquée par plusieurs allocutions dont celles d'Abdelâdim El Guerrouj, de représentants du gouvernement et d'organismes européens et américains ainsi que d'un délégué de la CGEM. Elle a permis de mettre en évidence que la question de la bonne gouvernance et de la gestion transparente, «du fait même qu'elle est commune à quasiment tous les pays, est le grand défi du siècle». Elle a également levé l'équivoque qui veut que la gouvernance ne soit que politique. «Elle est également, et à part égale, économique», ont déclaré plusieurs intervenants. Ils ont précisé que s'il est admis que le gouvernement ouvert place le citoyen au centre de ses préoccupations, s'il lui est prescrit d'associer l'administré à la conception, à la mise en œuvre et à l'évaluation des politiques publiques, il lui faut également améliorer le climat des affaires.
Ce point de vue est en particulier celui du ministre délégué à la fonction publique qui a considéré que l'entreprise est un élément de l'équation à un double titre : en tant qu'ensemble de citoyens et en tant que source de richesses. D'autant plus, a-t-il ajouté, que l'attractivité économique n'est plus seulement une affaire d'atouts politiques et sociaux, mais aussi de climat des affaires. Abdelâdim El Guerrouj a dans ce contexte, mis en évidence les réformes progressistes mises en œuvre et l'esprit de dialogue qui caractérise le Maroc de Mohammed VI. Il a estimé que ces différentes avancées feraient la voie à l'adhésion du Maroc au GPO (partenariat pour un gouvernement ouvert) dont la mission des pairs se réunira à la fin de ce mois. C'est donc en prévision de cette éventualité que les deux réunions techniques qui se sont tenues l'après-midi dans le cadre de la conférence, ont plus spécialement porté sur les «aspects opérationnels de l'adhésion». Projet dont s'est félicité l'ambassadeur d'Espagne auprès de l'OCDE à «un double titre». Parce qu'il concerne «un pays voisin et ami et aussi parce qu'il émane d'un partenaire privilégié de l'OCDE».
Très attendue, cette adhésion qui doit marquer l'entrée du Maroc dans le club des gouvernements ouverts convient donc de la pertinence des pratiques de gestion de la chose publique marocaines. Des pratiques, ont dit les intervenants étrangers, qui consacrent «les principes d'accès des citoyens à l'évaluation des politiques publiques, de renforcement de la transparence, d'adaptation de l'administration aux besoins des citoyens et de reddition des comptes».
De source proche de la conférence, on indique que le Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) consiste à promouvoir la bonne gouvernance dans tous les domaines de la gestion publique, «y compris la transparence budgétaire et financière, l'accès à l'information et la participation effective des citoyens». Ces mêmes sources ajoutent que la candidature du Maroc à l'adhésion au club, outre qu'elle impose la contribution du secteur public, exige celle de la société civile et du secteur privé. Du côté marocain on assure que dans cette perspective un comité de pilotage pluriministériel a été constitué pour fixer les contributions de chaque département et pour en assurer le suivi et l'évaluation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.