Hajj 2021: nouvelle annonce du ministère des Habous    Équipe nationale : On tire la sonnette d'alarme !    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Variant indien au Royaume-Uni: Boris Johnson avertit    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    La Bourse de Casablanca en hausse    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Le quartier Cheikh Jarrah, centre de gravité du conflit israélo-palestinien    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    Euro 2021 : Programme et chaînes    Wikipedia en version Darija est désormais disponible    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Roland-Garros: Djokovic fait tomber Nadal et file en finale (VIDEO)    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 400 nouveaux cas, 523.165 au total, vendredi 11 juin 2021 à 16 heures    Crise migratoire Maroc/Espagne: réunion d'urgence du parlement arabe    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'arbitrage…du bon Dieu
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 03 - 2002

Saïd Belqola est l'un des rarissimes arbitres marocains à avoir officié dans un mondial. Retour sur une personnalité de fer qui combat la maladie avec courage, tout comme elle a su se frayer un chemin parmi les grands arbitres de la planète.
L'arbitre international marocain Saïd Belqola se porte bien. Après une période de traitement et de suivi de sa maladie à Paris, il est de retour au Maroc. Son courage et sa détermination à combattre sa maladie en font l'exemple même de l'homme sans peur et sans complexe. Celui qui a donné au monde entier une leçon d'arbitrage lors du mondial 1998, qui avait opposé la France au Brésil et où il avait officié avec maestria, n'en a pas fini avec les grands défis. Des défis qu'il relève avec un courage inouï et une foi sans faille.
Agé de 47 ans et natif d'Oujda, Belqola est arbitre pour le compte de la FIFA depuis 1993. Cela fait pas moins de 19 ans qu'il officie dans le Royaume. Le couronnement de la carrière de cet inspecteur de douane n'est autre que World Cup 1998. Après avoir dirigé les matches opposant l'Allemagne aux Etats-Unis et l'Argentine à la Croatie, l'arbitre marocain n'allait pas tarder à utiliser son sifflet pour la finale. Une désignation grâce à laquelle le Maroc, dans son ensemble, a été honoré. «C'est une très grande fierté d'arbitrer la finale de la Coupe du Monde, c'est l'arbitrage marocain, arabe et africain qui est honoré par cette sélection», avait déclaré Saïd Belqola à l'annonce de sa sélection.
C'est dire que l'homme sentait plus la lourde responsabilité d'arbitrer une telle rencontre, que la flatterie de cet honneur. Une première pour un arbitre africain et un jour historique. Loin d'être impressionné par l'idée d'arbitrer des joueurs du calibre de Zidane ou un autre Ronaldo et fidèle à sa rigueur habituelle, il avait alors déclaré: «avant d'être des stars, ce sont des joueurs et qui doivent respecter le règlement comme les autres».
Saïd Belqola n'en était pas à sa première finale. En février de la même année, il avait déjà arbitré la finale de la Coupe d'Afrique des Nations au Burkina Faso. Sa sélection n'était alors qu'une demi-surprise.
Il faisait, et fait toujours, partie du cercle très fermé des dix meilleurs arbitres mondiaux. Bien après le mondial, Belqola n'en finissait pas de susciter l'intérêt général, notamment celui des médias…internationaux. Bien que souffrant depuis déjà longtemps et malgré tous les efforts qu'il a consenti au service de l'arbitrage marocain, donnant au passage le meilleur de lui-même, nos supports d'information n'en parlent que très peu. Il faut le dire, les seuls journaux à avoir consacrer leurs colonnes pour rendre hommage, comme il se doit, au grand Belqola sont l'Opinion et Al Mountakhab.
Entre son lit, auquel il est désormais condamné, et l'hôpital militaire de Rabat auquel il se rend trois fois par semaine afin d'assurer le suivi de son traitement, Belqola continue son petit bonhomme de chemin. Armé de sa grande foi en Dieu tout puissant qui voulait qu'il en soit ainsi, il lutte avec acharnement contre la maladie, aidé en cela par les services sociaux de la Gendarmerie Royale et la sollicitude de sa majesté de le Roi.
Père d'une famille de 4 enfants, Belqola travaille actuellement sur l'écriture de ses mémoires et l'élaboration d'un livre sur l'arbitrage, un rêve qu'il a toujours nourri. Une façon de laisser des traces d'une vie de labour et d'abnégation. Une vie pleine. Bon courage Belqola et que Dieu vous vienne en aide.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.