Quand Ben Bella reconnaissait la souveraineté du Maroc sur le Sahara oriental    Météo au Maroc: les prévisions du vendredi 19 août    Houcine Ammouta de retour sur le banc du WAC de Casablanca    CAN U23 – Maroc 2023 : Résultats du tirage au sort    Benkirane : «Les déclarations de Raisouni ne reflètent pas les positions du PJD»    Incendie de forêt près de M'diq: l'OCI soutient le Maroc    Rabat: terrible accident près du complexe Moulay Abdellah    Météo: températures en hausse ce vendredi au Maroc    Rentrée scolaire 2022/23: Les prix des manuels scolaires inchangés    فيروس كورونا : 79 إصابة جديدة ولا وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Le nouveau nez de l'actrice marocaine Hasnae Moumni divise la Toile (PHOTO)    De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Sahara : Le Pérou décide de retirer sa reconnaissance au Polisario    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    Orages en France: trois morts en Corse    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    Frais de scolarité : l'angoisse de fin de vacances    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Le kickboxing et le judo marocains décrochent cinq médailles de bronze    Ukraine / Zaporijia : L'OTAN réclame une "inspection" urgente de l'AIEA    Tournoi international d'Autriche maintenu : L'équipe nationale A' s'est envolée pour Vienne    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Walid Regragui prépare sa liste élargie. Ziyech, Adli et autres Lions pressentis    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Franc CFA : Maintenir, réformer ou sortir
Publié dans Barlamane le 15 - 06 - 2019

Le FCFA, devise principale de l'Afrique Centrale, traverse une zone d'instabilité. Les activités des banques et des entreprises peinent à garder leur cours normal à cause d'une pénurie de la devise.
La pénurie des devises en Afrique centrale, revient à plusieurs facteurs, notamment la hausse des frais de change, la dévaluation de la devise, et les infractions de la réglementation des changes commises par certaines banques. Les pays adoptant la devise du FCFA ont l'obligation de déposer 50% de leurs réserves de change au Trésor Français.
Les six pays africains qui forment la Communauté économique et monétaire d'Afrique Centrale (CEMAC) à savoir, le Cameroun, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République Centrafricaine, le Congo et le Tchad sont animés de tensions par rapport à leur devise. La question fatidique qui se pose : faut-il réformer, maintenir ou carrément sortir du FCFA. Et pour y répondre, le continent africain est divisé en deux positions distinctes : un front anti-FCFA, et un front anti-réforme.
Pour le premier, la maîtrise de sa propre monnaie est une affaire de souveraineté. Depuis son instauration en 1945, la France est un acteur monétaire principal du FCFA. Cette devise est liée à un passé colonial, il équivaut à une mainmise française sur le continent. Cela est étroitement lié au taux de change à parité fixe du FCFA avec l'euro. En effet, ce dernier est fixé à 650 FCFA pour un euro, une donnée considérée défavorable à la croissance économique.
Les chiffres parlent d'eux-mêmes. En 2018, le PIB des 14 membres de la devise FCFA équivalait à 222 Milliard de dollars, environ 8% du PIB français. Un véritable butin. Beaucoup de ces pays ont une politique monétaire qu'ils n'ont pas changé depuis 30 ans, elle paraît donc aujourd'hui soit dépassée, soit incapable des les aider à contrer les nouveaux défis de la décennie.
Le front anti-réforme s'abrite sous les arguments de la stabilité de la monnaie, qui, puisqu'elle est indexée à l'euro, est à l'abri des brusques fluctuations, surtout les dépréciations. Un autre argument tangible est que le FCFA bénéficie d'une crédibilité internationale vu son lien avec l'euro. Une donnée à double facettes puisque cela fait également du FCFA une monnaie surévaluée.
Reste à prendre en considération que les pays africains ne sont sous aucune obligation d'utiliser la monnaie et sont libres de la quitter quand ils le souhaitent, à l'instar du Mali, de la Mauritanie, ou encore la Guinée. Reste à savoir si les pays africains sont prêts à collaborer ensemble afin de créer une devise qui servira leurs intérêts, tout en leur permettant d'œuvrer ensemble sur des termes préférentiels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.