Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les manifestations à Hong Kong menacent l'économie de la Chine
Publié dans Barlamane le 19 - 08 - 2019

Secouée par une révolte pro-démocratie, l'ex-colonie britannique occupe une place centrale dans l'économie chinoise. La crise politique à Hong Kong est susceptible d'avoir des conséquences pires que celles de la crise financière de 2008 sur la Chine. Face à l'ampleur des contestations, Pékin a vite haussé le ton. Cependant, Pékin n'a pas une multitude d'options pour gérer cette crise. Il semblerait que la Chine ne puisse mettre à exécution ses menaces : elle a besoin économiquement de Hong Kong.
Depuis son grand retour à l'Empire Céleste, l'ex-colonie britannique ne cesse de vivre une relation amour-haine avec Pékin. Personne à Hong Kong ne nie que la ville ait pu construire sa richesse grâce à son voisin compte tenu de sa position de porte d'entrée. Cependant, Hong Kong est aussi la porte d'entrée des Chinois sur le monde libre. Suite aux mouvements de contestation nés en juin, Pékin ne cesse de menacer Hong Kong. Cependant, il semble que la Chine soit dans l'obligation de laisser courir le mouvement.
Hier, une nuée de parapluies a envahi le parc Victoria au cœur de Hong Kong pour témoigner de son soutien à la mobilisation pro-démocratique sans précédent dans l'ex-colonie britannique et ce, en dépit des violences et des menaces d'intervention de Pékin, dont les jets d'eaux pour disperser la foule. Les organisateurs estiment qu'ils étaient 1,7 millions contestataires, soit la plus forte mobilisation depuis des semaines.
Née en juin du refus d'un projet de loi controversé autorisant les extraditions vers la Chine, la mobilisation a depuis, élargi ses revendications pour demander l'avènement d'un véritable suffrage universel, sur fond de crainte d'une ingérence grandissante de Pékin. En effet, de plus en plus de personnes ont le sentiment que Pékin cherche à accroître sa mainmise sur Hong Kong.
Il s'agit d'une situation prise au sérieux par Pékin en raison la place qu'occupe la région semi-autonome dans son économie. En effet, Hong Kong est un marché économique extrêmement important pour la Chine, avec 1.300 multinationales ayant leur siège dans la ville.
Depuis la rétrocession, les accords commerciaux entre la Chine et Hong Kong se sont multipliés. Suite à cela, la valeur des importations et des exportations entre les deux économies ont connu une forte augmentation. D'après le Conseil de développement du commerce de Hong Kong, les investissements de la Chine dans le marché hongkongais sont passés de 10% en 1997 à près de 40% en 2015.
Certes, le PIB de Hong Kong ne représente plus que 3% de celui de la Chine, contre près de 18,5% en 1997, d'après des données de la Banque mondiale. Mais, la crise politique dans l'ex-colonie britannique pourrait avoir des conséquences pires que celles de la crise financière de 2008, comme l'a récemment souligné Carrie Lam, la cheffe pro-Pékin de l'exécutif local. «Un tel ralentissement ne devrait pas être sans conséquence pour Pékin», a-t-elle précisé.
Dans une analyse pour l'Institut Peterson d'économie internationale, Tianlei Huang, économiste universitaire, a souligné que Pékin « a développé des intérêts économiques et commerciaux énormes dans ce territoire. Les dirigeants chinois se rendent compte que, pour assurer sa propre prospérité, la Chine a toujours besoin d'un Hong Kong capitaliste ».
Willy Lam, analyste à l'université chinoise de Hong Kong, a fait savoir que plusieurs investisseurs chinois détiennent des fonds dans les banques hongkongaises et ont directement investi dans l'immobilier, des entreprises ou des commerces à Hong Kong. Ils ne veulent pas que le marché boursier et le marché immobilier s'effondrent. »
D'après le classement 2019 de la Banque mondiale sur la facilité à faire des affaires, Hong Kong est classé 4ème alors que la Chine est classée 46ème. Suite à cela, plusieurs entreprises chinoises préfèrent s'installer à Hong Kong compte tenu de la grande facilité avec laquelle les capitaux peuvent y circuler contrairement au reste du pays qui ne bénéficie pas de la même souplesse réglementaire. Selon le Conseil de développement du commerce de Hong Kong (HKTDC), près de 60% des investissements en provenance de Chine passent par Hong Kong.
S'agissant des mouvements boursiers, depuis 1986, neuf des dix plus grosses introductions en bourse à Hong Kong sont des entreprises chinoises. D'ailleurs, Alibaba Group, la plus grande plateforme de commerce B2B en ligne au monde, envisage une seconde cotation dans l'ancienne colonie britannique.
Si ce mouvement de contestations perdure, les entreprises chinoises présentes à Hong Kong risquent de souffrir éternellement des retombées économiques négatives de cette crise politique. De plus, les entreprises étrangères basées à Hong Kong et qui échangent avec Pékin seraient amenés à quitter le territoire, ce qui impacterait grandement l'économie de la Chine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.