Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chirac et le Maroc : une histoire de coeur
Publié dans Barlamane le 26 - 09 - 2019

Une confidence peu connue, livrée par un homme du sérail proche de l'ex-président Bouteflika, traduit la passion de l'homme : «Jacques Chirac est un Algérien de circonstance. Sa relation avec mon pays ne relève pas du cœur comme avec le Maroc».
Le 26 septembre 2019 marque une rupture dans l'imaginaire et les représentations des Français. Il est parti, à tout jamais, l'homme qui orne un légendaire cliché sautant les tourniquets du métro. Les hypothèses données à cet acte divergent : les tourniquets ne fonctionnaient pas selon certains, la mairie avait omis de lui fournir un ticket selon d'autres. Ce qui transparaît de cette photo, c'est donc bien davantage la vitalité d'un Jacques Chirac toujours énergique, que l'éventuel acte délictueux en lui-même.
Alors que les témoignages de tristesse affluent du monde entier, d'ores et déjà certains chefs d'Etat ont fait savoir qu'ils prendraient part aux obsèques. Celui qui a remporté deux élections présidentielles en 1995 et 2002, qui fut partie prenante dans quatre campagnes législatives victorieuses, tenait à rendre un dernier hommage à son grand ami, le Roi Hassan II.
Quand François Mitterrand refuse de choisir entre Alger et Rabat et se dit favorable à un référendum d'autodétermination sous contrôle international, Jacques Chirac, lui, soutient les thèses marocaines. Il rappelle que la France n'a pas reconnu le polisario, «cette organisation, je dis bien organisation, car ce n'est pas un Etat.»
Le 30 août 1994, l'inauguration de la grande mosquée Hassan II captive l'attention internationale. Jacques Chirac l'avait comparée à la basilique de Yamoussoukro (Côte d'Ivoire), symbole de grandeur et de hauteur.
Les dates du 19 au 23 juillet 1995, marquent la visite de Jacques Chirac au Maroc pour «rendre aux relations franco-marocaines le caractère d'exception qu'elles méritent.» Un premier déplacement après son accession à la fonction suprême, où il annonce l'idée d'un pacte de stabilité pour la Méditerranée. Des protocoles financiers de plus de deux milliards de francs sont conclus par les deux pays, une aide publique sans précédent.
Chirac disait qu'il comptait rentrer en scène au Moyen-Orient « en passant par la porte marocaine». On se souvient qu'au surlendemain d'une visite d'Etat du roi Hassan II, en mai 1996, Jacques Chirac décide d'accorder une grâce partielle à Omar Raddad. Le jardinier marocain avait été condamné, en février 1994, à dix-huit ans de réclusion criminelle pour le meurtre de Ghislaine Marchal, poignardée dans sa cave, dans une affaire qui n'a pas encore livré tous ses secrets.
Les Marocains gardent comme ultime image du Roi Hassan II, celle du Monarque, certes épuisé mais assistant, le 14 juillet 1999, aux côtés de Jacques Chirac, au défilé de sa garde, en uniforme écarlate, sur les Champs-Elysées. 1999 en France, c'est aussi l'année du «Temps du Maroc», celle d'un apaisement souhaité, et d'un regard neuf sur l'autre rive de la Méditerranée, après quatre décennies passionnelles, alternant élans et crises, enthousiasmes et crispations, espoirs et mésalliances.
Hassan II disait que Jacques Chirac était un ami proche. 1999 : le président français se montre très affecté par la disparition du roi Hassan II. Le dîner de gala offert en son honneur, vendredi 23 juillet, à Abuja, lors d'une visite officielle au Nigeria a été écourté. Il n'y a eu ni discours, ni festivités, comme prévu initialement. Le président français a fait une brève déclaration avant de regagner ses appartements : «C'est une immense peine que j'éprouve à la suite du départ de Sa Majesté le Roi Hassan II du Maroc, et j'adresse au roi Mohammed VI, à tous les siens et au peuple marocain tout entier mes condoléances très affectueuses et celles de la France. Je voudrais dire aux Français qu'ils ont perdu ce soir un homme qui aimait notre pays et qui aimait les Français. (…) Nous lui avons donné tous, le 14 juillet, un moment d'émotion, de bonheur, de fierté lorsqu'il a assisté au défilé du 14 juillet et en particulier au défilé de la prestigieuse garde royale marocaine, et je l'ai vu heureux.»
Le président français Jacques Chirac avait décidé d'écourter sa tournée africaine et annoncé dans la foulée qu'il se rendrait aux obsèques en compagnie de son épouse Bernadette qui fera avec lui le déplacement à Rabat.
Juin 2000. le Roi Mohammed VI se rend à Paris. « Ce que je dois à Feu le Roi Hassan II, j'entends le rendre à Sa Majesté Mohammed VI. Ce n'est pour moi ni un devoir ni une nécessité, mais l'affectueuse fidélité à une mémoire et à un lignage. Je suis heureux de voir se perpétuer le même dialogue confiant et nos voix s'accorder à l'unisson» a déclaré Jacques Chirac, alors que sa carrière commence à être racontée comme un parcours, un itinéraire, et une trajectoire ascensionnelle inédite.
En 2003, la réforme de la Moudawana suscite l'intérêt du monde, et plus particulièrement celui de la France. Jacques Chirac avait déclaré : «Ce nouveau code traduit la volonté du Royaume d'évoluer vers la démocratie, l'Etat de droit et l'égalité entre l'homme et la femme dans le respect des traditions culturelles et religieuses du Royaume […] Je ne voudrais pas abuser du terme de révolution. Mais c'est une évolution considérable et déterminée qui une fois de plus apporte le témoignage de la volonté du Royaume, du Roi et du peuple marocain d'aller vers la démocratie, les droits de l'Homme, l'Etat de droit, l'égalité homme-femme.»
Dans le tome II de ses mémoires paru 2011, Jacques Chirac note : « le Roi Mohammed VI du Maroc peut compter en toutes circonstances sur mon amitié ». Soutien indéfectible, il le fut, jusqu'au bout. Jacques Chirac aimait séjourner à La Gazelle d'Or à Taroudant, un somptueux havre affectionné par le gotha culturel et politique. Il aimait Agadir aussi où, précise un intime, «il se repose, se promène. Et sort quelquefois déjeuner avec ses proches à la marina». Après le décès tragique de sa fille Laurence en 2017, Jacques Chirac y retournera sur invitation du Monarque. «Le Roi m'a téléphoné trois fois et chacune de ses sœurs m'a également appelé» confiait Bernadette Chirac, désormais privée de l'homme de sa vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.