Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Algérie, de nombreux militants du mouvement de la contestation populaire libérés
Publié dans Barlamane le 02 - 01 - 2020

De nombreux militants du mouvement de contestation ont été remis en liberté provisoire, ce jeudi 2 janvier.
Faut-il voir un signal d'apaisement, après dix mois de Hirak ? De nombreux militants du mouvement de contestation en Algérie ont été remis en liberté provisoire, jeudi 2 janvier, dont une de ses figures, Lakhdar Bouregaâ, 86 ans, vétéran de la guerre d'indépendance, devenu un symbole de la répression, selon une association.
M. Bouregaâ a quitté la prison où il était en détention préventive depuis six mois. « Son procès, qui devait s'ouvrir ce [jeudi] matin a été reporté et le juge a décidé de le libérer », a expliqué son avocat, Me Abdelghani Badi. Il a précisé que M. Bouregaâ, qui a été opéré d'urgence d'une hernie durant sa détention en novembre, comparaîtrait libre lors de son procès, renvoyé au 12 mars.
Ont également été libérées une quinzaine d'autres personnes placées en détention préventive depuis plusieurs mois dans le cadre du Hirak, le mouvement de contestation populaire du régime déclenché le 22 février, a annoncé Kaci Tansaout, président d'une association de soutien.
Les remises en liberté provisoire se poursuivent et leur nombre exact n'est pas connu dans l'immédiat, a poursuivi M. Tansaout dont l'association, le Comité national de libération des détenus (CNLD), recensait jeudi environ 140 personnes emprisonnées, en attente de jugement ou condamnées, à travers le pays, en grande majorité à Alger. Il a évoqué une possible instruction du pouvoir de libérer l'essentiel des « détenus du Hirak », en vue de calmer cette contestation inédite.
L'arrestation à son domicile, puis le placement en détention préventive, le 30 juin, de M. Bouregaâ, haut responsable militaire de l'Armée de libération nationale (ALN) durant la guerre contre le pouvoir colonial français (1954-1962), avaient suscité l'indignation en Algérie.
Son portrait était depuis brandi dans les cortèges hebdomadaires du Hirak, auxquels il participait auparavant régulièrement, et il était devenu le symbole de tous les « détenus politiques et d'opinion » incarcérés depuis juin.
M. Bouregaâ avait été arrêté après avoir sévèrement critiqué le puissant chef d'état-major de l'armée de l'époque, le général Ahmed Gaïd Salah, qui apparaissait alors comme l'homme fort de l'Algérie depuis la démission le 2 avril du président Abdelaziz Bouteflika, sous la pression du Hirak.
Le général Gaïd Salah est mort le 23 décembre, quelques jours après l'entrée en fonction du nouveau président Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier a été élu le 12 décembre, lors d'une présidentielle imposée par l'armée, malgré l'opposition de la contestation qui réclame une refonte totale du régime. Après l'annulation, en juin, d'une précédente présidentielle, le chef d'état-major de l'armée avait accentué la répression de la contestation.
Au moins 180 manifestants, militants ou journalistes ont été depuis placés en détention provisoire, essentiellement pour avoir brandi des drapeaux berbères ou pour des écrits sur les réseaux sociaux, et certains condamnés.
Quelques-uns ont été acquittés, parfois après quelques mois de détention préventive. Une trentaine d'autres, condamnés pour « atteinte à l'intégrité du territoire », ont été successivement libérés ces derniers jours après avoir intégralement purgé leur peine de six mois de prison.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.