Nabil Abouzaid : « Le secteur des études de marchés se porte mal ! »    La Fondation Visa engage 210 millions de dollars    Outre les dons de ses membres, la FMSAR contribue au Fonds Covid-19    Le groupe Avis Locafinance apporte son soutien aux professionnels de la santé    La croissance au ralenti sous l'effet de la crise sanitaire    Edito : LPL    Programme «1000 Fikra» : Les inscriptions se poursuivent jusqu'au 13 avril    Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Les universités diffusent des cours à la radio    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    La pandémie du Covid-19 renforce la nécessité d'établir des partenariats mondiaux et régionaux plus solides    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Lévinas, le visage, l'humanité    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Coronavirus : 58 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.242 au total, mercredi à 10h    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques
Publié dans Barlamane le 22 - 02 - 2020

Une grande partie de la société marocaine considère que les banques participatives, dites «banques islamiques», sont des institutions financières conformes aux règles de la charia islamique, sans se rendre compte qu'il s'agit, en réalité, d'un produit bancaire tout à fait similaire aux produits des banques classiques.
Pour apporter un véritable éclairage sur le sujet, Mehdi Lahlou, économiste et professeur à l'Institut national de statistique et d'économie appliquée (INSEA), souligne que le concept de « banques islamiques » n'existe pas réellement. Il explique que ces banques octroient souvent des prêts à des taux bien plus élevés que les banques ordinaires, que ce soit aux investisseurs, aux entrepreneurs ou aux particuliers.
Selon M. Lahlou, ces banques participatives ne le sont que par le nom qu'elles portent. En réalité, elles sont similaires aux banques ordinaires. Elles ont d'ailleurs été délaissées par un grand nombre de petits investisseurs vu leurs taux élevés. Il ajoute que ces banques demandent généralement plus de conditions et de garanties pour accorder des prêts aux investisseurs que les banques classiques.
Rappelons ainsi que Najib Boulif, ancien ministre du Parti de la justice et du développement qui dirige le gouvernement actuel, avait il a quelques jours, appelé les jeunes à demander des prêts aux banques participatives ou « islamiques », comme lui-même l'a fait pour construire sa propre villa. A travers une publication sur Facebook, l'ancien ministre a affirmé que les crédits pour jeunes entrepreneurs lancés dernièrement, à savoir l'initiative Intelaka lancée par le Roi Mohammed VI, étaient inconformes à la Charia islamique. Ces propos ont été considérés par de nombreux internautes comme une « fatwa » du dimanche, mais aussi comme une sous-estimation du projet royal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.