Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    HCP: le sous-emploi en hausse au Maroc    HCP: cinq régions concentrent plus de 70% des chômeurs    Explosions au Liban: l'aide marocaine est arrivée à Beyrouth    Contrat programme tourisme 2022-22 : l'Etat consent à des efforts pour sauver le secteur    Pacte pour la relance économique et l'emploi : les partenaires formalisent le cadre d'intervention (document)    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    OMS: Six vaccins en phase III des essais cliniques    OMS: Dr. Tedros prie les Américains de revenir à l'OMS    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    La fondation Mohammed V entame l'envoi d'aides alimentaires au Liban    Casablanca : un dangereux malfrat retrouvé à Ain Harrouda    Météo France: 45 départements placés en vigilance orange canicule    Bombardier affiche une perte de 223 millions de dollars US    Foot féminin: Le contrat d'objectifs signé    Etat d'urgence sanitaire : le Maroc joue les prolongations    Le directeur régional de la chambre de commerce de Rabat-Salé-kénitra limogé    Quelle carrure économique pour le football national ?    Le Raja continue sa pression sur le WAC    Saaid Amzazi : Le concours commun d'accès aux Facultés de médecine vise à assurer l'égalité des chances    Tour de Pologne : L'état de Jakobsen stabilisé, coureur placé dans le coma    Une édition virtuelle : Festival International Maroc des Contes    Guéri du Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout harcèlement    Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes de soutien    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Le patrimoine financier des ménages s'élève à 833 MMDH à fin 2019    La convention contre les pires formes de travail des enfants enfin ratifiée    Une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    Donald Trump salue les réalisations du Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    US Round Up du jeudi 6 août – Eric M. Garcetti, Kodak, Jerry Falwell Jr., Alyssa Milano, Mississippi    Le Raja se rapproche du fauteuil de leader    Lions de l'Atlas    Soutien aux projets cinémato-graphiques : Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes    Cheb Kader revient avec 3 nouvelles chansons en septembre 2020    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Un acquis professionnel et une somme d'enseignements et de bonnes pratiques    Explosions à Beyrouth: le dernier bilan    Football: L'AS Rome reste propriété américaine    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Après la blessure de Mbappé, nouveau coup dur pour le PSG    Le CNDH présente son mémorandum sur le nouveau modèle de développement    Les IDME ont atteint 11 MMDH l'année dernière    Opérationnalisation des Hautes Orientations Royales contenues dans le discours du Trône du 29 juillet    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    La Libye cible de folies hégémoniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne
Publié dans Barlamane le 07 - 07 - 2020

Les étudiants déjà présents sur le territoire américain « doivent quitter le pays ou prendre d'autres mesures, comme s'inscrire dans une école avec des cours en personne pour conserver leur statut légal ».
L'administration Trump a annoncé, lundi 6 juillet, qu'elle n'autoriserait pas les étudiants étrangers à rester aux Etats-Unis si leur université décidait, en raison de la pandémie due au nouveau coronavirus, de proposer des cours uniquement en ligne à la rentrée.
Le gouvernement américain ne « donnera pas de visas aux étudiants inscrits dans des programmes intégralement en ligne à l'automne et les gardes-frontières ne les laisseront pas entrer sur le territoire », a annoncé la police de l'immigration et des douanes (ICE) dans un communiqué.
Quant aux étudiants déjà présents sur le territoire américain, « ils doivent quitter le pays ou prendre d'autres mesures – comme s'inscrire dans une école proposant des cours [sur son campus] – pour conserver leur statut légal ». Sinon, ils pourront « faire face à une procédure d'expulsion », précise le communiqué.
Quand les établissements opteront pour un modèle « hybride », avec des cours en ligne et des enseignements sur site, ils devront certifier que leurs étudiants étrangers sont bien inscrits pour des sessions assurées sur leur campus, afin que ceux-ci conservent leur droit de séjour. Ces dérogations ne seront pas autorisées pour les études d'anglais ou pour des formations professionnelles.
La mesure concerne les visas F1 (pour des études académiques) ou M1 (pour des formations professionnelles). Environ 1,2 million de personnes étaient concernées en mars, dont une grande majorité d'Asiatiques (Chinois, Indiens, Sud-Coréens), selon les données officielles.
Comme le reste du pays, les universités américaines, qui comptent 5,5 % d'étudiants étrangers en moyenne et qui dépendent grandement du versement des frais de scolarité, ont fermé leurs portes en mars et ont basculé vers un enseignement en ligne pour tenter d'endiguer l'épidémie due au coronavirus.
Faute de vaccins, certaines, dont l'Université de l'État de Californie ou la prestigieuse université de Harvard, ont annoncé qu'elles poursuivraient leurs cours entièrement en ligne à la rentrée, même pour les étudiants autorisés à vivre sur les campus.
Le président, Donald Trump, en campagne pour sa réélection, pousse pour une remise en marche du pays bien que l'épidémie ne soit pas sous contrôle. « Les écoles doivent rouvrir », a-t-il notamment tweeté lundi en lettres capitales.
Avec plus de 130.000 morts, les États-Unis sont pourtant le pays le plus endeuillé au monde et ils connaissent, depuis quelques semaines, une flambée des infections dans le Sud et l'Ouest.
Le locataire de la Maison Blanche, qui a fait de la lutte contre l'immigration un marqueur de sa présidence, a opéré plusieurs tours de vis contre les étrangers depuis le début de la crise sanitaire. En juin, il avait décidé de geler jusqu'en 2021 l'émission des cartes vertes – qui offrent un statut de résident permanent aux États-Unis – et de certains visas de travail, notamment ceux utilisés dans le secteur des nouvelles technologies, avec l'objectif affiché de réserver les postes aux Américains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.