Un nouveau transporteur maritime en gestation    Explosion au Liban : bilan provisoire, ce que l'on sait    Iker Casillas annonce sa retraite    Covid-19 : le gouvernement prend des mesures pour Tanger et Fès    Météo : temps chaud au Maroc, jusqu'à 45 degrés prévus mercredi    Coronavirus : 1.021 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 27.217 cas cumulés au mardi 4 août, 18 heures    Discours du Trône : début d'opérationnalisation    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche encore plus virulente    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Covid-19: 1.021 nouveaux cas confirmés au Maroc, 661 guérisons en 24H    Hôtellerie : Accor compte supprimer 1.000 emplois dans le monde    Les délais de paiement, un problème posé avec acuité    Bernal frappe fort à moins d'un mois du Tour    L'Espanyol demande à LaLiga d'annuler sa relégation    La CAF dévoile le calendrier des finales des compétitions interclubs    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    L'intensification des échanges commerciaux bénéficie économiquement aux femmes    Tikhanovskaïa, une femme ordinaire devenue égérie pour bouleverser le Bélarus    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Mel Gibson complètement remis du coronavirus    Au Bac, le taux dé réussite a frôlé les 80%    Pour congés écourtés ou annulés, mais pas que...    Accident mortel à Tamri    France/Covid-19: Macron annonce une nouvelle mesure    Entretien avec Omar Menzhi, expert en épidémiologie    Fortes chaleurs: Soyons vigilants    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    Le Discours de la clarté et de l'espérance    Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    Belhanda sur les pas d'Amrabat?    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Biélorussie: Svetlana Tsikhanovskaia en passe de détrôner Loukachenko    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Accident d'Agadir: ce que l'on sait    Une transaction sur 50 est frauduleuse    Lydec: le CA recule de 5,9% à fin juin 2020    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    L'application TikTok sera bannie aux Etats-Unis si...    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au moins 180 civils tués dans une seule ville au Burkina Faso, selon HRW
Publié dans Barlamane le 09 - 07 - 2020

Selon un rapport de Human Rights Watch (HRW), au moins 180 civils ont été tués ces derniers mois dans une seule ville du Burkina Faso, des éléments de preuve pointant vers les forces de sécurité du pays, souvent accusées d'exactions.
Entre novembre 2019 et juin 2020, des groupes de dizaines de cadavres ont été retrouvés souvent attachés et les yeux bandés, éparpillés le long des principales autoroutes, sous les ponts et à travers les champs dans la région rurale, selon le rapport publié jeudi. La plupart des corps ont été enterrés par des résidents tandis que les restes des autres n'ont pas été réclamés.
Djibo, une ville du nord au cœur du conflit djihadiste dans le nord, le centre et l'est du pays, est devenue un champ de bataille, selon le rapport, au milieu d'exécutions généralisées par les forces de sécurité.
Alors que la violence des groupes djihadistes alignés avec al-Qaida et l'État islamique fait rage dans ce pays ouest-africain sans littoral, les forces gouvernementales longtemps accusées de violations des droits ont intensifié leurs opérations, souvent avec des conséquences mortelles.
Les résidents interrogés par l'organisation de défense des droits de l'homme ont déclaré que la plupart des personnes tuées étaient identifiées comme des Peuls ou Peuls, souvent considérés comme complices de groupes djihadistes dans le pays et la région du Sahel environnante.
«Les informations existantes pointent vers les forces de sécurité du gouvernement», a déclaré Corinne Dufka, directrice du Sahel à HRW. «Il est essentiel de mener des enquêtes impartiales, des preuves correctement recueillies et des familles informées de ce qui est arrivé à leurs proches.»
Le rapport se concentre sur des entretiens avec 23 témoins dans la ville à majorité peule, qui ont décrit avoir vu des cadavres et procédé à des enterrements. Ils n'ont pas été témoins des tueries mais pensaient que les forces de sécurité étaient responsables.
HRW n'a pas pu vérifier de façon indépendante leurs réclamations. À la suite du rapport, le gouvernement a déclaré qu'il enquêterait sur les meurtres, qui sont les derniers soupçonnés par les forces de sécurité, mais a également déclaré que des djihadistes portant des uniformes de l'armée volés pourraient être responsables des décès à Djibo.
Le ministre de la Défense, Moumina Cheriff Sy, a déclaré: « Il est difficile pour la population de faire la distinction entre les groupes terroristes armés et les forces de défense et de sécurité ».
Des groupes de défense des droits de l'homme affirment qu'une série de promesses du gouvernement d'enquêter sur les violations des droits ont donné peu de résultats concrets.
Alors que la présence militaire a augmenté dans des villes comme Djibo en réponse à la menace terroriste, les décès de civils, en particulier selon des critères ethniques, sont devenus monnaie courante.
En avril, 31 hommes ont été retrouvés exécutés après que les forces de sécurité les ont détenus à Djibo. Des habitants ont déclaré à HRW que ces hommes avaient été pris pour cible sans discrimination après la détection d'une présence islamiste dans la région.
Les abus ont exacerbé les tensions ethniques et le ressentiment, que les groupes djihadistes ont exploités.
Le mois dernier, lors d'un sommet sur la sécurité réunissant des dirigeants régionaux et européens, les pays ont averti les autorités du Burkina Faso que les troupes jugées coupables de violations des droits humains seraient sévèrement punies.
Depuis 2016, les groupes djihadistes se sont implantés de plus en plus dans le pays, la violence s'étendant du Mali et du Niger et à travers le Sahel.
Des centaines de civils burkinabés ont été tués et près d'un million déplacés par le conflit, ce qui a provoqué l'une des crises humanitaires les plus rapides au monde. Selon l'ONU, plus de 3 millions de personnes, dont 831 000 réfugiés, sont déplacées à travers le Sahel.
La violence au Burkina Faso s'est progressivement propagée du nord et du centre à l'est du pays, où ces derniers mois, une vague d'attaques contre des villages reculés a provoqué de nouveaux déplacements massifs de milliers de familles vers les villes voisines de Gayéri et Fada.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.