Maroc. La SFI engagée pour stimuler la reprise économique    ONEE/BEI : un nouvel accord de financement de 37,5 millions d'euros    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'Organisation Internationale du Travail    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Covid-19: le Chili a vacciné 80% de la population cible    Prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 24 juin 2021    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Enseignement: la rentrée scolaire 2021/2022 fixée au 3 septembre    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    PND : réunion consultative entre les partis représentés au Parlement et la CSMD    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    À Genève, l'intégrité territoriale du Maroc plus que jamais appuyée    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'OIT    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les scientifiques mettent en garde contre le conflit autour du plus grand barrage d'Afrique
Publié dans Barlamane le 16 - 07 - 2020

L'Éthiopie a commencé à remplir le grand barrage de la Renaissance, que l'Égypte l'appelle toujours une «menace existentielle».
Les chercheurs avertissent que l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan doivent agir plus rapidement pour résoudre un différend de longue date concernant la construction du plus grand barrage hydroélectrique d'Afrique.
L'Éthiopie aurait commencé à remplir le grand barrage de la Renaissance éthiopienne, qui deviendra la plus grande centrale hydroélectrique d'Afrique, sur le Nil Bleu. Les deux tiers du barrage ont été construits.
L'Éthiopie souhaite utiliser autant de la saison des pluies de juillet et août pour remplir le réservoir du barrage, mais a attendu, en attendant les pourparlers en cours organisés par l'Union africaine (UA). Selon les hydrologues et les politologues à la suite des événements, si un accord n'est pas rapidement conclu entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan, les actions de l'Éthiopie pourraient mettre en péril les relations déjà tendues entre les voisins riverains.
Le gouvernement égyptien, qui s'oppose au projet depuis son lancement en 2011, qualifie le barrage de «menace existentielle». Il craint que le barrage réduise ses approvisionnements en eau, qui proviennent presque entièrement du Nil, en particulier en période de sécheresse.
L'Éthiopie, en revanche, qualifie le barrage de «nécessité existentielle». Ses citoyens – dont les impôts ont principalement payé le prix de près de 5 milliards de dollars du barrage – anticipent l'énergie électrique, un coup de fouet pour l'industrie et de nouveaux emplois. La Banque mondiale estime que près de la moitié de la population du pays n'a pas accès à l'électricité.
Depuis les discussions de l'automne dernier qui n'ont pas abouti à un accord, les trois pays ont résolu certains problèmes clés, notamment le volume d'eau et le temps nécessaire pour terminer le remplissage. Mais il y a toujours une impasse sur ce qui se passerait en cas de sécheresse, ainsi que sur d'autres problèmes techniques et juridiques.
Les dernières discussions, organisées par le président sud-africain Cyril Ramaphosa, au nom de l'UA, devraient aboutir au 13 juillet et sont toujours, officiellement, en cours.
Cependant, Seleshi Bekele, ministre éthiopien de l'eau et de l'irrigation, aurait déclaré le 15 juillet que le remplissage avait commencé.
Plus tôt, Mohamed Fouad, membre du parlement égyptien, a déclaré à Nature que si l'Éthiopie avait besoin d'électricité, le fait d'impliquer un tiers, comme la Banque mondiale, dans le financement des centrales électriques éthiopiennes pourrait aider à sortir de l'impasse.
Le ministre égyptien de l'eau, Mohamed Abdel Aty, a proposé que l'Égypte pourrait éventuellement partager l'électricité avec l'Éthiopie, de la même manière que ses accords avec d'autres pays comme le Soudan. Une telle proposition signifierait que l'Éthiopie a accès à l'énergie et pourrait donc ralentir le remplissage du barrage jusqu'à ce que les nations parviennent à un accord, dit Fouad. «Le besoin d'électricité d'un pays est lié au besoin en eau d'un autre pays.»
Du point de vue du gouvernement éthiopien, s'il manque la fenêtre d'été, le pays devra attendre une autre année pour commencer à se remplir. Il y a également une pression sur chaque gouvernement pour qu'il ne soit pas perçu comme cédant à l'autre, explique Ashok Swain, qui étudie la recherche sur la paix et les conflits à l'Université d'Uppsala en Suède.
L'UA est intervenue après que des pourparlers antérieurs négociés par les États-Unis et les Nations Unies n'aient pas réussi à parvenir à un accord global. Mais des progrès ont été accomplis sur les principaux désaccords techniques. L'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan sont désormais parvenus à un accord sur le volume d'eau et le temps nécessaires pour terminer le remplissage. Après 2 ans de remplissage, le réservoir du barrage atteindrait 18 milliards de mètres cubes (m3). Après cela, l'Éthiopie conserverait environ 10 milliards de mètres cubes par an pour faire fonctionner l'énergie électrique du barrage si les conditions sont normales à humides, ont déclaré à la nature des chercheurs familiers avec les discussions.
Dans le cas d'une année de sécheresse, la période de remplissage s'étendrait à sept ans. Cependant, les deux parties doivent encore se mettre d'accord sur ce qu'il faut faire en cas de sécheresse – l'un des points d'achoppement des négociations en cours.
Selon Kevin Wheeler de l'Environmental Change Institute de l'Université d'Oxford, au Royaume-Uni, il n'existe pas de définition standard unique de la «sécheresse». Mais les pays ont convenu que lorsque le débit d'eau du Nil vers le barrage tomberait en dessous de 35 à 40 milliards de mètres cubes, cela constituerait une sécheresse. Dans un tel événement, l'Égypte et le Soudan souhaitent que l'Éthiopie libère une partie de l'eau stockée dans le réservoir du barrage.
Les représentants des deux pays disent que cela permettrait toujours à l'Éthiopie de continuer à produire de l'électricité. Mais l'Éthiopie préfère avoir la flexibilité de décider de la quantité d'eau à libérer en cas de sécheresse, car plus d'eau équivaut à plus d'énergie par unité d'eau. Le pays souhaite également réduire le risque d'exploitation du réservoir du barrage à de faibles niveaux.
Le statut juridique de l'accord et la manière dont les différends seront résolus sont des impasses supplémentaires.
L'Égypte souhaite que tout accord définitif ait le statut de traité international. Il souhaite également qu'un tiers, tel que l'UA ou l'ONU, règle tout différend. L'Éthiopie préfère que les désaccords soient réglés entre les États riverains, sans implication de parties étrangères.
L'Égypte et l'Éthiopie n'ont pas d'accord officiel de partage de l'eau. En vertu de l'Accord de 1959 sur les eaux du Nil entre l'Égypte et le Soudan, l'Égypte prélève 55,5 milliards de mètres cubes d'eau du Nil chaque année, et le Soudan en prend 18,5 milliards. Cet accord a été conclu peu de temps avant que l'Égypte ne commence à construire son propre grand barrage, le haut barrage d'Assouan. L'Éthiopie, cependant, ne faisait pas partie de cet accord et ne le reconnaît donc pas.
Swain dit que les pays pourraient décider de signer un accord à court terme, d'une durée peut-être d'un an, s'ils ne parviennent pas à s'entendre sur toutes les questions en suspens.
« Il y a eu plusieurs exemples d'accords d'un an dans ce type de traités, comme celui de 1975 de l'Inde et du Bangladesh sur le Gange », dit-il. «Les deux pays ne sont pas parvenus à s'entendre sur la façon de fonctionner, ils ont donc commencé par un an en premier, puis ont été prolongés à 3, 5 puis 30 ans, ce qui pourrait être le cas [ici] car cela permettra aux deux parties de gagner du temps. «
Il dit qu'une confrontation militaire est peu probable, mais que la bonne volonté entre les pays est rare.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.