Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Violences et tensions grandissantes entre communautés ivoiriennes
Publié dans Barlamane le 06 - 11 - 2020

« On vit avec la peur! » s'indigne Jacob Yahot, un retraité de 70 ans, revenu sur les cendres de sa maison incendiée dimanche, au lendemain de l'élection présidentielle, à Toumodi, dans le centre de la Côte d'Ivoire.
Une ville située près de la capitale Yamoussoukro a été le théâtre de violences communautaires meurtrières. Au moins six personnes ont été tuées et les dégâts matériels sont importants.
Toumodikro, le quartier qui a donné son nom à la ville, est dévasté. Une dizaine de maisons dont celle de Jacob Yahot ont été incendiées, après la réélection du président Alassane Ouattara.
La gorge nouée de sanglots, M. Yahot désigne une des maisons calcinées: « Ils ont mis le feu, il y avait une vieille femme de 83 ans, son fils, sa fille et sa belle-fille. Les quatre personnes d'une même famille sont mortes » dimanche.
Boutiques, maquis (bars-restaurants à ciel ouvert) installés sur un kilomètre de part et d'autre de la voie, ont été saccagés ou brûlés.
Des cendres encore fumantes se dégagent d'une échoppe de prêt-à-porter où un doudou d'enfant qui a échappé aux flammes est encore visible. Un peu loin, les restes des accessoires d'une quincaillerie jonchent le sol.
« On vit avec la peur, nous sommes livrés à nous mêmes, sans défense », déplore encore le retraité, accusant « une horde sauvage » de « personnes non identifiées munies de machettes et d'armes à feu » d'être les auteurs du drame.
« Dégoût et désolation »
A quelques encablures de chez M. Yahot se trouve la maison calcinée également de Félix Kouadio, professeur de lycée. Sac en bandoulière, M. Kouadio se promène sur les débris noircis par le feu, pour tenter de sauver ce qu'il peut.
« J'ai retrouvé seulement les cahiers de mes enfants. Tous mes livres depuis le lycée jusqu'à l'université et mes diplômes ont disparu dans les flammes », raconte-il, le cœur brisé.
« Compte-tenu de la tension ambiante, j'avais évacué toute la famille. Dimanche on m'appelle pour m'annoncer que ma maison est en train de brûler. C'est triste », poursuit l'enseignant, y voyant un coup porté à la cohésion sociale dans cette ville paisible où vivaient en harmonie toutes les communautés.
« J'éprouve un sentiment de dégoût et de désolation. Ceux qui on fait ça n'ont pas de cœur, car les habitants d'ici n'ont rien à faire avec la politique », ajoute-t-il.
Samedi, répondant à l'appel de « désobéissance civile » de l'opposition, des jeunes avaient dressé des barricades pour empêcher la tenue du scrutin présidentiel. Des heurts ont alors eu lieu.
Dimanche, les affrontements ont repris et un groupe a fait une descente sur Toumodikro.
« Finis à la machette »
Lundi, des inconnus ont tué deux jeunes de l'entourage du ministre de l'Equipement Amedé Koffi Kouakou, qui tentaient d'aider le frère du ministre pris dans une échauffourée.
« Ils ont été tués avec du calibre 12 et ils ont été finis à la machette », a souligné une source proche de la famille.
Le fossé se creuse entre les communautés et la police a été déployée pour éviter de nouveaux affrontements.
Une dizaine de jeunes volontaires ont sillonné mercredi la ville pour faire passer des « messages de paix et de retour au calme » en dessinant des graffitis sur les murs avec comme slogan: « Je suis Toumodi, non à la violence! ».
« Jeune de Toumodi, tu brûles boutiques, maquis, marchés, demain on fait comment? », pouvait-on lire sur un mur calciné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.