Marhaba 2021: le roi Mohammed VI demande un dispositif spécial d'accompagnement    L'Algérie retire l'accréditation à France 24    Blue Origin. Un milliardaire a déboursé 28 millions de dollars pour être avec Jeff Bezos    Le Raja s'incline contre Berkane et perd du terrain pour la première place    Djokovic-Tsitsipas: les meilleurs moments de la finale (VIDEO)    Jerrada : Nouveaux projets pour renforcer les filières du miel et des arbres fruitiers    Hamid Fettah, nouveau coordinateur de l'Istiqlal à Fès    Législatives algériennes : le parti islamiste MSP revendique la majorité    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    Aérien. La RAM dévoile ses nouveaux tarifs vers le Maroc    Botola / HUSA-WAC (3-5) : Un match renversant au score renversé !    Euro 2020 : Les Anglais convaincants ont battu les Croates décevants (1-0)    Facilitation des démarches consulaires, douanières et sanitaires...les nouvelles directives de SM le Roi en faveur des MRE    Evolution du coronavirus au Maroc : 270 nouveaux cas, 523.890 au total, dimanche 13 juin 2021 à 16 heures    La résolution européenne sur le Maroc est "erronée" et "inappropriée", selon une sénatrice italienne    Marge du G7: Bras de fer USA-Chine    Rassemblement à Paris des sympathisants du Hirak contre les législatives voulues par le «pouvoir assassin»    La famille Belkhayat ouvre le capital de Dislog Industries à Mediterrania Capital Partner    Attijari Global Research : des convictions à l'épreuve de la crise    Euro 2021 : l'écroulement de Christian Eriksen réveille les souvenirs de scènes dramatiques    L'Opinion : Désunis jusqu'à la fin !    Déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai 2021 (TGR)    Météo Maroc: Temps assez chaud avec nuages dans des régions (dimanche 13 juin)    L'AMDV veut que les réponses du législateur face aux violences sexuelles soient renforcées    Opération Marhaba 2021: des incertitudes planent toujours    Voyageurs : Le ministère de la santé publie les fiches à remplir    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    L'affaire Brahim Ghali a un nom : Arancha González Laya    France : les réservations vers le Maroc en très forte augmentation    OCP : franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars    Chine : 12 morts dans l'explosion d'une conduite de gaz dans un complexe résidentiel    Yassine Bounou évoque ses ambitions avec les Lions de l'Atlas    Journée mondiale du donneur de sang: un appel pressant à l'action pour augmenter la collecte de cette matière vitale    Plus de deux tonnes de drogue saisies à Mohammedia    Hakimi et Lukaku dédient leurs buts à Christian Eriksen    UNE RESOLUTION EUROPEENNE DENONCANT LE MAROC : CHERCHEZ L'ERREUR !!!    Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Algérie: les élections législatives ne vont pas régler le problème (Think tank US)    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'obstination de Donald Trump à reconnaître sa défaite est «source d'embarras», clame Joe Biden
Publié dans Barlamane le 10 - 11 - 2020

Une semaine après la présidentielle du 3 novembre, Donald Trump et son équipe continuent de crier victoire, freinant la période de transition de Joe Biden, qui essaie malgré tout d'aller de l'avant.
Le refus de Donald Trump de concéder sa défaite est «source d'embarras», mais n'aura «pas beaucoup d'impact» sur la transition du pouvoir, a déclaré, mardi 10 novembre, le président élu américain, Joe Biden, depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware.
«Je pense que c'est une source d'embarras, honnêtement, a répondu le démocrate à un journaliste qui l'interrogeait sur l'attitude du milliardaire républicain. Je crois que cela ne servira pas l'héritage du président.» Mais «le fait qu'ils [les républicains] ne veuillent pas reconnaître, à ce stade, que nous avons gagné n'a pas beaucoup d'impact sur notre programme» de transition, a-t-il estimé.
Une semaine après la présidentielle du 3 novembre, Donald Trump et son équipe continuent, en effet, de crier victoire, freinant la période de transition de Joe Biden, qui essaie, malgré tout, d'aller de l'avant. Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a appuyé mardi la position de Donald Trump en refusant, lui aussi, de reconnaître la victoire de M. Biden et en promettant une «transition en douceur» vers un «second» mandat du républicain. «Nous allons compter toutes les voix», a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse, assurant que les dirigeants à travers le monde étaient conscients qu'il s'agissait d'un «processus légal» qui «prend du temps».
«Monsieur le président, j'ai hâte de vous parler»
Après avoir enchaîné les meetings dans la dernière ligne droite de la campagne, Donald Trump se fait aujourd'hui inhabituellement discret : comme, depuis plusieurs jours, aucun événement public ne figure mardi à son agenda. Le milliardaire républicain s'en remet à son canal de communication favori, Twitter, pour occuper l'espace et relayer ses accusations de fraude électorale, souvent épinglées par le réseau, faute d'éléments concrets pour les étayer.
«Nous allons gagner !», a-t-il promis mardi matin, en lettres capitales, comme pour mieux se convaincre que les efforts juridiques engagés par son équipe pour contester les résultats dans les Etats-clés avaient une chance d'aboutir. «Nous avançons à grands pas. Les résultats commenceront à tomber la semaine prochaine», a-t-il encore écrit, alors que le ministre de la justice a donné son feu vert à l'ouverture d'enquêtes sur d'éventuelles irrégularités lors du scrutin.
Donald Trump, relativement isolé au sein de son parti, s'était déjà contenté de tweeter lundi pour annoncer sans ménagement le limogeage de son ministre de la défense, Mark Esper, ou s'interroger sur le timing de l'annonce par le laboratoire Pfizer, après la présidentielle, d'un vaccin-candidat efficace contre le Covid-19.
A une journaliste qui lui demandait ce qu'il dirait à M. Trump si ce dernier était en train de regarder sa conférence de presse, M. Biden a répondu mardi, en fixant la caméra et avec un sourire : «Monsieur le président, j'ai hâte de vous parler.»
Joe Biden n'a pas attendu pour se mettre au travail que le processus de transition soit officiellement enclenché par l'administration Trump. Comme dans une réalité parallèle, sans jamais mentionner, ou presque, le milliardaire et ses recours judiciaires, le président élu a commencé à préparer sa prise de fonctions.
Le démocrate, qui fêtera dans dix jours ses 78 ans, a d'abord dressé lundi les contours de son plan de lutte contre la pandémie de Covid-19, sa priorité, le jour où les Etats-Unis ont franchi le seuil des 10 millions de cas recensés de contamination. «Kamala Harris [sa future vice-présidente] et moi ne perdons aucun temps. Nous sommes prêts à mettre le Covid-19 sous contrôle», a-t-il tweeté mardi après avoir imploré la veille les Américains de porter un masque.
Le président élu a également entamé ses entretiens avec les dirigeants étrangers lundi avec un appel du premier ministre canadien, Justin Trudeau. Il s'est également entretenu mardi avec le premier ministre britannique, Boris Johnson, qui s'est dit impatient de «renforcer le partenariat» entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis, avec la chancelière allemande, Angela Merkel, et avec le chef du gouvernement irlandais, Micheal Martin. «Je leur ai dit que l'Amérique était de retour» ; «ce n'est plus l'Amérique seule», a-t-il déclaré lors de son point de presse mardi, se disant «confiant» dans sa capacité à restaurer «le respect» international pour son pays.
Lors de son premier échange téléphonique avec Emmanuel Macron, Joe Biden a affirmé qu'il souhaitait «redynamiser les relations bilatérales et transatlantiques, notamment à travers l'OTAN et l'Union européenne», souvent malmenées par Donald Trump. Les deux dirigeants ont également évoqué leur future coopération sur la lutte contre la pandémie de Covid-19 et «la menace du changement climatique», ainsi que sur «la sécurité et le développement en Afrique», selon un communiqué publié par l'équipe de transition du démocrate.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.