Coupe du Trône: le Wydad file en quarts de finale (VIDEO)    Coupe du Trône: Les 8 qualifiés pour les quarts de finale connus    Le club de Ziyech se retire de la Super League    Cinq clubs anglais se retirent de la controversée « Super League »    Programme des principaux matchs du mercredi 21 avril    Dossiers des contractuels : Amzazi jette de l'huile sur le feu !    Maroc/Protection sociale : cinq projets de décrets adoptés par le Conseil de gouvernement (Vidéo)    Les vols directs Maroc-Israël seront opérationnels après le Ramadan    Tanger : Deux individus interpellés pour vol sous la menace de la violence à l'intérieur d'une agence bancaire    De jeunes volontaires réexposés au Covid-19 pour une étude britannique    Maroc/Prolongement des mesures exceptionnelles pour certaines catégories affiliées à la CNSS: Deux décrets adoptés    Approbation du Plan gouvernemental intégré de mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe    ONU : Omar Hilale décrie la propagande fallacieuse de l'Algérie et du "polisario" sur la situation au Sahara    Hakima El Atrassi à cœur ouvert    Restructuration de la direction technique des équipes nationales    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    Conseil de gouvernement: Du nouveau pour l'AMO des indépendants    Ahidous, Ahwach, Izlan n Tyerza, Tizrarin, Timnadin, Tagnawit ...en mode Rock&roll, blues, pop ou Rock    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    Covid: comment se dérouleront les épreuves du bac 2021 au Maroc ?    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    DGAPR : la grève de la faim annoncée par les détenus Soulaimane Raissouni et Omar Radi "n'a aucun lien avec les conditions de leur détention"    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    Le chef de l'armée libanaise remercie le roi Mohammed VI    S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Cette semaine en Liga...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banques participatives : un bilan encourageant en 2020
Publié dans Barlamane le 08 - 03 - 2021

Les réalisations à fin 2020 confortent les banques participatives marocaines dans leur dynamique de croissance, affirme l'expert en banque, assurance et finance participative, Hicham Abouyoub.
Ces banques ont totalisé, à fin décembre 2020, 13,5 milliards de dirhams (MMDH) de financements, en progression de 48% par rapport à 2019. De même, les dépôts en comptes chèques et en comptes courants, dont l'encours s'élève à 4 MMDH, ont enregistré une progression significative en 2020 de 37,7% par rapport à un an auparavant.
Les dépôts d'investissement ne sont pas en reste avec un encours de 894 millions de dirhams (MDH). Cette dynamique de croissance et cette résilience des banques participatives marocaines s'expliquent, selon Hicham Abouyoud; par plusieurs facteurs que je résume en 5 points clés. D'abord, une proposition de valeur conforme à l'environnement socio-culturel marocain et reflétant les attentes d'une large frange de la population. Ensuite, les banques participatives ont fait preuve d'une maturité et d'un pragmatisme à travers un discours et une approche commerciale adaptés à toutes les composantes de la société abstraction faite de leurs convictions religieuses.
Par ailleurs, leur positionnement en tant que banques à parts entières, aptes à assurer l'ensemble des services financiers, s'est traduit par une expérience client probante dans la banque au quotidien, reflétant ainsi leur proposition de valeur largement relayée par le bouche à oreille. L'adoption également de processus digitalisés en natif a permis une plus grande proximité des banques participatives avec leurs clients durant le confinement et une agilité dans la relance de l'activité post-confinement. Enfin, une bonne gouvernance à travers une politique rigoureuse de sélection des risques avec pour corollaire un développement sain et maitrisé.
Pour l'économiste, l'écart entre les financements et les encours de dépôts des banques participatives demeure effectivement important, environ 5 MMDH d'encours dépôts, y compris les dépôts d'investissement, pour un encours total de financement de 13,5 MMDH. Ceci est dû d'une part, au décalage de perception de la clientèle qui a considéré au départ les banques participatives comme des sociétés de financement, tant l'offre produits était limitée et d'autre part, à l'absence d'un circuit monétaire approprié pour le refinancement des banques participatives.
En vue de réduire les tensions sur les ressources des banques participatives, la solution la plus viable à moyen et long terme, selon l'expert, consiste à renforcer leur capacité de collecte des ressources à vue et des dépôts d'investissement, combinée à la mise en place d'un circuit monétaire approprié pour leur refinancement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.