Covid-19 au Maroc : 196 écoles et 30 établissements de missions étrangères fermés    Les rebelles du Yémen tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Tuchel: « Ziyech a livré son meilleur match avec Chelsea »    CAN-2021: Fayçal Fajr, seul cas positif au Covid-19    Journée internationale de l'éducation: l'INDH,un acteur engagé dans la transformation éducative    Covid-19/France: le pass vaccinal entre en vigueur ce lundi matin    Météo: les températures prévues ce lundi    USA: la vague Omicron atteint bientôt son pic    Covid dans les écoles : 5.802 cas et 196 fermetures au Maroc    L'honneur du maillot... de l'ado au joueur !    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    CIH BANK lance CIH PAY    La France n'a délivré que 69.408 visas aux Marocains en 2021    Boufal et Hakimi dans l'équipe type    Covid-19 : Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    Mehdy Mariouch expose ses «Studios. (c)» à Meknès    Spotify lance «Ghareeb Alay» d'Eliana et Balti    Environnement: Marrakech se dote d'un hôtel éco-responsable    Système normatif marocain : Une production en quête d'attractivité    Voitures électriques : la Chine choisit le marché marocain pour percer en Afrique    Coupe d'Afrique des nations : Hakimi et Boufal, plébiscités par la CAF    Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc : Renforcer la résilience et la protection des migrants    Transition politique en Guinée: Après nomination des membres du CNT, les scenarii du possible    Bruxelles: Débordements lors d'une manifestation contre les restrictions anti-Covid    La US Navy saisit un navire de contrebande d'armes dans le golfe d'Oman    Un parti d'opposition dénonce la « criminalisation » de l'action politique en Algérie    Emprisonnement pour délits mineurs: des experts mettent en garde contre les coûts financiers et sociaux    TotalEnergies et Chevron se retirent de Birmanie, presque un an après le coup d'Etat    «Marocains d'Algérie : Rafle au Couchant», nouveau roman de Mansour Kedidir    Interview avec Abdesselam Idrissi : « Le commerçant et l'investisseur marocains préfèrent la justice classique»    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    António Guterres a clairement désigné les parties concernées par le dossier du Sahara    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    Le Polisario et la fuite en avant    Maroc : mais où sont passées les abeilles ?    كأس أمم إفريقيا: مسحة فيصل فجر إيجابية ويخضع حاليا للبروتوكول الصحي المعتمد    La revue de presse du lundi 24 janvier    Neuf individus interpellés dans une affaire de falsification et de trafic de drogue, dont 2 policiers    Edito : Courage de réformer    Le temps qu'il fera ce lundi 24 janvier 2022    Drâa-Tafilalet : l'INDH contribue à la réalisation de 978 unités du préscolaire entre 2019 et 2021    Un club de Premier League courtise Sofyan Amrabat    L'Algérie nie le report du sommet arabe, annoncé pourtant en mars par Tebboune    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au Niger, 58 morts dans des attaques djihadistes près du Mali
Publié dans Barlamane le 17 - 03 - 2021

Quatre véhicules ont été interceptés par de présumés djihadistes, de retour du marché hebdomadaire de Bani-Bangou, dans le sud-ouest du pays.
Le Niger a de nouveau été la cible lundi 15 mars d'attaques de djihadistes présumés qui ont fait 58 morts dans le sud-ouest du pays, près du Mali, les premières violences depuis l'élection du président Mohamed Bazoum le 21 février.
Lundi «dans l'après-midi, des groupes d'individus armés non encore identifiés ont intercepté quatre véhicules transportant des passagers de retour du marché hebdomadaire de Bani-Bangou en partance respectivement aux villages de Chinégodar et Darey-Daye», indique un communiqué du gouvernement lu mardi soir à la télévision publique.
«Ces individus ont lâchement et cruellement procédé à l'exécution ciblée des passagers. Au village de Darey-daye, ils ont tué des personnes et incendié des greniers» à céréales, ajoute-t-il. «Le bilan de ces actes barbares» est de «58 personnes tuées, une personne blessée, plusieurs greniers et deux véhicules incendiés, deux véhicules emportés», selon le gouvernement.
Banibangou abrite l'un des plus importants marchés hebdomadaires de la région de Tillabéri, près de la frontière malienne. Située dans la zone dite des « trois frontières » entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali, la région de Tillabéri est depuis des années le théâtre d'actions sanglantes de groupes djihadistes liés à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et à l'Etat islamique (EI).
Les pires attaques djihadistes
Le gouvernement a décrété un «deuil national de trois jours» à partir de mercredi et appelé «la population à plus de vigilance», réaffirmant «sa détermination à poursuivre sans relâche la lute contre la criminalité sous toutes ses formes».
Elu chef de l'Etat le 21 février au second tour de l'élection présidentielle, Mohamed Bazoum s'est engagé à lutter contre l'insécurité, l'un des plus grands défis du Niger, pays sahélien parmi les plus pauvres du monde, qui doit lutter aussi contre les islamistes du groupe nigérian Boko Haram dans sa partie sud-est.
«Nous sommes sur la bonne voie», avait estimé son prédécesseur et mentor Mahamadou Issoufou à l'issue de ses deux mandats, en dépit de la poursuite des attaques.
La région de Tillabéri a été la cible des pires attaques djihadistes qu'a connue le Niger. Le 2 janvier, entre les deux tours de l'élection présidentielle, 100 personnes avaient été tuées dans les attaques de deux villages de la commune de Mangaïzé, l'un des pires massacres de civils au Niger.
Un an auparavant, le 9 janvier 2020, 89 soldats nigériens étaient morts dans l'attaque du camp militaire de Chinégodar. Et un mois plus tôt, le 10 décembre 2019, ce sont 71 soldats nigériens qui avaient péri dans une attaque à Inates, une autre localité de la région de Tillabéri. Ces deux attaques contre l'armée, qui avaient traumatisé le pays, avaient été revendiquées par les djihadistes de l'EI.
Bases de drones à Niamey et Agadez
La région de Tillabéri demeure instable malgré d'importants efforts pour tenter de la sécuriser. Un contingent de 1 200 soldats de l'armée tchadienne, réputée la plus aguerrie de la région, doit se déployer dans la zone des trois frontières, dans le cadre du G5 Sahel, regroupant cinq pays (Mauritanie, Mali, Burkina, Niger et Tchad) qui s'efforcent de coopérer dans la lutte antidjihadiste depuis 2015.
Comme ses voisins le Mali et le Burkina, également très touchés par les exactions des groupes djihadistes, le Niger bénéficie du soutien de l'opération française «Barkhane», qui compte 5 100 hommes déployés au Sahel.
La France dispose d'une base sur l'aéroport de Niamey, d'où opèrent des avions de chasse et des drones armés. Le président français Emmanuel Macron s'était engagé en février, en marge du dernier sommet du G5 Sahel à N'Djamena, à maintenir les effectifs de cette force.
Les Etats-Unis disposent également d'une importante base de drones à Agadez, donnant au pays une plate-forme de surveillance pour l'ensemble du Sahel. En octobre 2017, quatre soldats américains et cinq militaires nigériens avaient été tués dans une embuscade à Tongo Tongo, un village de la zone des «trois frontières».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.