Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    La famille de la Sûreté nationale célèbre le 65è anniversaire de la création de la DGSN    Variant indien : Le gouvernement britannique rassure quant à l'efficacité des vaccins    Dubaï : Ouverture du « Marché du voyage arabe » avec la participation du Maroc    Zidane va quitter le Real Madrid au terme de cette saison (radio)    Le laboratoire national de la police scientifique, un projet structurant inauguré à Casablanca    Evolution du coronavirus au Maroc :127 nouveaux cas, 514 944 au total, dimanche 16 mai 2021 à 16 heures    Le groupe ODM rachète la «Polyclinique Atlas Casablanca»    65 éme anniversaire de la création de la DGSN : Des hommes et des femmes au service de la société .    SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Chelsea défait en finale par Leicester    Un nul bénéfique pour le WAC face au Mouloudia    Le tunisien Fathi Jebal, nouvel homme fort du MAS    Maroc: Déficit budgétaire de 22,5 MMDH à fin avril 2021    Taqa Morocco: Hausse des bénéfices au premier trimestre    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Les transferts d'argents des migrants résistent à la crise du COVID-19 (Banque Mondiale)    Les relations maroco-espagnoles traversent la plus grande crise de leur histoire    65 ans d'existence et d'abnégation    Hammadi Ammor, figure de la création nationale, s'est éteint    «Il faut travailler sur des œuvres théâtrales dans l'expectative d'une reprise culturelle»    Le Maroc, grand défenseur du droit des Palestiniens à établir un Etat indépendant    L'ambassadeur de Palestine exprime ses remerciements et sa gratitude à S.M Mohammed VI    Sit-in de solidarité avec le peuple palestinien    Installation des jurys du Prix national des études et recherches sur l' action parlementaire....    Le Polisario et l'Algérie pris la main dans le sac    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    Le droit à la différence au coeur "La Cigogne Volubile "    Journée internationale des musées: Accès exceptionnel et gratuit mardi aux musées de la FNM    Conflit israélo-palestinien : «le carnage doit cesser immédiatement», réclame le chef de l'ONU    Calcio : La Juve toujours en course pour une place en C1    Art moderne et contemporain: une pléiade d'artistes marocains de renom à la Menart Fair à Paris    Coupe de la CAF/ Quart de finale aller : Le Raja arrache le nul en déplacement face à Orlando Pirates (1-1)    Coupe de la CAF: le RAJA ramène un nul précieux de Johannesburg    Ahmed Fouad El Filali, Directeur de SINMARCO : Difficulté de recouvrement et trésorerie, les questions cruciales de l'après Covid-19    Casablanca : Inauguration des nouveaux sièges de la BNPJ et du Laboratoire de la Police Scientifique (reportage)    Maroc-Turquie : la nouvelle version de l'accord de libre- échange est entrée en vigueur    Situation en Palestine : Le Maroc participe à la réunion d'urgence des ministres des AE de l'OCI    47ème anniversaire de la disparition du Zaïm Allal El Fassi: Le combat du « Zaïm » pour l'éveil de la conscience    En marge du webinaire de l'Alliance des Economistes Istiqlaliens: Faire de l'acte culturel et créatif, un acte économique    Algérie : le DG marocain d'Amana Assurance prié de rendre les clés de l'entreprise    Jordanie: Arrivée du deuxième lot de l'aide humanitaire d'urgence au profit des Palestiniens sur Très Hautes Instructions Royales    Frappe aérienne sur Gaza: 17 Palestiniens tués    Kénitra: interpellation de trois individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Rabat: Le mythique café des Oudayas rouvre ses portes après sa rénovation    Arrivée en Jordanie du premier lot de l'aide humanitaire d'urgence destinée aux Palestiniens    Botola Pro D1 « Inwi » (17è journée): Résultats et programme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Indonésie : une cathédrale visée par un attentat-suicide
Publié dans Barlamane le 28 - 03 - 2021

Les deux assaillants ont été tués alors qu'ils pénétraient à moto dans l'enceinte de l'église de la ville de Makassar, où 20 personnes ont été blessées. L'un d'eux faisait partie d'un mouvement radical qui soutient le groupe Etat islamique.
Un attentat-suicide a visé, dimanche 28 mars, la cathédrale de Makassar, dans l'est de l'Indonésie, après la messe des Rameaux, célébration qui marque pour les chrétiens le début de la semaine sainte. L'attaque, perpétrée par deux assaillants appartenant à un groupe extrémiste pro-Etat islamique (EI), a fait au moins 20 blessés. Le chef de l'Etat a dénoncé cette nouvelle attaque contre une église dans le pays à majorité musulmane.
Les deux kamikazes, un homme et une femme, ont été tués alors qu'ils pénétraient à moto dans l'enceinte de l'édifice, situé sur l'île de Sulawesi, où ils ont fait détoner un engin artisanal, ont rapporté les autorités.
Tard dimanche, le chef de la police nationale, Listyo Sigit Prabowo, a fait savoir que les assaillants faisaient partie du groupe radical Jamaah Ansharut Daulah (JAD). Cette formation a, selon lui, déjà mené un attentat sanglant en 2018 contre une église à Surabaya, deuxième ville d'Indonésie. «Ce groupe fait également partie ou est lié à celui qui a mené une attaque à la bombe à Jolo, aux Philippines» en 2019, a-t-il ajouté. Cette attaque contre une église catholique sur l'île de Jolo, à majorité musulmane, qui avait fait 21 tués, avait été menée par un couple indonésien et revendiquée par l'EI.
Le président indonésien, Joko Widodo, a condamné «fortement cette attaque terroriste». «Le terrorisme est un crime contre l'humanité, a déclaré le chef de l'Etat. J'appelle tout le monde à se battre contre le terrorisme et le radicalisme, qui sont contraires aux valeurs religieuses.»
«Les gens rentraient chez eux»
L'extérieur de la cathédrale du sud de l'île de Célèbes était jonché de morceaux de corps humains à la suite de la puissante déflagration qui s'est produite vers 10 h 30, heure locale (5 h 30, à Paris). «Il y a beaucoup de lambeaux de corps humains près de l'église et aussi dans la rue», a déclaré Mohammad Ramdhan, le maire de cette ville portuaire de 1,5 million d'habitants.
Un témoin a de son côté parlé d'une explosion «très forte». «Il y avait plusieurs personnes blessées dans la rue. J'ai aidé une femme qui était blessée et couverte de sang, a déclaré un autre témoin. Son petit-fils était également blessé.»
La police a affirmé qu'un agent de sécurité avait tenté d'empêcher la moto d'entrer dans le périmètre de la cathédrale du Sacré-Cœur-de-Jésus, siège de l'archidiocèse de Makassar, juste avant la déflagration, qui est survenue après la fin de la messe.
Le dimanche des Rameaux marque l'entrée de Jésus-Christ dans Jérusalem, selon la tradition chrétienne, au début de la semaine sainte conduisant à Pâques. «Nous avions terminé la messe, et les gens rentraient chez eux quand cela s'est produit», a déclaré aux journalistes le prêtre Wilhelmus Tulak. De nombreux véhicules étaient endommagés près du complexe de la cathédrale, autour duquel la police établissait un cordon de sécurité, selon un photographe de l'Agence France-Presse sur place.
Le pape François a dit prier pour toutes les victimes de violence, «en particulier celles de l'attentat de ce matin en Indonésie devant la cathédrale de Makassar».
Les églises ont, par le passé, été la cible d'extrémistes en Indonésie, qui est le pays à majorité musulmane le plus peuplé au monde. En mai 2018, une famille de six personnes, dont deux filles de 9 et 12 ans et deux fils de 16 et 18 ans, avait déclenché des bombes contre trois églises de Surabaya, la deuxième ville du pays, tuant plus d'une dizaine de fidèles. Cette famille radicalisée était liée au mouvement radical Jamaah Ansharut Daulah, qui soutient l'organisation Etat islamique, laquelle avait revendiqué les attaques.
La tradition de tolérance de l'Indonésie a été éprouvée, ces dernières années, par un développement des courants islamiques conservateurs, voire extrémistes, et les minorités religieuses, chrétiennes mais aussi bouddhistes et hindoues, s'inquiètent de voir la coexistence religieuse mise à mal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.