Cannabis : l'adoption finale de la loi imminente    Sahara : Devant les membres du C24, Omar Hilale détruit la thèse de l'autodétermination    Edito : Souveraineté    L'ONDA fortement mobilisé pour la sécurité sanitaire des voyageurs    Après le boycott des »gilets jaunes », voici venu celui des loueurs de parasols    RAM: nouvelles précisions pour les vols spéciaux (Rappel)    RAM: plus de 70% de la capacité encore disponible à la vente    Industrie: Hausse de l'indice de la production au T1    Législatives algériennes : attentisme et des voix qui alertent contre le bourrage des urnes    Basket : Labib El Hamrani nommé sélectionneur national des seniors    Mohamed Bouldini évoluera en Liga NOS avec Santa Clara    Euro 2021: l'Espagne rate son entrée face à la Suède (VIDEO)    Amical: les Lionnes de l'Atlas s'imposent à nouveau face aux Maliennes (VIDEO)    Ce qui s'est passé lundi sur l'autoroute de Kénitra (DGSN)    Ammouta : Les Lions de l'Atlas "sont prêts" pour la Coupe arabe    Botola Pro : La RS Berkane s'impose contre le Raja Casablanca    Rencontre Biden-Sanchez. Un désaveu formel pour le président du gouvernement espagnol    L'Ambassade de France annonce la reprise de la délivrance des Visas à partir du 15 Juin    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    Palestine: Les colons préparent leur marche, les Palestiniens leur Intifada    L'exercice combiné maroco-américain se déroule dans de parfaites conditions    Au sommet avec Biden, Poutine veut du respect    Benjamin Netanyahu devient un justiciable comme les autres    Dernier jour du sommet : le G7 agit face à la pandémie, le climat et la Chine    Crise maroco espagnole. Entre la retenue de la presse marocaine et le déchaînement des journaux ibériques    Le furtif échange entre Sánchez et Biden mal digéré par la presse espagnole    Sahara. L'Espagne ne veut pas céder de peur que le Maroc revendique Sebta et Melilla    L'Espagne, l'Algérie et les Marocains du Monde !    Le groupe OCP, une signature de qualité    Finances publiques : Tout savoir sur la situation des charges et ressources du mois de mai    Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Intervention de la Marine royale au large de Tan-Tan    Sahara: la Hongrie soutient officiellement le plan d'autonomie    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Covid. Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce lundi 14 juin    Covid-19: le Maroc n'est pas à l'abri d'une rechute, selon un expert    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 14 juin 2021    300 Billets gratuits pour les élèves marocains des classes préparatoires    Lycée d'excellence de Benguerir. Plus de 400 élèves admis dans les grandes écoles françaises    Coronavirus. Le vaccin américain Novavax efficace à plus de 90% contre les variants    Saadi Youssef est décédé «Loin du premier ciel»    « Ma ville à moi » sur les planches du Théâtre Mohammed V    Quand la darija devient un moyen d'intégration pour les Subsahariens    Fonds d'aide cinématographique : 21,58 millions de dirhams alloués aux nouveaux projets    Vente aux enchères à Tanger : 54 oe uvres passeront sous le marteau pour la bonne cause    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paris courroucé contre les menaces du régime algérien à l'égard de son ambassadeur
Publié dans Barlamane le 13 - 04 - 2021

Ammar Belhimer, le ministre algérien de la communication, a invité le diplomate à s'abstenir de rencontrer des opposants hostiles au régime en place. À Paris, les voix s'élèvent en faveur des Algériens qui occupent les rues de toutes les villes du pays pour réclamer le départ de la caste en place depuis l'indépendance.
La France a déploré, lundi 12 avril, les critiques et menaces du gouvernement algérien à l'encontre de son ambassadeur, qui ne reflètent pas, selon elle, la «qualité» des relations bilatérales. Mais à Paris, la conscience que les manifestants antirégime se sont affirmés en puissance de proposition pour instituer un rapport de force dans la durée avec le commandement militaire et politique algérien augmente.
Interrogé par le journal en ligne Arabic Post sur le fait que l'ambassadeur de France en Algérie, François Gouyette, rencontrait fréquemment des chefs de partis politiques, le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement algérien, Ammar Belhimer, a invité à mots couverts le diplomate à s'abstenir de rencontrer des opposants favorables à une transition démocratique, comme le préconise depuis deux ans le mouvement de protestation populaire du Hirak.
«Je crois que l'ambassadeur de France ne ratera pas ces précieuses opportunités grâce à sa grande expérience et sa connaissance des limites et des règles de la pratique diplomatique, notamment en Algérie, qui, le cas échéant, n'hésitera pas à prendre les mesures nécessaires pour corriger la situation», a averti M. Belhimer, selon le site arabophone. M. Belhimer, un ex-journaliste de 65 ans, diplômé en droit d'une université française, est coutumier des déclarations critiques à l'encontre de la France.
«Nous déplorons ces différentes déclarations, qui ne reflètent ni la qualité de nos relations bilatérales, ni la dynamique de leur renforcement, soutenue au plus haut niveau par les autorités de nos deux pays», a répliqué la porte-parole du ministère français des affaires étrangères. Elle n'a toutefois pas précisé si le ministère avait protesté officiellement auprès des autorités algériennes.
Ces propos du porte-parole gouvernemental sont intervenus juste après le report d'un déplacement du premier ministre français, Jean Castex, prévu dimanche dernier à Alger, les autorités algériennes ayant jugé le format de la délégation française trop réduit par rapport aux enjeux de cette visite.
Un comité LRM au Sahara
C'est dans ce contexte que le nouvel ambassadeur d'Algérie en France, Mohamed-Antar Daoud, a remis lundi ses lettres de créance au président Emmanuel Macron, dans une atmosphère qualifiée de positive par les deux parties. «Il faut apaiser tout cela», avait déjà insisté dimanche le secrétaire d'Etat français aux affaires européennes, Clément Beaune, après qu'un ministre algérien eut qualifié la France, ex-puissance coloniale, d'«ennemi éternel».
L'ouverture d'un comité du parti présidentiel La République en marche (LRM) à Dakhla, au Sahara marocain, a par ailleurs suscité des interrogations en Algérie, qui soutient les séparatistes du Polisario. Interrogé sur ce point, le ministère français des affaires étrangères a botté en touche. «La France soutient les efforts du secrétaire général des Nations unies en faveur d'une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies», a rappelé sa porte-parole.
De son coté, la direction de la LRM a laissé entendre qu'elle ne reviendrait pas sur cette décision qui relève, selon elle, d'une «initiative locale». «Le comité local de Dakhla a été créé sur une initiative locale pour les Français résidents dans cette ville», a-t-on fait remarquer au siège du parti à Paris.
«Il n'y a pas de changement, à ma connaissance», a souligné un des signataires du communiqué à l'origine de cette création, Jaoued Boussakouran, rappelant que le comité avait été instauré après un vote «unanime» du bureau politique de LRM au Maghreb et en Afrique de l'Ouest, avec «bien sûr» l'aval du bureau politique de LRM à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.