La Zambie réitère son soutien « indéfectible » à l'intégrité territoriale du Maroc    Affaire du dénommé Brahim Ghali : Une ONG espagnole dénonce « le silence et l'ambiguïté » de l'exécutif ibérique    Sahara marocain : un maire italien invite l'UE à emboîter le pas aux Etats-Unis    Malgré la maladresse des autorités espagnoles, les relations entre le Maroc et l'Espagne ne se détérioreront pas, selon le directeur de Atalayar    Maroc/La Chambre des représentants tiendra lundi une séance mensuelle des questions de politique générale    Anniversaire : SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan fête ses 18 ans    Après ceux brulés vifs en octobre dernier : L'armée algérienne liquide deux jeunes orpailleurs de Tindouf de sang-froid    Légalisation des signatures : Les précisions de la direction des collectivités territoriales    Attijariwafa bank augmente son RNPG de 21,6% au T1-2021    IER : Nouvelle alliance entre le CNDH et la CDG    Nigeria : fin de calvaire pour des étudiants enlevés    Meknès : interpellation de deux individus pour vol à l'intérieur d'agences de transfert de fonds et de change    Nador : Une opération d'immigration clandestine avortée et un individu interpellé    Aéroport Mohammed V: les vols internationaux transférés du Terminal 2 au Terminal 1 (ONDA)    En Algérie, le complotisme du régime politico-militaire comme réponse à la grave crise sociale    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Votre e-magazine « ATTAHADI » du vendredi 7 mai 2021    Evolution du coronavirus au Maroc : 360 nouveaux cas, 513.016 au total, jeudi 6 mai 2021 à 16 heures    Ligue des Champions : La date du match WAC-MCA désormais connue    Climat : l'ONU appelle à abandonner les combustibles fossiles comme source d'énergie    Bourse Chevening : London Academy de Casablanca apporte son soutien    Schalke : Amine Harit autorisé à se trouver un nouveau club    Maroc/Finance: Le Trésor place 7,6 MMDH d'excédents de trésorerie    La reprise des relations entre le Maroc et Israël renforce la dynamique de paix au Proche-Orient (M. Bourita)    L'affaire du dénommé Brahim Ghali sous les projecteurs de la presse nationale et internationale (Vidéo)    Le Maroc et l'ONU célèbrent l'Arganier à Agadir    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Climat : selon l'ONU, des mesures simples pourraient réduire le réchauffement dû au méthane    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Chelsea mate le Real et s'offre une finale anglo-anglaise    La DGAPR dément les allégations fallacieuses véhiculées par Chafiq Omerani    Ligue des champions de la CAF : Mouloudia Club d'Alger recevra le WAC le 14 mai    Japon : l'état d'urgence prolongé, les JO compromis ?    Madrid : une conservatrice à la tête du Parlement régional    Le Maroc représenté dans le nouvel institut de Jared Kushner    Cyclisme-Mondiaux 2025 : le Maroc favori pour accueillir l'événement    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Qualifs Mondial 2022/Afrique: les 1ère et 2e journées reportées à septembre    La France a profité du cannabis marocain    Interview avec Mouna Hachim, écrivain: « Casablanca est victime d'un réel problème de gouvernance »    Exposition : «Primary Colors» se poursuit dans l'espace Artorium à Casablanca    Prime 3-Replay: Découvrez le courage inouï de Souileh dans la Catapulte infernale    Botola Pro: les résultats et le classement de la 14ème journée    "Il faut avoir une démarche plus inclusive des TPME", affirme Chakib Alj    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    Coupe du Trône : Les FAR éliminent le RAJA et rejoignent le carré final    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre
Publié dans Barlamane le 13 - 04 - 2021

Joe Biden va annoncer bientôt le retrait de toutes les troupes américaines d'Afghanistan dès le 11 septembre 2021.
Le gouvernement de Joe Biden a annoncé mardi que toutes les troupes américaines quitteraient l'Afghanistan « sans conditions » d'ici le 11 septembre, jour du 20e anniversaire des attentats de 2001 aux Etats-Unis, malgré les craintes croissantes d'une victoire des talibans.
Le président américain avait déjà prévenu qu'il serait «difficile» de respecter la date-butoir du 1er mai prévue pour le retrait dans un accord conclu par son prédécesseur Donald Trump avec les insurgés.
Sa décision de repousser de quatre mois le départ coïncide avec l'annonce de la tenue d'une conférence de paix «de haut niveau» sur l'Afghanistan co-organisée du 24 avril au 4 mai à Istanbul par la Turquie, le Qatar et l'ONU.
«Nous allons entamer un retrait ordonné des forces restantes avant le 1er mai et prévoyons d'avoir sorti toutes les troupes américaines du pays avant le 20e anniversaire du 11-Septembre», a déclaré un responsable américain à des journalistes, assurant que ce départ serait «coordonné» et simultané avec celui des autres forces de l'OTAN. Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken est actuellement à Bruxelles pour des consultations avec les alliés de Washington.
«Nous avons dit aux talibans, sans la moindre ambiguïté, que nous répondrons avec force à toute attaque contre les soldats américains pendant que nous procédons à un retrait ordonné et sûr», a ajouté ce responsable.
Les rebelles afghans ont récemment mis en garde les Etats-Unis contre tout dépassement de la date du 1er mai, menaçant de riposter par la force.
Malgré l'accord américano-taliban de 2020, la violence reste très élevée sur le terrain entre les insurgés et les forces afghanes. Dans une lettre au président afghan Ashraf Ghani, Antony Blinken a récemment prévenu qu'un retrait américain pourrait entraîner «des gains territoriaux rapides» de la part des talibans.
Les Etats-Unis sont intervenus en Afghanistan dans la foulée des attentats contre les tours jumelles de New York et le Pentagone. Ils ont chassé du pouvoir à Kaboul les talibans, accusés d'avoir accueilli le groupe djihadiste Al-Qaïda responsable des attentats, mais se sont ensuite enlisés.
Plus longue guerre
Au plus fort de leur présence, quelque 100 000 soldats américains étaient déployés dans le pays en 2010-2011. L'ex-président Barack Obama avait ramené ces effectifs à 8 400 hommes, puis son successeur Donald Trump avait envoyé des renforts, pour les porter à 14 000 en 2017.
Mais il a ensuite bien engagé le retrait progressif : il ne reste plus que 2 500 soldats américains en Afghanistan.
Pour mettre fin à la plus longue guerre des Etats-Unis, qui a tué plus de 2 000 soldats américains, l'administration Trump avait en effet conclu en février 2020 à Doha, au Qatar, un accord historique avec les talibans.
Il prévoyait le retrait de toutes les forces américaines et étrangères avant le 1er mai prochain, à condition que les insurgés empêchent à l'avenir à tout groupe terroriste d'opérer depuis les territoires afghans qu'ils contrôlent.
Le Pentagone a récemment émis des doutes sur le respect de cet engagement.
Les talibans devaient aussi entamer des négociations de paix directes inédites avec le gouvernement de Kaboul. Ces pourparlers piétinent depuis leur ouverture en septembre.
La conférence d'Istanbul doit permettre de les relancer, même si la participation des talibans n'a pas encore été confirmée.
«Nous allons concentrer tous nos efforts sur notre soutien au processus de paix en cours», «mais nous n'allons pas utiliser la présence de nos troupes comme monnaie d'échange», a martelé le responsable américain.
Il a ainsi prévenu que le retrait décidé par Joe Biden, qui doit s'exprimer mercredi depuis la Maison-Blanche sur ce dossier emblématique, serait «sans conditions».
«Le président a estimé qu'une approche conditionnelle, comme cela a été le cas au cours des deux dernières décennies, était la recette assurée pour rester en Afghanistan à vie», a-t-il expliqué.
Comme Donald Trump, et à l'unisson d'une opinion américaine de plus en plus lasse des interventions meurtrières et coûteuses à l'autre bout du monde, Joe Biden a promis de «mettre un terme aux guerres sans fin» de l'Amérique.
Mais il avait évoqué, pendant la campagne pour la présidentielle de novembre, la possibilité de maintenir un petit contingent contre-terroriste en Afghanistan.
Finalement, il n'en est plus question. Les forces contre-terroristes seront redéployées en dehors du pays et la seule présence militaire américaine sur place après le 11 septembre sera vouée à la protection des diplomates des Etats-Unis, a expliqué le responsable qui a détaillé la position du président à la presse.
Il a néanmoins promis que le gouvernement américain utiliserait «tous les moyens diplomatiques» à sa disposition pour «préserver» les avancées en matière de droits des femmes afghanes. Un retour des talibans au pouvoir a fait ressurgir le spectre de l'époque où, de 1996 à 2001, ils avaient imposé leur vision fondamentaliste de la religion en interdisant aux femmes d'étudier et de travailler.
«Ce retrait prématuré» signifie que «nous ne laissons pas de force résiduelle pour contrer les menaces terroristes venant d'Afghanistan, que nous abandonnons nos partenaires afghans durant ces négociations de paix cruciales et que nous accordons aux talibans une victoire totale malgré leur échec à tenir leurs engagements», a déploré l'élu républicain du Texas Michael McCaul.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.