Violences faites aux femmes : le gouvernement dresse les contours de sa stratégie    L'écrivain Bachir Kamari n'est plus    L'Opinion: L'effet domino d'El Guergarate    Elections professionnelles: L'UGTM conforte ses positions et s'impose au Sahara    Un protocole d'accord en matière de protection des données personnelles    Les aéroports du Maroc accueillent 195.547 passagers à travers 1.857 vols    Construction: Les patrons anticipent une stabilité de l'activité    Tourisme: l'horizon se dégage pour les hôteliers    Suicide: John McAfee, créateur du célèbre antivirus, retrouvé mort en prison    L'Humanité face à l'Impérialisme !    La Chine attaque l'Australie à l'OMC pour des mesures anti-dumping    Washington et Berlin appellent à combattre la montée de l'antisémitisme    Tournoi africain qualificatif aux JO (hommes)    Hicham Ait Ouarchikh élu président de la Confédération Africaine de Ski et Sports de Glisse    Le Brésil renverse la Colombie, Neymar à nouveau décisif    Evolution du coronavirus au Maroc. 484 nouveaux cas, 528.180 au total, jeudi 24 juin 2021 à 16 heures    L'Université Mohammed VI des Sciences de la Santé offre 5 bourses d'excellence    France : le gouvernement annonce un plan d'action    Karima Mkika: "Il faut une tolérance zéro pour les employeurs d'enfants"    Ignacio Cembrero : tournée médiatique à bon marché, catéchisme néocolonial, et des vérités réduites à la portion congrue    Steven Spielberg et Harrison Ford tournent au Maroc    La consécration hollywoodienne du jeune cinéaste Aziz Tazi    Mati Diop, Tahar Rahimet Song Kang-Ho dans le Jury    Rachida Touijri sous les projecteurs à Essaouira    La lumière au bout du tunnel    Euro 2020 : 15 pays des 16 qualifiés dans le Top 25 du classement Mondial    Pass vaccinal: les précisions de la RAM    L'ex académicien, Abdelwahed Wahib prolonge au Havre AC    Nîmes Olympique : Le gardien Amjhad Nazih signe son premier contrat pro    Sahel: Qu'essaie de manigancer la junte algérienne?    Cryptomonnaie. Abdellatif Jouahri s'exprime sur l'état d'avancement au Maroc [Vidéo]    Benchaâboun reçoit le trophée du "Ministre des Finances de l'année"    Etalé sur une durée de 5 ans : Narsa scelle un partenariat avec l'Université Mohammed VI des sciences de la santé    Isolement sanitaire pour les voyageurs de la liste « B » : Voici la liste des hôtels concernés (document)    36% des migrants au Maroc sont en situation irrégulière    Dans une analyse de la DEPF : Recettes pour des territoires plus résilients    La fédération marocaine des professionnels du sport vient de voir le jour    Journée mondiale des Réfugiés: Le Maroc, pays référent en matière d'asile    Violations des droits de l'Homme de la population sahraouie et des migrants : l'Algérie doublement coupable    Pacte national pour le développement : Les consultations avec les partis politiques vont bon train    Réserves en devises: Nouveau record en vue    Rabat : Lancement du projet « Nouzhati »    Prix du Maroc du livre 2021 : L'appel à candidatures est lancé    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Première en Europe : le Danemark fait une croix sur le vaccin d'AstraZeneca
Publié dans Barlamane le 14 - 04 - 2021

Le Danemark est devenu mercredi le premier pays européen à annoncer l'abandon du vaccin d'AstraZeneca contre la Covid-19, justifiant ce choix radical par les effets secondaires «rares», mais «graves», malgré les feux verts du régulateur européen et de l'OMS pour l'utiliser.
Après deux cas graves, dont l'un fatal, de caillots sanguins chez des personnes ayant reçu une première injection, le pays nordique avait déjà, le premier, entièrement suspendu le 11 mars l'utilisation du vaccin, le temps d'étudier plus profondément ses effets secondaires.
Mercredi, le couperet est tombé : malgré les avis du régulateur européen et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) favorables à son usage, «la campagne de vaccination au Danemark continue sans le vaccin d'AstraZeneca», a indiqué le directeur de l'Agence nationale de Santé, Søren Brostrøm, lors d'une conférence de presse.
«Il existe une possible réaction croisée entre le vaccin et un faible nombre de plaquettes. Nous savons également qu'il existe une connexion temporelle. La réaction survient un à dix jours après la vaccination avec AstraZeneca», a-t-il souligné.
Le Danemark devient ainsi le premier pays d'Europe à faire une croix sur ce vaccin, continuant pour le moment sa campagne d'immunisation avec les seuls vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna.
«La décision a un contexte : au Danemark, la majorité de la population à risque a été vaccinée et l'épidémie est sous contrôle», a insisté le responsable sanitaire, assurant qu'il partageait l'avis de l'Agence européenne des médicaments (EMA), qui estime que les bénéfices du vaccin l'emportent sur les risques.
La majorité des pays européens qui avaient suspendu l'utilisation du vaccin l'ont reprise, le plus souvent en fixant une limite d'âge. La Norvège doit annoncer jeudi sa décision.
Ailleurs, l'Afrique du Sud y a aussi renoncé en février, car son efficacité est mise en doute face au variant qui ravage le pays. Les Etats-Unis, tout comme la Suisse, ne l'ont toujours pas autorisé, et le Venezuela a refusé de l'autoriser en invoquant ses effets secondaires.
Retard dans le calendrier de vaccination
La suspension danoise avait été décrétée il y a un mois après des rapports décrivant des cas exceptionnels de caillots sanguins, combinés à un faible taux de plaquettes et à des saignements.
Selon une équipe médicale de l'Hôpital national d'Oslo, ces cas atypiques sont dus à «une puissante réponse immunitaire» déclenchée par le vaccin d'AstraZeneca.
Les scientifiques suspectent qu'ils soient liés aux adénovirus employés comme «vecteur viral» dans le produit du laboratoire anglo-suédois, mais aussi par celui de l'américain Johnson & Johnson.
Au Danemark, les quelque 150 000 personnes qui ont reçu une dose du sérum vont se voir proposer un autre vaccin pour leur seconde dose, selon les autorités.
Quelque 8 % des 5,8 millions d'habitants sont entièrement vaccinés et 17 % ont reçu une première dose. Selon les autorités sanitaires, l'abandon du vaccin signifie un rallongement de trois semaines au moins de l'ambitieux programme d'immunisation danois, qui prévoyait la vaccination de tous les plus de 16 ans pour le mois de juillet.
Le vaccin Johnson & Johnson, dont les premières doses ont été reçues mercredi dans le pays nordique, n'y a pas encore été déployé. Les Etats-Unis en ont suspendu l'utilisation pour enquêter sur l'apparition de cas graves de caillots sanguins.
Le laboratoire a aussitôt décidé de retarder le déploiement de son vaccin unidose en Europe, où il avait été le quatrième à obtenir une autorisation de l'Agence européenne du médicament le mois dernier.
Reste à savoir ce que le Danemark va faire de son stock de vaccins AstraZeneca dont quelque 200 000 doses dorment dans ses réfrigérateurs.
Les détruire quand la planète manque désespérément de vaccins ? Les revendre ou les donner à des pays pauvres alors que le vaccin n'est pas jugé suffisamment sûr pour soi-même ? Les principales options risquent de soulever des procès en immoralité.
«Nous voulons bien sûr que les vaccins soient utilisés», a affirmé M. Brostrøm mercredi, sans plus de détails.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.