Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    OCI : Les attaques israéliennes contre les Palestiniens aggravent les risques d'instabilité dans la région    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Idriss Déby, le maréchal qui n'a jamais abandonné l'habit du chef de guerre
Publié dans Barlamane le 20 - 04 - 2021

Militaire et combattant rebelle avant de s'emparer du pouvoir par un coup d'Etat en 1990, l'homme de 68 ans venait d'être réélu pour un sixième mandat. Un conseil militaire dirigé par un de ses fils le remplacera.
Il n'avait de cesse de se présenter comme un «guerrier». C'est en guerrier qu'il est mort. Le président tchadien, Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis trente ans, est mort, mardi 20 avril, des suites de blessures reçues au combat ce week-end, a annoncé le porte-parole de l'armée, le général Azem Bermandoa Agouna, dans un communiqué lu à l'antenne de TV Tchad. Militaire de carrière et combattant rebelle, avant de s'emparer du pouvoir par un coup d'Etat en 1990, l'homme de 68 ans venait d'être réélu pour un sixième mandat.
«Le président de la république, chef de l'Etat, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l'intégrité territoriale sur le champ de bataille. C'est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad», rapporte le communiqué.
Un conseil militaire dirigé par un de ses fils, Mahamat Idriss Déby Itno, général quatre étoiles à 37 ans et commandant de la garde présidentielle, est chargé de le remplacer. «Le conseil s'est aussitôt réuni et a promulgué la charte de transition», a ajouté le général Azem Bermandoa Agouna.
Intimidation et népotisme
Commandant en chef de l'armée sous Habré, qui sera condamné en 2016 pour crimes contre l'humanité, Déby renverse le dictateur en 1990, les armes à la main. Grâce, déjà, au soutien de la France. Il a exercé un pouvoir sans partage. C'est grâce à l'armée que ce militaire passé par l'Ecole de guerre en France a assis son pouvoir. Encadrée essentiellement par des officiers de son ethnie zaghawa et commandée par ses proches, elle est considérée comme une des meilleures de la région.
Au sein du pouvoir, Idriss Déby régnait volontiers par l'«intimidation» et le népotisme, selon ses détracteurs. Il avait placé sa famille ou des proches à des postes-clés de l'armée, de l'appareil d'Etat ou économique, et ne laissait jamais les autres longtemps en place. Dix-sept premiers ministres se sont succédé entre 1991 et 2018, avant que M. Déby ne fasse supprimer cette fonction pour ravir toutes les prérogatives de l'exécutif.
Son régime est régulièrement accusé par les ONG internationales de violer les droits humains. Ce fut le cas notamment dans les années 1990, quand sa Garde républicaine et sa police politique étaient accusées de tuer à grande échelle.
Acteur de la guerre au Sahel
Plus récemment, les méthodes étaient moins brutales. Mais, s'il laissait certains de ses opposants s'exprimer relativement librement, ses services veillaient consciencieusement à ne pas laisser la critique gagner la rue, par des interpellations ciblées et en interdisant tout rassemblement politique, comme avant la présidentielle du 11 avril.
Seulement six candidats, sur les seize qui avaient déposé leurs candidatures, étaient finalement en lice contre M. Déby. Les politologues et une partie de l'opposition les qualifiaient de «faire-valoir». M. Déby, promu au rang de maréchal en août dernier, avait finalement été réélu avec 79,32 % des suffrages exprimés, selon des résultats provisoires énoncés lundi soir par l'instance électorale nationale.
Assuré de remporter la présidentielle, le maréchal Idriss Déby avait fait campagne principalement sur la «paix et la sécurité», dont il dit être l'artisan, dans son pays mais aussi dans une région tourmentée : le Tchad, enclavé entre la Libye, le Soudan et la Centrafrique, entre autres, est un contributeur de poids à la guerre contre les djihadistes au Sahel, en projetant des troupes aguerries jusqu'au Mali et parfois au Nigeria.
Des ministres et des officiers de haut rang avaient rapporté, lundi, que le chef de l'Etat s'était rendu ce week-end sur le front opposant son armée à une colonne de rebelles. L'armée tchadienne affirmait avoir tué plus de 300 personnes dans le camp des rebelles, qui mènent une incursion depuis huit jours dans le nord du pays. Assurant que la situation était sous contrôle, l'armée reconnaissait avoir perdu cinq militaires dans des combats. Le Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (FACT) avait lancé son offensive depuis ses bases arrière en Libye le 11 avril, jour de l'élection présidentielle.
De leurs côtés, les rebelles avaient assuré s'être rendus maîtres du Kanem, où se sont déroulés les combats. Surtout, ils avaient affirmé, dans un communiqué, que M. Déby avait été blessé, mais l'information n'avait pas été confirmée de source officielle, l'accès aux zones de combat étant interdit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.