Chambres professionnelles : Défis et enjeux d'un scrutin d'une conjoncture particulière    Elections : La HACA prépare son dispositif pour les prochaines échéances    Biden supprime le tweet montrant une carte du Maroc sans le Sahara    Al Hoceima : Appel à projets du programme Madaëf Eco6    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    Liban : Macron fait la quête    Tokyo 2020 : Elaine Thompson (Jamaïque) 100 m féminin : 10 s 61 à 0,62 s du record mondial    Le légendaire gardien de but Ahmed Belkorchi n'est plus    Les mosquées de la préfecture de Skhirat-Témara ferment pour la prière d'Al icha    Compteur Coronavirus :Le Maroc franchit le cap des 10.000 nouveaux cas en 24 heures    Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique    L'ONU demande la fin immédiate des "violations alarmantes" en République centrafricaine    Agro-alimentaire : bonnes performances des exportations en 2021    Du pétrole à Inezgrane : les précisions de l'ONHYM    L'Espagne rejoint le Brésil en finale messieurs    Affaire Pegasus : la CNDP se saisit du dossier    Le pdt de la délégation Maghreb au PE salue un geste Royal hautement généreux en direction de l'Algérie (Vidéo)    Vaccination anti-Covid : inauguration du premier vaccinodrome à la pointe de la technologie (Reportage)    La société civile se mobilise contre le travail des enfants    «Prisonnière du silence» remporte le grand prix    Lucien Amiel, doyen des galeristes marocains, n'est plus    JO-2020/Athlétisme: le Kényan Emmanuel Korir champion olympique du 800 m    Issa Hayatou sanctionné par la FIFA    Botola: Walid Regragui proche du Wydad, pour succéder à Benzarti    Bonnes performances pour les ventes de voitures à fin juillet    Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme. La Douane sensibilise sur les nouvelles dispositions de lutte    Fête du Trône: SM le Roi reçoit un message de félicitations du président du Conseil présidentiel libyen    Micro-crédit. Les nouvelles dispositions légales entrent en vigueur    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 4 août 2021 à 16H00    Covid-19: la Chine restreint les déplacements à l'étranger pour ses ressortissants    Législatives: El Othmani se présentera dans la circonscription de Rabat-Océan    Affaire Pegasus : La riposte marocaine se poursuit    OMPIC. Un bilan 2020 positif et une feuille de route bien affûtée    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs    JO-2020: Le programme du jeudi 5 août 2021    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Variant Delta. Ces dernières données permettant de mieux cerner la dangerosité du virus    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    Edito : XXIème    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel
Publié dans Barlamane le 21 - 06 - 2021

Grands favoris des prochaines élections qui marqueront la fin de l'ère Merkel, les conservateurs allemands ont dévoilé lundi leur programme, qui écarte toute hausse d'impôts, prône la rigueur budgétaire et veut faciliter les minijobs.
Après s'être livré une lutte sans merci pour mener le camp conservateur au scrutin législatif du 26 septembre, Armin Laschet, le candidat finalement choisi, et Markus Söder, son populaire rival bavarois, ont présenté ensemble le programme lundi lors d'une conférence de presse.
Le texte de 139 pages avait été adopté dans ses grandes lignes dès dimanche dans le huis clos de la direction de l'union conservatrice CDU-CSU.
Le temps pressait : les chrétiens-démocrates sont les derniers à abattre leurs cartes et dévoiler ce qu'ils comptent faire s'ils restent aux commandes de l'Allemagne, après déjà 16 ans de règne d'Angela Merkel. La chancelière a donné lundi un bon point au programme qui acte, d'après elle, le fait que le monde post-pandémie vit un «changement d'ère», selon des participants à une réunion de la CDU.
Boulettes vertes
L'affaire paraît plutôt bien engagée pour les conservateurs : après plusieurs mois de baisse, qui les ont vus un temps devancés par les écologistes, ils sont de nouveau solidement installés en tête des intentions de vote, avec environ 30 %, selon les sondages.
Bien qu'impopulaire, M. Laschet, président de la CDU et dirigeant de la région la plus peuplée, la Rhénanie du nord-Westphalie, a en particulier bénéficié des boulettes commises par les Verts, ses adversaires les plus dangereux.
Les «Grünen» et leur candidate, Annalena Baerbock, sont en nette perte de vitesse à 20 %, contre plus de 25 % il y a quelques semaines.
Diverses bourdes ainsi qu'un impopulaire plaidoyer en faveur d'une hausse du prix de l'essence – dans un pays où l'automobile est reine – ou de restrictions sur les vols aériens bon marché ont coûté en popularité aux écologistes.
«Avec les Verts nous aurions de grandes incertitudes dans le pays, une politique idéologique et de nombreuses interdictions», met en garde Markus Söder.
Néanmoins, la droite allemande ne veut pas aller trop loin dans ses critiques contre les écologistes qui, au vu des sondages, pourraient être partenaires de la future coalition gouvernementale, peut-être élargie aux Libéraux allemands du FDP.
Candidat roué, M. Laschet peut désormais compter sur un camp qui semble parvenu à étouffer ses querelles d'ego et entend profiter d'un climat de reprise post-pandémie pour rester au pouvoir quatre années de plus.
Dans leur programme dit de «stabilité et de renouveau», les conservateurs s'opposent à toute hausse d'impôt malgré un niveau sans précédent d'endettement lié à la pandémie.
«Après la pandémie, les augmentations d'impôts ne sont pas la bonne voie à suivre», stipule le document des conservateurs. Des hausses d'impôts feraient «obstacle à la reprise nécessaire de notre économie».
Diesel préservé
Les conservateurs restent aussi attachés au retour à la stricte rigueur budgétaire après la pandémie, tant au plan national qu'européen.
«Nous devons investir dès maintenant avec audace. Cela coûte de l'argent», a réagi Mme Baerbock. La recette pour concilier absence de pression fiscale renforcée et baisse du déficit reste à ce stade assez floue, d'autant que les conservateurs écartent tout recul supplémentaire de l'âge de la retraite, déjà à 67 ans.
Le mécanisme des minijobs, des emplois à temps très partiel, particulièrement touchés par les restrictions sanitaires, va lui être développé.
Les conservateurs entendent porter la limite de rémunération à 550 euros, ce qui devrait stimuler l'intérêt des employeurs pour ce dispositif créé par les sociaux-démocrates en 2002.
Sur le climat, les conservateurs reprennent à leurs comptes dans leur programme l'objectif national de l'Allemagne, récemment rappelée à l'ordre par la Cour de justice de l'Union européenne, d'une neutralité carbone en 2045.
Côté international, le programme se veut résolument atlantiste et pro-européen. Il entend contrer les tentations hégémoniques de la Chine et refuse toute idée d'adhésion de la Turquie à l'UE.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.