»Partenariat de talents'' UE-Maroc : L'éclairage de la Commission européenne    Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ    Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Banque mondiale : Augmentation de 40 % des transferts d'argent vers le Maroc    Automobile : Renault vend ses actifs en Russie à l'Etat russe    Billets d'avion : Ryanair fait une importante annonce    Crédit bancaire: l'encours augmente à 989,7 MMDH à fin mars 2022    Tebboun chez Erdogan. Les Algériens offensés par le président des turcs    Vidéo. Berkane arrache son ticket pour la finale aux puissants Congolais du TP Mazembe    Botola Pro D2 : L'Union Touarga (UTS) en première division la saison prochaine    Prix Marc-Vivien Foé : Naïf Aguerd, troisième meilleur joueur africain de la saison en Ligue1    Le Cap-Vert interdit l'importation du plastique    Ministère de la Santé : lancement de la campagne nationale de promotion de l'allaitement maternel    Souveraineté sanitaire : Comment le Maroc se prépare à la période Post-pandémie    Tourisme : les gestes barrières anti-Covid freinent la relance    Le dirham s'est apprécié de 0,95% face à l'euro    Service militaire : adhésion massive des jeunes marocains    Cours des devises du lundi 16 mai 2022    Web TV et nouvelle version web, la Narsa se digitalise (VIDEO)    France/foot: Mbappé élu meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Botola : le Raja rate le coche face à Oued Zem (VIDEO)    À voir : l'exploit individuel de Théo Hernandez vu des gradins du San Siro (VIDEO)    La DGSN fête ce lundi le 66e anniversaire de sa création    Fusillade à Buffalo: Biden appelle les Américains à éradiquer la haine raciale    Blinken se dit « confiant » par rapport à l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN    VIDEOS: il était une fois, les attentats du 16 mai 2003    Covid-19 en Chine : Retour à la normale en juin à Shanghai    France: Levée de l'obligation du masque dans les transports en commun    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    La météo pour ce lundi 16 mai 2022    Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie : le régime veut étouffer la «nouvelle indépendance», réclamée par le Hirak
Publié dans Barlamane le 05 - 07 - 2021

Rationnement de l'eau, flambée des prix des denrées alimentaires et crise économique majeure exacerbée par la Covid-19 : les Algériens veulent une «nouvelle indépendance» et une «nouvelle vie».
Hausse des prix à la consommation, 500 000 emplois perdus, taux d'inflation moyen annuel de 2,6 % à la fin janvier 2021, la crise en Algérie est terrible. Dans le centre et le sud d'Alger, où la situation est la plus préoccupante, un dispositif de rationnement d'eau a été mis en place dans plusieurs communes avoisinantes. La stratégie actuelle est d'alimenter les quartiers les plus touchés par camions citernes et au moyen de réservoirs d'eau mis à disposition in situ. La réduction des réformes en matière d'aménagement du territoire conduisent à une aggravation des écarts socio-économiques entre la capitale et les périphéries.
L'Algérie, entrée en récession depuis, s'enfonce dans la crise économique avec une contraction de son produit intérieur brut (PIB) et une explosion du chômage. Le pays souffre notamment de la chute du prix du baril, d'une forte inflation et une pénurie de devises étrangères. Le ralentissement des exportations a entraîné une lourde pénurie de réserves étrangères, plombant l'économie du pays. En avril, le gouvernement a annoncé la nomination de médiateurs amorcer des discussions sur les prix du lait, alors que les producteurs ont lancé une journée nationale de mobilisation.
Depuis début, le pays est en proie à de violentes émeutes nocturnes en Kabylie, à l'est d'Alger, mais aussi à Tizi Ouzou et à Béjaïa, ainsi qu'à Annaba, déclenchées par un taux de chômage élevé et une hausse récente des prix des produits alimentaires de base. Les élections législatives ont été marquées par une abstention historique (77 %) qui témoigne le rejet des Algériens d'une classe politique largement discréditée. Le vote avait été rejeté à l'avance par le mouvement contestataire du Hirak et l'opposition laïque et de gauche.
Le régime a choisi un diplômé de l'Ecole nationale d'administration (ENA), qui a fait ses armes à l'inspection générale des finances, à la Banque d'Algérie et au ministère des finances pour gérer la situation calamiteuse du pays. Déterminé à enterrer la contestation populaire, le régime a de facto interdit ses manifestations et multiplié les interpellations et les poursuites judiciaires visant ses militants, des opposants politiques, des universitaires et des journalistes. Plus de 86 ONG algériennes et internationales ont récemment interpellé le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à propos de cette «escalade répressive» et de «la criminalisation incessante des libertés fondamentales».
Les réunions du Haut-Conseil de sécurité (HCS) contribuent désormais à mater l'opposition politique. Abdelmadjid Tebboune a organisé des élections législatives anticipées le 12 juin pour tenter de répondre à la crise multiforme qui ébranle le pays, un scrutin que la contestation populaire a qualifié de «mascarade».
Plus de 250 membres du Hirak restent emprisonnés selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Acculé, le pouvoir accuse désormais le Hirak d'être infiltré par des activistes islamistes, héritiers du Front islamique de salut (FIS, dissous en mars 1992), qui chercheraient à raviver la confrontation violente avec les autorités.
Face aux marches du Hirak qui ont repris avec vigueur fin février, le président Tebboune, honni par les manifestants, a dénoncé les «dérapages qui sortent du cadre de la démocratie et des droits de l'homme», avertissant qu'à l'avenir «l'Etat sera d'une absolue intransigeance».
Abdelmadjid Tebboune a durci son discours d'une réunion du Haut-Conseil de sécurité (HCS), qui compte les principaux hauts responsables de l'Etat, notamment le premier ministre, le ministre des affaires étrangères, son collègue de l'intérieur et le chef d'état-major de l'armée et le patron de la gendarmerie.
Lors d'une réunion houleuse tenue fin mai, le HCS «s'est penché sur les actes subversifs et les graves dérapages émanant de milieux séparatistes et de mouvances illégales proches du terrorisme, qui exploitent les marches hebdomadaires», du Hirak, selon un communiqué diffusé.
Le texte a visé spécifiquement le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK, indépendantiste), interdit, et le mouvement islamo-conservateur Rachad, qui n'a pas d'existence légale en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.