Le PJD aura malgré tout un groupe parlementaire    Un ex-ministre algérien des Finances sous mandat de dépôt    Collectivités territoriales: 1,93 MMDH d'excédent à fin février 2021    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Meknès: célébration du 200è anniversaire du décès de Rabbi Raphaël Berdugo    Le peuple dans la rue, craint «un retour à la dictature Ben Ali»    Les opportunités d'investissement présentées aux hommes d'affaires chiliens    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Usyk détrône Joshua aux points et à l'unanimité    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Un septembre automnal à Paris    France: le Prix Caméléon 2021-2022 met le Maroc à l'honneur    Parution :partis politiques et protestations au Maroc (1934-2020)    Le PI remporte la présidence de 5 communes sur 6 dans la province d'Aousserd    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 septembre 2021 à 16H00    Coronavirus. Les patchs de vaccination arrivent !    L'Opinion : En attendant l'allégement...    MoulZeri3a.com l Une plateforme digitale pour « pérenniser » un métier traditionnel    Entretien entre l'ambassadeur du Maroc et le nouveau ministre libanais des AE Beyrouth    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    La malédiction Brahim Ghali hante le gouvernement Espagnol    Rabat-Salé-Kénitra : première session du conseil régional consacrée à la refonte du règlement intérieur    Foot africain : Le Ghana vire son sélectionneur national    Coupe du monde de futsal (Lituanie 2021): "Le Maroc a bousculé l'équipe la plus titrée de la compétition", selon la FIFA    Australie : La pratique de l'alternance au Maroc saluée lors d'un séminaire    Reim Partners va gérer le premier OPCI de la CMR    Participation du Maroc à la 2e édition de l'exposition économique et commerciale Chine-Afrique    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Botola Pro D1 "Inwi" (4ème journée): Aujourd'hui à 19h15, la Jeunesse de Soualem face à l'Olympique de Khouribga    Rapt au Nigeria : libération de dix étudiants    Séisme en Grèce: Un mort et 11 blessés    Tourisme: une stratégie de relance se prépare à Agadir    Attijariwafa bank, « Banque la plus sûre en Afrique » selon Global Finance    Construction/Industrie manufacturière : Les chefs d'entreprises se montrent optimistes    Sept personnes interpellées : Saisie de 2 tonnes de chira à Agadir    Sinopharm et Pfizer: le Maroc recevra des quantités importantes de vaccins    Covid-19 : Plus de 8,26 millions de cas confirmés en Afrique    L'ancien patron de Tesco veut investir 22 milliards de dollars à Guelmim pour résoudre la crise énergétique au Royaume-Uni    Canada. ASMEX promeut le Halal et le Bio «Made in Morocco»    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Génocide : l'enquête en Espagne contre Brahim Ghali classée sans suite pour cause de prescription
Publié dans Barlamane le 29 - 07 - 2021

Le juge du Tribunal national Santiago Pedraz a déclaré que les faits reprochés au chef du Polisario Brahim Ghali, accusé de crimes de guerre, étaient prescrits.
Le juge du Tribunal national Santiago Pedraz a décidé, jeudi 29 juillet, que l'action civile entamée contre Brahim Ghali, accusé de génocide, sera prescrite au regard du fait que le mandement de citation n'aurait pas été transmis avant l'expiration du délai de prescription. Une annonce qui survient au terme de ses réquisitions dont Barlamane.com a eu connaissance. «Ce motif de classement a été décidé puisque les faits révélés ou dénoncés dans la procédure constitueraient une infraction ou un crime qui aurait donné lieu à poursuites de la part du parquet si le délai fixé par la loi n'était pas dépassé», explique le magistrat. Par ces termes, le procureur sous-entend que les faits auraient été d'une certaine manière établis par les enquêteurs.
L'entrée de Ghali en Espagne a entraîné une crise diplomatique majeure avec le Maroc et de grands bouleversements politiques et, sur le plan judiciaire, a entraîné la réactivation de la plainte présentée par l'Association sahraouie de défense des droits de l'homme (Asadeh), et à une autre, toujours active, promue par le militant d'origine sahraouie Fadel Mihdi Breica.
Quelques heures après sa comparution devant le tribunal le 2 juin, au cours de laquelle le magistrat a refusé de toute mesure contraignante contre Ghali, comme le réclamait l'accusation, Ghali a quitté l'Espagne pour Alger.
Après plusieurs mois d'enquête, «le juge a rendu une ordonnance de non-lieu sans suite, contre laquelle il existe un recours, considérant que les faits dénoncés par l'association, prétendument commis contre des citoyens marocains entre 1975 et 1990, seraient prescrits» a déclaré l'agence EFE.
Parallèlement aux enquêtes menées par la Cour, «un juge de Saragosse enquête sur le débarquement de Ghali en Espagne, au moment où il a été prouvé que le ministère des Affaires étrangères avait informé l'état-major de l'armée de l'air qu'il n'était pas nécessaire de effectuer les démarches douanières ou d'immigration auprès des occupants de l'avion dans lequel il voyageait» note la même source.
Le 21 avril 2008, l'Association sahraouie pour la défense des droits de l'homme a porté plainte contre Ghali, Sidahmed Battal (ministre de la communication du Front Polisario), Sidi Wagag (procureur du FP) et d'autres dirigeants du Polisario pour crimes présumés de génocide, meurtres, blessures, détention illégale, terrorisme, torture et disparitions.
La plainte n'a été admise au traitement que le 16 août 2012, car, afin de déterminer sa compétence et sa compétence, la Cour nationale a adressé des commissions rogatoires à l'Algérie et au Maroc afin de savoir si les faits dénoncés faisaient l'objet d'une enquête dans ces pays.
M. Pedraz a mentionné dans une résolution dévoilé ce jeudi que les faits dénoncés s'étendent de 1974 à 1990, mais, étant donné que la première plainte n'a été admise pour traitement qu'en août 2012, le délai de prescription (20 ans) établi par le Code pénal est expiré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.